Enfanter dans la France d’Ancien Régime : et vinrent les hommes

Auteur invité - 09.08.2017

Livre - accouchement femmes enfants - Ancien régime moeurs - histoire grossesse accouchement


L’accouchement, exclusivement une affaire de femmes ? Oui, jusqu’au XVIe siècle. Les matrones et les sages-femmes ont été dépositaires d’une culture au féminin jusqu’à ce que les hommes prennent le pouvoir. En trois siècles, celles qui possédaient une pratique ancestrale sont devenues des « mineures professionnelles », assujetties à la tutelle des chirurgiens.




 

Peu à peu, elles ont été jugées incompétentes, indécises, en manque de formation ou de qualités viriles... Les études d’une petite quinzaine d’universitaires approchent cette évolution du XIVe au XVIIIe siècle. Elles observent l’enfantement du point de vue des femmes et des hommes et s’attardent sur l’avortement.

Comment le chirurgien a-t-il réussi à imposer sa présence lors des accouchements alors que la société et la religion prônent aux femmes la retenue de la pudeur ? Alors que le professionnel répugne à toucher « les parties honteuses » ? 
 

Alors qu’il n’est pas toujours réputé empathique ? Alors que l’accoucheuse a toujours inspiré confiance et qu’elle fait partie du même environnement social que les parturientes ? Les réponses sont plurielles.

L’envie d’imiter la famille royale (Louis XIV a fait appel à un chirurgien pour les couches de sa maîtresse), l’invention des fers (le forceps) interdits aux accoucheuses, les savantes campagnes de dénigrements des matrones et des sages-femmes, les progrès de l’imprimerie et donc des productions écrites...

Peu d’accoucheuses sont lettrées et ce sont les hommes qui rédigent les témoignages. Exception faite notamment de Louise Bourgeois, auteure et sage-femme de Marie de Médicis, qui a compris qu’il fallait protéger son territoire professionnel.

Enfanter dans la France d’Ancien Régime retient moult anecdotes piquantes. Il analyse finement discours, iconographies, objets, fictions (dont les crues et cruelles fictions des libertins) ou parades (courts spectacles burlesques).

Nul besoin d’être historien ou professionnel de santé pour s’y attacher, pour s’y passionner. 


ATHÉNAÏSE MERRIAUX 
 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais


Laetitia Dion, Adeline Gargam, Nathalie Grande et Marie-Élisabeth Henneau – Enfanter dans la France d’Ancien régime – Artois Presses université – 9782848322704 – 18 € 


Pour approfondir

Editeur : Artois Presses Universite
Genre :
Total pages : 230
Traducteur :
ISBN : 9782848322704

Enfanter Dans La France D'Ancien Regime

de Dion Laetitia/gargam(Auteur)

L 'accouchement fut pendant des siècles un art du ressort des femmes. Du Moyen Age jusqu'au Grand Siècle, les femmes ont exercé un monopole professionnel sur cette activité, en ville comme à la campagne. Mais dès le XVIIe siècle, la médicalisation de la science obstétricale a opéré un bouleversement des rôles et entraîné, à la fin du XVIIIe siècle, une inversion faisant d'une affaire de femmes un domaine soumis à la science masculine. Or, malgré la richesse des travaux consacrés aux croyances et aux rites, aux pratiques médicales et aux souffrances liées à l'accouchement, les conséquences de ce tournant n'ont pas encore toutes été tirées. Cet ouvrage veut remettre les femmes au coeur de l'acte d'enfanter, en envisageant les pratiques, discours et représentations de l'accouchement d'un point de vue genré. Découvrir le métier de sage-femme, les textes où elles ont transmis leur savoir, les pratiques et les risques du métier, l'iconographie et les fictions qui les représentent, voire les objets pédagogiques et les instruments qui gardent la trace de leur travail, permet ainsi d'envisager l'existence d'une expérience et d'une perception féminines différentes de la science masculine.

J'achète ce livre grand format à 18 €