Du Capitole à la roche Tarpéienne, ces vaincus de l'Histoire

Audrey Le Roy - 24.09.2018

Livre - les grands vaincus de l'histoire - Cléopâtre histoire femme - Grand Condé histoire


Treize grands vaincus. Choix subjectif assumé. Des grands noms, auréolés de légende, mais que nous connaissons finalement assez mal. Treize grandes personnalités qui ont en commun un ego démesuré, ignorant voire méprisant les capacités des adversaires, « ils ont péché en ne voyant pas que partout rôde la trahison, cette incestueuse compagne du pouvoir ».



 


Et tout pétris d’orgueil qu’ils furent, ils sont morts la tête haute, si l’on peut dire, allant au trépas fièrement. L’orgueilleux meurt comme il a vécu, avec panache ! Parmi eux, un seul connaîtra une mort naturelle, le seul qui aurait pu être du côté des vainqueurs s’il n’avait pas fait passer sa famille et son éducation avant ses convictions politiques, le général Robert Lee…

 

Parfois, un vaincu peut avoir des airs de vainqueur”
 

Qui sont-ils ces treize que Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro Magazine et présentateur de l’émission « Historiquement Show » sur la chaîne Histoire, et Emmanuel Hecht, historien, éditeur et journaliste (qui vient d’ailleurs de reprendre la rubrique histoire du magazine Lire), ont choisi de mettre en avant ? 

 

Hannibal (247-183 av. J.-C.), il est connu pour sa traversée des Alpes avec son armée et ses éléphants. Tacticien de génie, il a reçu une éducation complète : littérature, théâtre, mathématique…, et, ça va de soi, maniement des armes. À 14 ans, il participe à sa première bataille, à 26, il succède, comme commandant en chef de l’armée de Carthage, au proconsul Hasdrubal le Beau qui vient d’être assassiné. Il se rêve alors en nouvel Alexandre – rêve, au demeurant, qu’il ne sera pas le seul à faire –, il veut repousser la domination romaine en Espagne. Rome ne peut l’accepter ! « La deuxième guerre punique, ou guerre d’Hannibal vient de débuter. »

Savez-vous que, sur les trente-sept éléphants qu’Hannibal porta avec lui pour franchir les Alpes, un seul survécut à cette escapade ? Hannibal a franchi les Alpes, oui ! Pas ses éléphants… Par ailleurs, il y a également « perdu la moitié de son infanterie et de sa cavalerie. » C’est beau la dévotion militaire… non ? 
 

Vercingétorix (82-46 av. J.-C.), qui rêva d’unir les peuples gaulois pour combattre un César en mal de victoires significatives pour briller à Rome.


Cléopâtre (69-30 av. J.-C.), qui lutte encore et toujours pour sortir de cette légende noire et/ou hollywoodienne où elle se débat. 


Jeanne d’Arc (1412-1431), qui eut le malheur de confondre loyauté et politique. 


Montezuma III (1466-1520), dernier empereur aztèque qui, enfermé dans ses croyances avec un peuple armé de bâtons et de cailloux, fit bien pale figure face à Cortès et ses quelques soldats qui suffirent à « sonner le glas de l’Empire aztèque, et, partant, la fin d’une civilisation. »
 

Henri de Guise (1550-1588) celui qui se voyait souverain à la place du souverain, qu’on appelait aussi le Balafré (surnom gagné au cours de l’une des nombreuses batailles auxquelles il participa et qui lui valut, entre autres, sa belle notoriété) se fera assassiner sur ordre d’Henri III à Blois. Sentant le piège, nombre de ses proches essaieront de l’empêcher d’y aller. Assassiner Henri de Guise ? « On n’oserait ! » Et bien si, on osa. Henri III aurait dit en frappant le cadavre de son pied, « il est plus grand mort que vif ! »

Voici un roi qui s’imagina enfin pouvoir respirer tranquillement, son principal rival occis… que nenni ! 

 

Mais encore : le Grand Condé (1621-1686) formidable militaire, mais prenant un peu trop de place dans la vie politique au goût de la régente Anne d’Autriche et de son Premier ministre Mazarin. Enfermé, lui, qui fut le vainqueur de Rocroi ? Impensable ! Et pourtant. À sa sortie l’orgueilleux est quelque peu agacé, il sera l’un des meneurs de la Fronde des princes.

