Entre deux mondes, le frisson du matin de Never World

Victor De Sepausy - 27.08.2019

Livre - Le matin de Never World - Marina Pessl Gallimard - rentree litteraire 2019


THRILLER ÉTRANGER YOUNG ADULT – Six amis, particulièrement proches, jusqu’à ce que la mort emporte l’un d’entre eux. C’était l’année passée. Et les voici réunis, un an après l’obtention de leur diplôme, à l’école de Darrow-Harker.
 
 

Un an après l’événement, Beatrice Hartley, Bee, décide de rendre visite à ses amis — la mort énigmatique de son petit ami de l’époque, Jim, les a quelque peu séparés. Était-ce véritablement un suicide ?
 
La voici arrivée à Wincroft, station balnéaire où tous ont passé leur temps, à refaire le monde.
 
Ils rentraient, après un concert de punk rock qui s’était bien déroulé, musique enthousiasmante, bonne ambiance. Partis de Newport à Rhode Island, le groupe va frapper une dépanneuse et se retrouver dans un fossé.
 
Ils vont alors croiser la route d’une étrange créature – sorte de Passeur façon Charon, mais en nettement plus oppressant. La nuit était pluvieuse, ils se retrouvent alors coincés dans un entre deux mondes, le Neverworld. Mais seul l’un d’entre eux pourra quitter vivant cet endroit : ils sont coincés, prisonniers d’une boucle temporelle qui ne prendra fin que dans les plus extrêmes circonstances.
 
Et les vilaines décisions vont commencer.
 
Voici un thriller rusé, subtil, mâtiné de science-fiction, où la vie et la mort se côtoient et contraignent à de lourdes décisions. L’intrigue peut paraître vaste, voire tentaculaire, mais se construit avec élégance et un rythme facile à tenir. Pessl ne déroule que ce qui doit l’être pour emporter le lecteur, et le principe du voyage dans le temps qu’elle exploite est habilement utilisé pour maintenir la tension dramatique.
 
On déplore malgré tout — et le genre Young Adult n’y est pour rien — que les personnages soient trop mélodramatiques à certains égards. Et le dénouement peut prendre de court — un peu comme les épisodes de Scooby-Doo, où la résolution venait d’à peu près n’importe où.
 
Mais les limbes où nous embarque Marisha Pessl se tiennent bien, et finalement, les réflexions sur le sens de l’existence font oublier la dimension excessive que peuvent prendre les adolescents.
 
 
Marisha Pessl, trad. Laetitia Devaux – Le Matin de Neverworld – Gallimard – 9782075122658 – 18 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard-Jeunesse
Genre : romans & contes
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782075122658

Le matin de neverworld

de Pessl, Marisha

Un an après la mystérieuse mort de Jim, son petit ami, Béatrice n'a toujours pas revu leur bande de copains. Populaires, complices, sarcastiques, ils se connaissent depuis toujours mais elle sait qu'ils cachent quelque chose. La soirée des retrouvailles dérape, et leur vie va basculer : ils devront affronter ensemble la vérité et prendre la plus difficile des décisions -ou revivre éternellement la même journée, prisonniers du neverworld.

J'achète ce livre grand format à 18.00 €