Des bornes d'arcades aux consoles : Atari et l'histoire du jeu vidéo

Victor De Sepausy - 15.11.2016

Livre - Atari jeux vidéo - histoire Pong Pac-Man - bornes arcades bistrots


Le monde a changé en 1972, quand deux Américains, Nolan Bushnell et Ted Dabney, se décident à fonder la première entreprise dédiée aux jeux vidéo. L’histoire était en marche avec l’introduction dans le paysage vidéoludique de Pong, l’ancêtre de tout, la cellule souche originale de milliers – de millions d’heures ! – passées devant une borne d’arcade.

 

 

 

 

Soyons un instant méthodique et réfléchi : peut-on, légitimement accuser Pong d’avoir tué les flippers ancestraux des bistrots fréquentables ? Avant de répondre, il importe de rappeler ce qu’est le jeu Pong, première création d’Atari, alors voici : 

 

 

 

Maintenant que cette nécessaire qualification est faite, il faut répondre. Oui, Atari a mis à mort les flippers. Cependant, Atari ne s’est pas arrêté en si bon chemin : c’est aussi à la marque que l’on doit le portage sur la console de Pakkuman, aka Puckman, le jeu de Toru Iwatani. Oui, oui, la petite boule jaune qui boule des billes et fuit les fantômes, c’est en grande partie grâce à Atari qu’elle nous a lobotomisés...

 

Oh, bien entendu, Atari, c’est plus que cela encore. Et pour le coup, Tim Lapetino (qui bosse au Museum of Video Game Art) a produit un ouvrage historique, retraçant toute l’aventure de la marque. 350 pages de design pour redécouvrir 40 années de magie vidéoludique, le tout avec un parcours édifiant : des bornes d’arcades aux consoles, en passant par toute l’esthétique déployée...

 

Depuis 1972, Atari a révolutionné la façon de s’amuser, donnant naissance à l’industrie moderne du jeu. Créateur de bornes d’arcade, de consoles et des ordinateurs personnels qui ont diverti des millions de gens, il est aussi à l’origine de sagas mythiques comme Asteroids, Centipede, Missile Command et Yars’ Revenge.

Pour sublimer ces univers de science-fiction, d’aventures ou de sport, Atari fit appel à un large panel de concepteurs et d’artistes. C’est grâce à leur talent que les cartouches, leurs boîtes et les différentes publicités d’Atari devinrent cultes et inoubliables, donnant à cette marque une identité visuelle unique et élevant le jeu vidéo classique au rang d’art.

 

Ernest Cline est un auteur et un scénariste dont les œuvres se retrouvent régulièrement dans la liste des best-sellers du New York Times ; il est connu pour sa passion d’Atari et pour ses deux extraordinaires romans inspirés par les jeux vidéo : Player One et Armada. Dans la préface du livre, il explique : « Les souvenirs que j’ai de toutes ces heures merveilleuses passées à jouer aux jeux d’Atari sont intimement liés aux visuels des emballages. La première impression que je retirais d’un jeu provenait de l’illustration ornant le dessus de sa boîte ; elle représentait d’une manière dynamique les sensations ressenties par le joueur en cours de partie. » 

 

 

Le livre publié par Huginn & Muninn raconte tant l’histoire que les avancées de l’univers de jeu. Une vraie bible, certes assez laudative, mais la nostalgie de ces époques vaut bien cela. Et pour les plus acros, voici un petit retour à ces instants de jeu, avec Asteroids...

 

 


Pour approfondir

Editeur : Huginn & Muninn
Genre :
Total pages : 352
Traducteur :
ISBN : 9782364804913

Tout l'art d'Atari ; l'histoire et l'art d'une marque culte

de Lapetino, Tim(Auteur)

"Pour moi, redécouvrir les magnifiques illustrations présentées dans cet ouvrage, c'est aussi fun que de monter dans la voiture de Doc Brown et de retourner vers une époque heureuse, à l'aube de l'ère numérique. Mais attention, le simple fait de contempler ces images risque de vous donner une irrépressible envie de replonger dans ces anciens champs de bataille pixellisés que chacune d'entre elle représente." Extrait de la préface d'ERNEST CLINE, auteur de PLAYER ONE QUE SERAIT L'UNIVERS DU JEU VIDEO SANS ATARI ?

J'achète ce livre grand format à 39.95 €