Dead Lines : entrez dans les flippantes profondeurs du Darknet

Victor De Sepausy - 07.10.2019

Livre - Darknet commerce - lycée internet - roman adolescents


ROMAN ADO – Dans les profondeurs du web, quelque part entre les sites de vente et les blogs cuisine, se cache un internet clandestin, royaume de toutes les possibilités. Le Darknet, côté obscur de la Toile, offre tout, à condition de savoir y accéder — et de pouvoir en réchapper.
 
 
Aurélien et son copain Kader avaient prévu une sortie avec des filles, mais le temps a viré à l’orage — au propre. Enfin, au sale. Du gros temps sale où tombent des hallebardes et des éclairs pourfendeurs de cieux noircis. Bref, il pleut à verse. Après une partie de jeu vidéo endiablée, comme il se doit quand on a 15 ans, les deux copains se retrouvent face à l’écran de l’ordinateur. Avec cette impensable proposition d’Aurélien.
 
« Et si l’on allait visiter le Darknet ? »
 
Kader ne manifeste qu’un intérêt conscrit ; Aurélien, en revanche, bouillonne. Ce monde inconnu, où tout peut arriver, tout peut être acheté, tout peut être lu… même des livres. Et au hasard de leur surf, les voici qui tombent nez à nez avec Le Livre STUPÉFIANT, d’un certain Balathazar NATAS. Oui, Satan, en personne.
 
La promesse de lecture est des plus décourageantes : le lecteur sera non le héros, comme il est d’usage, mais la victime. Pour la modeste somme de 0,12 €, on peut acquérir le premier chapitre. Les suivants verront leur prix doubler, 0,24 €, 0,48 €, 0,96 € et ainsi de suite, jusqu’à ce que mort s’ensuive.
 
Littéralement ? Pas loin. Pas si loin. Kader tourne les talons, peu rassuré. Aurélien, lui, s’engouffre, malgré les multiples avertissements que l’auteur lui oppose. Par un principe technologique étonnant, chaque chapitre lu s’autodétruit : impossible de partager sa lecture. Mais plus encore, ce roman-feuilleton promet de coller au plus près de la vie de sa victime. « Un voyage sans retour, dès lors que vous aurez franchi le chapitre trois », promet l’auteur, tout aussi mystérieux qu’effrayant.
 
Mais quand on est adolescent, on n’a peur de rien. Surtout pas d’avoir peur. À tort, d’ailleurs…
 
Jouant sur les codes de l’épouvante, avec une belle aisance, Arthur Tenor prend pour prétexte le monde caché et inquiétant d’internet, pour renouer avec une mise en abyme des plus classiques. L’histoire d’Aurélien tourne autour de la vie d’un collégien, somme toute assez traditionnelle, qui se retrouve chamboulée, pour ne pas dire bouleversée pas l’apparition de ce livre.
 
Les codes du roman dont vous êtes le héros sont ici détournés, pour ne laisser aucune échappatoire au jeune Arthur : il est bien le protagoniste principal d’une histoire qui va tourner au cauchemar. À la différence qu’il devient acteurs de la mort des autres personnages du livre — dont certains existent également dans son collège. Pire : certains meurent dans la vie réelle.
 
Avec un simple jeu typographique, le roman bascule d’un monde tangible où la santé mentale vacille, à cette extension du Darknet qui se concrétise sous la forme d’un livre, certes numérique, mais dont les pouvoirs débordent largement de l’écran qui l’affiche.
 
La montée de tensions que promet Arthur Tenor n’est en rien mensongère : on vibre avec un Aurélien de plus en plus déconcerté par un récit qui dépasse la réalité. Cette fiction finit par empiéter sur son petit monde, à une vitesse galopante. Phrases courtes, rythme haletant, Dead Lines promet peut-être un voyage sans retour, mais certainement sans temps morts…
 
 
Arthur Tenor — Dead Lines — Gulf Stream — 9782354887063 – 15 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gulf Stream
Genre : romans & contes
Total pages : 200
Traducteur :
ISBN : 9782354887063

Dead lines

de Arthur Ténor

Aurélien est convaincu d'être suffisamment averti pour ne pas se laisser prendre aux pièges du darkweb. Intrigué par l'ego et les mises en garde de l'auteur d'un " livre stupéfiant " en ligne, Aurélien valide l'achat du premier chapitre. A seulement 0,12 , le risque est maîtrisé. Commence alors une lecture pour le moins immersive. Car s'il peut être captivant de suivre les meurtres dans un roman d'horreur, cela devient plus effrayant lorsque la mort frappe simultanément dans la réalité. Un compte à rebours commence pour Aurélien, devenu malgré lui le héros d'un engrenage macabre. Mais pour sauver les personnages et ses proches, l'auteur n'a pas menti, le prix à payer promet d'être très élevé.

J'achète ce livre grand format à 15.00 €