medias

Craig Johnson, dans les vicissitudes et les travers de l’âme humaine

Mimiche - 22.05.2018

Livre - Craig Johnson roman - Tout autre nom


Avec Tout autre nom, Craig Johnson démontre son talent, indéniable. Et savoureux. Ce jour-là, Lucian Connaly a emmené Walt Longmire (l’ancien et le nouveau shérif du Comté d’Absaroka, Wyoming) hors de ses terres juridictionnelles pour rencontrer Phyllis, la toute récente veuve de Gerald Holman, un prétendu ami à lui.




 

Ce dernier, qui avait été chargé d’une mission d’enquêteur par le shérif du comté de Campbell (également Wyoming) afin d’élucider des Affaires Non Résolues (mais surtout afin d’occuper ce mari retraité), s’est suicidé a priori sans raison apparente satisfaisante.

 

En tout cas, c’est bien ce que Phyllis perçoit des réponses qui ne la contentent pas et qui sont données à ses questions par les autorités locales amenées à établir les constations légales après un décès dans de telles conditions. Les réserves de Lucian n’arriveront pas à la détourner de son impression : l’affaire a été bouclée bien trop rapidement. Peut-être même essayaient-ils de camoufler quelque chose de gênant, pense-t-elle.

 

Alors, même s’il est en dehors de sa juridiction, même s’il doit, au plus vite, gagner Philadelphie, où sa fille Connie doit accoucher dans très peu de jours, Walt Longimre accepte de jeter un œil sur le dossier qui a été constitué par le shérif local après avoir été appelé sur les lieux quand le suicide a été découvert. Peu de doutes possibles : enfermé de l’intérieur dans la pièce où il a été retrouvé, Gerald Holman semble bien avoir accompli son geste définitif sans « aide » extérieure.

 

Toutefois, la lecture attentive du dossier ne manque pas de laisser interrogatif le shérif Longmire : pourquoi un homme qui sait parfaitement tenir une arme à feu, comme le démontre clairement son suicide réussi, s’est-il, préalablement à son geste, infligé une blessure atroce en se faisant éclater une partie de la mâchoire avec une première balle ?


 

Depuis ma découverte des romans de Graig Johnson et de son shérif, je suis devenu accro et fan irréductible de ces romans noirs qui frôlent parfois, au contact des Indiens de cette région inhospitalière. D’ailleurs les enquêtes se passent très souvent pendant des périodes hivernales où la neige, le froid et le blizzard font rage. Quel plaisir que ce monde chamanique des esprits les pieds  parfaitement ancrés sur terre avec un scénario enraciné profondément dans les vicissitudes et les travers de l’âme humaine.

 

Ce nouvel opus ne manque pas le rendez-vous périodique, quasi métronomique depuis plus de dix ans, de parution des « aventures » de Walt Longmire !

 

Toujours la même précision chirurgicale dans le déroulé de l’histoire, toujours les mêmes héros qui se partagent le devant de la scène, toujours la même force remplie de certitude du devoir à accomplir pour ce shérif réputé et hors-norme, toujours le même suspense qui ne trouve son dénouement qu’à la toute dernière page, toujours cette part de magie, de surnaturel qui flotte autour des Indiens et qui n’est pourtant qu’une merveilleuse adaptation au monde dans lequel ils vivent, toujours cette verve bourrue qui ne fait jamais éclater de rire, mais qui réussit toujours à me faire sourire, toujours cet emballement continu, ces rebondissements dans l’histoire et le récit.

 

Peut-être y’a-t-il un peu d’excès dans les capacités physiques du shérif dont le nombre de tomes d’enquêtes bouclées doit avoir un peu fait grimper le nombre de ses années ! Peut-être. Mais l’apothéose dans le train de charbon vient tellement à point pour casser cet excès que tout ce qui s’est passé auparavant reprend une couleur acceptable…

 

Plus que dans tous ses livres précédents, Craig Johnson a même créé du lien et de la continuité avec les précédentes histoires en rebondissant sur des évènements passés et il est même bien clair qu’il annonce déjà la suite (je m’en suis confirmé la prise de conscience en relisant la dédicace après avoir terminé ma lecture : « A Lola, Acte 1 » prend toute sa valeur !!! Et c’est heureux.

 

Juste un truc qui a fini par me chagriner [au bout de onze romans, vous allez certainement considérer que je suis un peu lent à la détente ! Je ne peux cependant pas vous donner tort]. Certainement lié à la lassitude qu’entraînent tous ces faits divers où les armes à feu sont à l’origine de drames immenses sans que cela affermisse la volonté politique d’en arrêter la prolifération. 

 

Le lobbying de la NRA est d’une diabolique efficacité et Craig Johnson aurait pu se dispenser de laisser le vieux shérif Connaly tirer bêtement dans le percolateur du bar parce que la serveuse ne lui apportait pas assez vite son café. Les malades de la gâchette n’ont pas besoin de cette publicité qui ne fait rire qu’eux.

 

 

Craig Johnson, trad. Sophie Aslanides – Tout autre nom – Gallmeister – 9782351781227 – 21,50 €

 




Commentaires
Il faudrait faire une relecture...des erreurs !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallmeister
Genre :
Total pages : 352
Traducteur : sophie aslanides
ISBN : 9782351781227

Tout autre nom

de Craig Johnson

Comme chaque année, le shérif Walt Longmire s’apprête à traverser le morose hiver des hautes plaines du Wyoming lorsque son ancien mentor, Lucian Connally, lui demande de s’occuper d’une affaire douloureuse. Dans un comté voisin, l’inspecteur Gerald Holman s’est suicidé dans sa chambre d’hôtel, et Lucian veut savoir ce qui a poussé son vieil ami à se tirer deux balles dans la tête. La curiosité de Walt est piquée, car deux balles, c’est une de trop. En feuilletant les dossiers de Holman, il découvre que ce dernier enquêtait sur une série de disparitions récentes de jeunes femmes dans un rayon de quinze kilomètres. Walt se lance dans une enquête haletante, bien décidé à percer ce mystère. Le dixième roman de Craig Johnson défile sous nous yeux à la vitesse d’un train lancé à toute allure. Tout autre nom est une aventure emplie d’énergie et d’humanité.

J'achète ce livre grand format à 21.50 €

J'achète ce livre numérique à 14,99 €