Coups de cœur de l'été, de La Licorne qui lit, au gré des vents

La Licorne qui lit - 25.07.2018

Livre - coups coeurs vacances - sélection livres lecture - polars critiques livres


POLARS – Je crois fondamentalement qu’un livre a pour vocation de nous transporter ailleurs, de nous faire explorer des paysages inédits et nous immerger dans les univers de personnages qui ne nous ressemblent pas. Prenant ma corne à deux pattes, j’ai pour une fois osé aller vers ce que je ne connaissais pas, et grand bien m’en a pris. 




 

Sorties de l’été et avant-critiques, oui, oui, ça y est je suis conviée aux présentations de rentrée, je vous fais ici une petite liste de quelques pépites qui m’ont émerveillée, surprise, émue. À vous de faire votre choix, et glisser certains de ces trésors dans vos valises, entre les tubes de crème solaire, les bikinis et les sandales dorées, pardon les tongs en plastique…
 

Dernier été pour Lisa, Valentin Musso, Éditions du Seuil, 2018. Nick Altman est un écrivain à succès, qui vit à New York. Nick sort avec Chloé, une éditrice en vue. Nick perd brutalement son père. Il est alors contraint de revenir dans sa ville natale, petite bourgade du Wisconsin. Douze ans plus tôt, Black Oak fut le lieu d’un drame : le 21 août 2004, Lisa, la jolie et brillante Lisa, est sauvagement assassinée sur une plage du Lac Michigan. Nick était son meilleur ami. Ils allaient quitter Black Oak et partir pour l’université. Ethan était son petit ami, qui, lui, était destiné à rester et reprendre le garage familial. Ethan avoue. 

 

Il est arrêté et condamné pour le meurtre de Lisa. Le retour des deux anciens Inséparables coïncide : Nick doit enterrer son père et Ethan est remis en liberté, un juge ayant estimé que ses droits constitutionnels avaient été bafoués lors de son arrestation et son interrogatoire. Entraîné par un pseudo-détective, qui voue son existence à réparer les erreurs commises par la justice, et mu par un fort sentiment de culpabilité, Nick va tout entreprendre pour définitivement innocenter Ethan. Secrets de famille, flics ripoux, manipulations, la vérité n’est peut-être pas si évidente. Valentin Musso nous offre un thriller efficace, dont le dénouement nous laisse sans voix. 
 

[Extraits] Dernier été pour Lisa de Valentin Musso 

 

L’auteur nous prouve qu’il n’est nul besoin d’être américain ou suédois pour tenir ses lecteurs en haleine, et que les images sanguinolentes et les scènes de torture ne sont pas indispensables à un bon roman policier. J’ai eu bien raison d’opter pour Valentin, et non pour l’autre, comment s’appelle-t-il déjà ?
 



 

La mutualisation du crime, Jean-Marc Pitte, Éditions French Pulp, 2018. Otis, reporter au New York Times, barbote tranquillement dans les bains de Széchenyi à Budapest quand un homme est assassiné. Fait le plus troublant, Otis croit au même instant reconnaître une femme dont il a fait le portrait après les attentats du 11 septembre, 14 ans auparavant. Sophie travaillait dans l’une des tours jumelles quand l’impensable frappa les États-Unis. 

 

Otis se lance sur les traces de ce fantôme, résolu à comprendre ce qui la rattache au crime commis en Hongrie. De New York à Paris, en passant par Bruges, Szeged et Rennes, le journaliste rembobine le fil jusqu’à sa propre histoire, celle d’un homme dévasté par la mort de la femme qu’il aimait et qui attendait leur enfant. Violentée, violée, jetée dans l’Hudson River, Claire hante les nuits d’Otis, qui n’arrive pas à saisir les raisons de son malheur. 

 

Parallèlement, un organisme secret, l’Hippocampe, constitué d’une armée de soldats anonymes, agit en sous-terrain pour venger les victimes d’agressions sexuelles. L’Hippocampe, dans le cerveau, est « le siège de la mémoire », mais aussi « l’élément qui permet d’inhiber l’action ». Il s’agit de « se souvenir du mal perpétré, mais savoir remettre à plus tard le moment de punir ». 

 

[Extraits] Mutualisation du crime de Jean-Marc Pitte
 

C’est ici que Sophie entre en scène. C’est ici que les pièces du puzzle commencent à composer un tout plus ou moins cohérent dans la tête d’Otis. Sans fioritures inutiles, sans avoir à étaler une enquête sur 436 pages, Jean-Marc Pitte livre un polar épatant, prenant, qui pose deux questions essentielles, remettant en cause les fondements et le concept même de l’État de droit : dans certaines circonstances, avons-nous le droit de nous faire justice ? Pouvons-nous faire justice aux autres ? 

 

Avons-nous le devoir de mettre en commun nos forces et nos compétences afin de débarrasser le monde de bourreaux qui ont échappé à la sentence ? Sommes-nous autorisés à nous substituer à un système imparfait ? Œil pour œil, dent pour dent, rien de bien nouveau, mais le doute demeure…



Valentin Musso – Dernier été pour Lisa – Éditions du Seuil – 9782021390117 – 19,90 €
Jean-Marc Pitte – La mutualisation du crime – Éditions French Pulp – 9791025103722 – 18 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.