Encore un livre sur le féminisme : oui, mais intelligent

Nicolas Gary - 06.04.2018

Livre - féminisme femme attitude - mouvement féministe femmes - livre féminisme société


Quand un essai provoque des essais à sa suite, c’est transformé, comme on dit dans le Sud-Ouest. Avec son livre Bad Feminist, Roxane Gay a provoqué en 2014 un véritable raz de marée. Romancière et professeure, elle avait alors décidé d’explorer ce qu’est le féminisme. Sans complaisance.



 

 

De par ses origines haïtienne et américaine, Roxane Gay pose déjà certaines bases : dans un pays où la couleur de peau est, plus qu’il ne le faudrait, un élément identitaire, être une femme de couleur relève du défi. Or, devenue romancière, avant d’être essayiste, l’exploration de la psychè est devenue un terrain de jeu plaisant.

 

Contrairement à une idée bêtement admise, il ne suffit pas de cumuler des facteurs minoritaires pour incarner une sorte de modèle sociétal. C’est en substance ce que pose Bad Féminist : être noire, femme, féministe… et se planter. Et la voici partie à détailler, bavarde ou diserte, ses imperfections, notamment dans le domaine politique. 

 

Ses textes vont couvrir une multitude de domaines, aussi variés que sa propre éducation, en regard de ses propres origines, de même que le cinéma — avec Django Unchained, passionnante analyse — ou encore la série de livres Sweet Valley High, de Francine Pascal et Kate William. 

 

Devenue une série télévisée, la vie de ces jumelles, deux blondinettes, compta 181 bouquins en tout. Et pas vraiment à la plus grande gloire de la femme… Et pourtant, c’est avec une vive tendresse que Roxane Gay l’évoque — comme une madeleine de son enfance : les multiples déménagements de sa famille l’ont quelque peu déracinée. Mais Jessica et Elizabeth, les deux héroïnes, étaient toujours à ses côtés. 

 

« Dans chacun de ces essais, j’essaie vraiment de montrer comment le féminisme influence ma vie pour le meilleur et pour le pire. Cela montre simplement ce qu’est de traverser le monde en tant que femme. Ce n’est même pas vraiment du féminisme en soi, c’est de l’humanité et de l’empathie », affirmait-elle au Time, en mars 2016. 

 

Roxane Gay revient en effet sur un élément des plus fondamentaux : l’humanité est une créature imparfaite, globalement, et individuellement. Et tout ce qui émane d’elle revient à la langue d’Ésope. Le pire et le meilleur s’y retrouvent. Le féminisme se consacre à la liberté et l’épanouissement des femmes, fort bien. Mais en tant que pensée humaine, il obéit à l’immuable règle : il peut aussi se planter.

 

La recherche d’autonomie et de reconnaissance, à travers le féminisme, s’opère donc aussi avec des personnalités qui finissent par nuire aux revendications premières. Être féministe ne signifie en rien être exempte (ou exempt) de défauts. Car tout, fondamentalement, doit partir d’une recherche d’égalité entre hommes et femmes — et les dérives extrémistes ne manquent pas dans le féminisme, comme partout ailleurs.

 

Voici donc comment Roxane Gay tente une approche plus complète, moins complexe — et surtout décomplexée. La meilleure définition du féminisme est celle qui vise à donner aux femmes une vision claire de leur place dans le monde, et celle qu’elles veulent prendre. Sont féministes, « les femmes qui ne veulent pas être traitées comme de la merde », en somme. 

 

Et c’est là que l’on en revient aux jumelles de Sweet Valley High : contradictoire en apparence, cette affection conservée pour les deux blondinettes ne remet pas en question son féminisme. Car l’enjeu n’est pas de répondre à des critères ni de cocher des cases qui font la bonne féministe. C’est tout le contraire, et le vernis à ongles rose, vert ou bleu ne devra jamais être objecté comme inconséquent. Femme, féminine, sensible et féministe : rien d’incompatible. 

 

Diffusé en grande partie sur internet, originellement, l’ouvrage recomposé pour devenir un livre aura connu un succès large. Largement mérité.

 

 

Roxane Gay, trad. Santiago Artozqui — Bad Feminist — Éditions Denoël — 9782207139646 – 21,90 €

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Denoel
Genre :
Total pages : 454
Traducteur : santiago artozqui
ISBN : 9782207139646

Bad feminist

de Gay, Roxane

Bad Feminist. Derrière ce titre ironique, Roxane Gay développe une réflexion révolutionnaire et bienvenue sur l'état actuel du féminisme. Lassée des prises de position parfois trop clivantes de certaines organisations féministes, et fatiguée d'entendre des femmes dire qu'elles n'étaient pas féministes, elle rappelle que la défense de l'égalité des sexes ne dispense pas d'assumer ses contradictions : On peut aimer la télé-réalité, se peindre les ongles en rose et revendiquer le fait d'être féministe. Bad Feminist regroupe ses chroniques initialement publiées dans The Guardian et sur le site The Rumpus. Roxane Gay y parle de culture, de race, de sexe et de genres, de stéréotypes sur l'amitié féminine, en se fondant sur sa propre histoire de femme noire dans l'Amérique contemporaine. Le portrait qui émerge en filigrane est celui d'une femme au regard d'une incroyable justesse, aussi bien sur elle-même que sur notre société. Une société dans laquelle les produits culturels que nous consommons entretiennent bon nombre de stéréotypes qui finissent par nous définir. Après avoir lu Bad Feminist, vous ne verrez plus les femmes, ni le monde, de la même façon.

J'achète ce livre grand format à 21.90 €