Seul un Louis XIV majeur saura le remettre dans le rang, mais il faudra ranger son orgueil et veiller à servir son monarque et quand nous disons servir cela s’entend au sens premier de terme ; Charette (1763-1792), chouan patenté, surnommé « Roi de la Vendée », Napoléon dira de lui à son mémorialiste à Sainte-Hélène, qu’il avait gardé de Charette l’« impression d’un grand caractère [qui] laisse percer du génie. »



Hannibal et ses hommes traversant les Alpes - Heinrich Leutemann

 

Le portrait que l‘on découvre ici laisse plutôt penser qu’il mena l’insurrection « à la va-comme-je-te-pousse », mais il est vrai que de grandes choses peuvent sortir du désordre, cela s’est déjà vu ; le général Lee (1807-1870), « l’icône du Sud », le vaincu vainqueur qui participera, à la fin de la guerre de Sécession au « processus de réconciliation enclenché par Lincoln puis par Grant […] au point d’être pleinement réhabilité dans la mémoire collective nationale. »
 

Trotski, Chiang Kai-Shek, le Che et Nixon clôturent ce livre qui met clairement en évidence qu’il ne suffit pas d’être fier et fort pour vaincre. Considérons Octave, Charles VII, Henri III, Staline, tous connus pour être de santé fragile ou du moins croyant l’être, face à des Marc-Antoine et Cléopâtre, à des Jeanne d’Arc, des Guises, des Trotski tous autant resplendissants les uns que les autres… enfin selon les canons de leurs époques respectives.

En politique, il semblerait que la ruse et la dissimulation l’emportent sur l’honneur, la loyauté et bien sûr sur l’orgueil qui ne se marie pas très bien avec la prudence. 
 

[Extrait] Les grands vaincus de l'Histoire,
 Jean-Christophe Buisson ; Emmanuel Hecht

 

Quoi qu’il en soit, voici un livre (même s’il manque un peu de femmes vaincues, on pense à Agrippine, à Marie Stuart, à Marie de Médicis, à Mata Hari aussi et bien d’autres) qui a le mérite de remettre à leur place treize grands personnages de l’Histoire. Personnages, qui, même une fois époussetés de leurs légendes, n’en restent pas moins imposants et impressionnants. Le tout écrit avec un rythme et un souci de la narration (on aurait presque froid aux pieds en traversant les Alpes aux côtés d’Hannibal) qui ne gâchent rien à l’aura qui émane de ces grands vaincus de l’Histoire.  

 

 

Jean-Christophe Buisson ; Emmanuel Hecht – Les grands vaincus de l’histoire – Perrin – 9 782 262 042 301 – 21 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Perrin
Genre :
Total pages : 408
Traducteur :
ISBN : 9782262042301

Les grands vaincus de l'Histoire

de Jean-Christophe Buisson ; Emmanuel Hecht

Selon l'adage napoléonien : " Du triomphe à la chute, il n'est qu'un pas. " Mais la réciproque est tout aussi vraie tant la déchéance, la défaite et la mort des hommes et des femmes illustres peuvent être porteuses d'inspiration et hanter l'imaginaire. Qu'ils soient empereurs ou princes, guerriers ou chefs d'Etat, conservateurs ou révolutionnaires ; tous ont été trahis, abandonnés, renversés, et souvent assassinés. L'histoire étant écrite par les vainqueurs, certains ont été victimes de leur légende noire tandis que d'autres ont été hissés sur le pavois en raison de leur génie ou de leur héroïsme sacrificiel. Mais à chaque fois, le mythe se substitue à l'histoire jusqu'à l'occulter totalement. Jean-Christophe Buisson et Emmanuel Hecht sont partis à la recherche de treize grands destins brisés, depuis l'Antiquité jusqu'au xxe siècle. Treize destins devenus destinées qu'ils explorent et racontent d'une plume aussi informée qu'inspirée. Treize grands récits où l'art de la narration se conjugue à une dramatique romanesque, offrant au lecteur une méditation sur le pouvoir, l'histoire et la postérité. Hannibal ? Vercingétorix ? Cléopâtre ? Jeanne d'Arc ? Montezuma ? Guise ? Le Grand Condé ? Charette ? Le général Lee ? Trotski ? Tchang Kaï-chek ? Che Guevara ? Nixon.

J'achète ce livre grand format à 21 €