Dans son costume immaculé, Lucifer n’a jamais si bien caché son jeu

Fasseur Barbara - 14.01.2019

Livre - Laura Kaschiske - Eden Springs - manipulation gourou chute


ROMAN ETRANGER - Glaçant de vérité, Eden Springs, roman court de Laura Kasischke, frappe fort. Basé sur un fait divers sordide, chaque chapitre s’ouvre sur une citation réelle et méticuleusement sourcée pour nous en rappeler la réalité.
 


L’auteure rouvre pour nous les portes de la Maison de David, jardin des délices, paradis terrestre qui hébergea la communauté religieuse de Benjamin Purnell. Mais, du rêve au cauchemar, il a suffi d’un coup de pelle. À la découverte d’un cadavre sur les terres des fidèles, c’est tout un chapelet de secret qui sera déterré poussant le prédicateur à sa perte.

Au début des années 1900, c’est à Benton Harbour dans le Michigan que Benjamin Purnell invita ses fidèles à le rejoindre. Séduits par ses paroles, ils furent plusieurs centaines à travers le monde à répondre à son appel, attirés par les promesses de vie et de jeunesse éternelles. Mais, tout de blanc vêtu, c’est avant tout au charisme d’un homme et à ses discours bien rôdés qu’ils succombent tour à tour. Son pouvoir ira même bien au-delà de la communauté, s’assurant une place dans le coeur des habitants de l’État en créant Eden Springs, un parc d’amusement qui connaîtra un grand succès. 

De ses débuts à la chute, c’est à travers les voix de quatre femmes que la tragédie de la Maison de David se déroule dans son intégralité. En particulier celle de ce corps frêle et pas tout à fait inanimé qu’un homme a été désigné pour mettre en terre dans un petit cercueil bon marché, celui d’Elsie Hoover. Sa voix d’outre-tombe se mêle à celle de trois autres femmes, dans une chorale tragique et méthodique.

Du recrutement de Myrtle à son idylle pleine de terreur avec le prédicteur, de la jalousie de la jeune Léna dont l’orgueil la pousse à rêver d’un ailleurs et de robe colorées, de Miss Cora Moon, l’institutrice qui aura vu et grandir Benjamin. Le roi Ben est devenu leur héros dans une sorte de syndrome de Stockholm généralisé, les poussant à accepter l'inacceptable, à banaliser l’horreur. Dans son costume immaculé, Lucifer n’a jamais si bien caché son jeu.

Déroulant le fil d’un assassinat savamment maquillé, les confessions intimes des femmes de la communauté mettent au jour les aberrations des discours, les manigances et manipulations de Benjamin Purnell qui entachent gravement la réputation de la communauté et faisant du messie, du sauveur, un criminel froid, colérique et sans scrupules.

Car au fil des pages, on réalise qu’entrer à Eden Springs, c’est ouvrir la boîte de Pandore. Et une fois entrouverte, impossible de faire marche arrière. Benjamin Purnell, usant de son charme sous couvert de faire la lumière sur les terreurs du monde n’est autre que le serpent dans le jardin, poussant chacun et surtout chacune à se régaler des fruits interdits de son verger. En faisant la lumière sur les parts d’ombre d’un texte sacré, voilà qu’il convainc chaque fille, chaque femme d’aller à l’encontre des principes mêmes qu’il leur a inculqués. 

Entre enquête policière, reportage et réflexion sociétale, l’écriture magnétise et emprisonne comme le prédicateur a su le faire. Comme une incursion en terre inconnue, un aperçu dans la psyché des fidèles, l’auteure nous convainc presque de la bienveillance et de la légitimité de Benjamin Purnell. Soutenu par des articles, des photographies et documents d’origine, il est difficile de démêler la réalité de la fiction.

Plongeant chaque jour plus profond dans les vices et les péchés, ce paradis terrestre ne tarde pas à dévoiler le pire en chacun: avarice, envie, luxure, colère, gourmandise, paresse et orgueil, Purnell incarne à lui seul chacun des pêchés capitaux précipitant la chute de ses fidèles. 

Amant de chacune, amoureux de personne, il prit soin de les cueillir comme bon lui semblait et elles furent toutes prêtes à lui céder comme dans un délire partagé. Poussez les portes de la maison de David pour essayer à votre tour de comprendre comment ces hommes et ces femmes ont pu accepter ce qui aujourd’hui nous paraît impossible, mais qui une fois plongé dans le roman nous apparaîtrait presque comme nécessaire. Aveuglée par un ersatz d’amour, ébloui par la blancheur immaculée des uniformes et des sourires radieux, la communauté a su combler bien des vides.

Alors quand l’Histoire se fait histoire, ces femmes qui ont été ou auraient pu être racontent des instants de vie.

Seulement, bien loin de trouver leur chemin, Benjamin Purnell n’était pas là pour guider ces brebis qu’il a vêtu de blanc, mais bien pour les égarer dans les méandres de ses visions et de ses délires détraqués. Car chez Benjamin, il n’y a que le costume qui est virginal. Annoncé dès le prologue, Eden Springs est le roman de sa chute que l’on voit se dérouler au ralenti, inexorablement, comme on se voit tomber face contre terre, comme un cauchemar qui débutait tel le plus doux des rêves.


Eden Springs - Laura Kasischke, trad. Céline Leroy - Editions Page à Page - 9782375270387 - 18,00 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Page A Page
Genre :
Total pages : 184
Traducteur : céline leroy
ISBN : 9782375270387

Eden Springs

de Laura Kasischke

Printemps 1903. Un prédicateur tente d'échapper au scandale en installant sa communauté dans le Michigan.Le charismatique Benjamin Purnell promet la vie éternelle à ses adeptes, en particulier aux belles jeunes filles.Comment expliquer alors qu'une adolescente ait été enterrée ?

J'achète ce livre grand format à 18 €