En Europe, l'amour au temps de la période glaciaire

Nicolas Gary - 28.06.2018

Livre - buveurs lumière Fagan - Jenni Fagan roman - apocalypse planète neige


Novembre 2020. Un froid polaire s’abat sur l’Europe du Nord. Acculé à la faillite, Dylan Mc Rae n’a plus d’autre choix que d’abandonner aux créanciers le cinéma d’art et d’essai ouvert par sa grand-mère Gunn plus de cinquante ans plus tôt, qu’elle avait exploité seule avec sa fille Vivienne, puis, par la suite avec Dylan, le fils de cette dernière, inculquant à celui-ci une passion immodérée pour le cinéma, les films improbables au public confidentiel.


Un choc énorme pour Dylan qui n’avait pas vu venir le désastre.




 

Qui ajoute, s’il en était besoin, au double choc du décès de sa grand-mère quelques mois plus tôt suivi de près par celui de sa mère. Les deux urnes funéraires, conservées dans l’enceinte du cinéma, pèsent lourd sur son chagrin.

 

Alors il ne lui reste plus que l’option découverte dans la boîte à couture de Vivienne : un petit mot sibyllin lui annonçant qu’elle a discrètement acheté en Écosse, dans un petit village proche de l’océan, une caravane qui l’attend près de 1000 kilomètres plus au Nord.

 

Embarquant les cendres de Gunn et de Vivienne avec lui (Gunn voulait revenir dans les Iles du nord d’où elle était originaire), Dylan entreprend son voyage pour découvrir quelques jours plus tard une allée de caravanes sur Ash Lane à Clachan Fells. Et au numéro 6, la sienne, celle que Vivienne, par delà la mort, lui a offerte. Puis il découvre ses nouveaux voisins et notamment, en face de chez lui, au numéro 7, une jeune adolescente, Stella, qui vit seule avec sa mère Constance. 

 

Alors qu’il fait un sacré ménage dans la caravane, il finit par trouver un carnet de notes et de dessins de Vivienne qu’il va commencer à feuilleter.

 

Pendant ce temps, un hiver phénoménal se met en place au-dessus de l’hémisphère Nord. Un hiver comme on n’en a pas vu depuis des siècles. Un hiver qui ressemble à une nouvelle ère glaciaire.

 

Courrez vous acheter ce livre sans tarder : il est vraiment magnifique à tous égards.

 

Je passe rapidement sur quelques jugements politiques abrupts et sans nuance que, pour autant, je partage complètement. Notamment le monologue du voisin de bus de Dylan sur notre responsabilité environnementale, sur les meurtres d’État ou, à une autre occasion, sur l’écrasement des uns par le pouvoir de l’argent des autres ou encore sur l’omnipotence des élites dirigeantes qui ne travaillent que pour elles. « Bring down the governments (…) they don’t speak for us » de Radiohead est tellement pertinent ! 

Ces avis ont cependant le mérite de poser un vrai contraste avec l’entraide, le partage et la convivialité des démunis au fond de leurs caravanes. Sans être pour autant exempts de faiblesses, de frilosité et d’obscurantisme religieux.

 

Ensuite, il y a l’histoire de Stella et de Constance. Une femme et une adolescente exceptionnelle de courage, de volonté de ténacité, de liberté, d’indépendance qui ne s’inclinent devant rien et qui bravent sans retenue aucune le qu’en-dira-t-on. Elles sont les figures de proue de la lutte contre « l’intolérance, les crimes inspirés par la haine et l’ignorance de tout ce qui est différent ». Stella, devenue fille à l’adolescence après avoir été garçon pendant son enfance fait montre d’une énorme force de caractère pour surmonter la solitude et l’isolement que cette mutation entraîne. Son face à face avec la mère supérieure de l’école est un vrai régal.

 

[Extraits] Les buveurs de lumière de Jenni Fagan
 

Et puis il y a le froid terrible, omniprésent, persistant, envahissant, impossible à maîtriser. Il faut simplement essayer de calfeutrer, d’isoler, de protéger dans l’attente du retour tant espéré du printemps. Alors que le Gulf Stream a cessé de faire son voyage depuis l’équateur. Alors que la glace des pôles fond et que des icebergs viennent s’échouer au large des petits ports du nord de l’Écosse. Et la neige. Et la glace. Qui figent tout et ont fait fuir tous les oiseaux du ciel. Et la beauté irréelle des parhélies n’est qu’un miroir aux alouettes tout juste destiné à faire oublier le danger d’emprisonnement mortel qui guette toute vie.

 

Et enfin, il y a cet arbre généalogique que Dylan découvre dans les carnets de sa mère. Et avec lui ce sont plus de questions que de réponses qui viennent à lui quand il découvre la fuite de sa grand-mère rejetée par sa famille, partie seule se créer sa propre et nouvelle vie ailleurs, loin de ceux qui n’ont plus voulu d’elle. Un obstacle à cette relation qu’il désire jusqu’au fond de ses tripes avec Constance qu’il a vue, une nuit, « cirer la lune ».

 

Ce livre est un frisson de plaisir… et de froid !

 

Jenni Fagan, trad. Céline Schwaller — Les buveurs de lumière — Éditions Métailié — 9791022606875 – 20 €

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Metailie
Genre :
Total pages : 304
Traducteur : céline schwaller
ISBN : 9791022606875

Les Buveurs de lumière

de Jenni Fagan

2020. Le monde entre dans l'âge de glace, il neige à Jérusalem et les icebergs dérivent le long des côtes. Pour les jours sombres qui s'annoncent, il faut faire provision de lumière – neige au soleil, stalactites éclatantes, aurores boréales. Dylan, géant barbu et tatoué, débarque au beau milieu de la nuit dans la petite communauté de Clachan Fells, au nord de l'Écosse. Il a vécu toute sa vie dans un cinéma d'art et essai à Soho, il recommence tout à zéro. Dans ce petit parc de caravanes, il rencontre Constance, une bricoleuse de génie au manteau de loup dont il tombe amoureux, et sa fille Stella, ex-petit garçon, en pleine tempête hormonale, qui devient son amie. Autour d'eux gravitent quelques marginaux, un taxidermiste réac, un couple de satanistes, une star du porno. Les températures plongent, les journaux télévisés annoncent des catastrophes terribles, mais dans les caravanes au pied des montagnes, on résiste : on construit des poêles, on boit du gin artisanal, on démêle une histoire de famille, on tente de s'aimer dans une lumière de miracle. Dans ce roman éblouissant au lyrisme radical, peuplé de personnages étranges et beaux, Jenni Fagan distille une tendresse absolue qui donne envie de hâter la fin du monde.

J'achète ce livre grand format à 20 €

J'achète ce livre numérique à 14.00...76035175.................09........1......