Dualité : Ludo, street art à la française

Cécile Pellerin - 13.05.2015

Livre - art contemporain - street art - Ludo


Ludo est un artiste français, issu de la mouvance Street Art. Il réalise des œuvres sur les murs du monde entier. Adepte du collage, il travaille à la mine de crayon et à la peinture à huile, mélange chaque fois le végétal à des objets mécaniques pour créer des créatures imaginaires ou détourner des objets de manière très personnelle, chaque fois soulignés d'une teinte verte propre à l'artiste.

 

Un mélange de technique et de naturel qui invite le spectateur à s'interroger sur son environnement et aux menaces qui l'entourent sans pour autant le priver d'un plaisir esthétique immédiat et brut, sincère et accessible, ouvert et insolite. Ludo, déjà surnommé le « Warhol français » puise son inspiration dans le quotidien et la culture populaire.

 

L'ouvrage Dualité présente un large éventail de ses réalisations, toutes inscrites dans cette volonté d'opposition. Des couleurs d'abord, entre le vert et le gris/noir, des lieux de réalisation, en intérieur, à l'atelier comme dans la rue, de la nature, fragile ou meurtrière, de l'artiste lui-même, en quête de soi-même et tourné vers l'extérieur.

 

 

Que ce soit sur les tubes de la structure du centre Georges Pompidou ou sur une ancienne forge allemande, sur un mur de Tokyo, Saint-Malo ou sur une toile, les œuvres de Ludo interpellent, dérangent ou indisposent, amusent ou engagent, frappent l'esprit et le cœur, toujours adaptées à un environnement urbain et gris, froid et métallique, animées par cette couleur verte si particulière et forte, lumineuse, littéralement accaparante et pénétrante.

 

Les photos présentant les murs des différentes villes qui servent de support aux œuvres rendent compte à quel point le support et ce qui l'environne font partie intégrante de l'œuvre, la façonne et la prolonge, lui offre toute sa légitimité et sa beauté, sa raison d'être.

 

Ainsi  lorsque les œuvres  sont présentées comme de simples toiles, l'émotion est moindre, plus retenue. Figées dans une limite, (les dimensions de la toile), les voila réprimées alors qu'elles ne demandent qu'à rayonner, se répandre, exploser puis se dégrader avec le temps et renaître différemment, plusieurs fois, toujours pleines de vie, en changement perpétuel.

 

A noter, l'ouvrage est proposé en édition bilingue (anglais).