Espèces et sociétés meurent de la diversité qu’elles ont anéantie

Mimiche - 07.08.2018

Livre - Darwin Lévi Strauss - diversité homme danger - Pascal Picq essai


ESSAI – Né en 1809, Charles Darwin aurait pu suivre la voie que sa naissance lui promettait dans la société anglaise, cette bonne bourgeoisie d’affaires. Au lieu de cela, après avoir, un temps, bien failli devenir pasteur, sur la sollicitation et les encouragements de son ancien professeur de botanique à Cambridge, Charles accepte un poste de naturaliste sur un navire de sa Gracieuse Majesté la Reine d’Angleterre. Il partit, en 1831, pour un périple de cinq ans qui va le mener notamment vers le Brésil, les Galápagos…




 

Pétri des lectures d’illustres prédécesseurs, il va profiter de ce voyage pour pénétrer toutes les contrées où le HMS Beagle fait escale et y noter les observations remarquables que ses expéditions lui donnent à voir. Aux Galápagos notamment, il admire et consigne les merveilles (de ce qui ne s’appelle pas encore la biodiversité) qui s’offrent à ses yeux et qui participeront à la construction de sa réflexion sur les espèces et leurs évolutions.

 

À son retour en Angleterre, Charles va consolider la réputation qu’il s’est acquise au cours de son voyage et commencer la mise en forme de ce qui va marquer définitivement les sciences de la vie.

 

L'anthopologie, au filtre de sa propre histoire

 

Claude Lévi-Strauss est né presque un siècle plus tard, en 1908, dans un milieu familial aux vocations artistiques affirmées, mais il se préoccupe beaucoup, parallèlement à ses études de philosophie, de la chose publique et de politique, devenant militant de la SFIO.

 

Rapidement ennuyé d’une vie de professeur de philosophie, sur les conseils de l’un de ses enseignants, il fait acte de candidature pour un poste de professeur de sociologie à Sao Paulo et, en 1935, il débarque en baie de Rio après un voyage sur un cargo poussif, moins glorieux que le Beagle de Darwin…

 

Une fois installé au Brésil, il organise, lui aussi, de nombreuses expéditions pour aller au-devant des différentes cultures qu’avait rencontrées Darwin. Mais, pour cela, il doit s’enfoncer de plus en plus profondément dans le pays, de plus en plus loin des côtes, pour enfin approcher des peuples et des environnements qui n’ont pas encore été saccagés par la civilisation occidentale, aux dérives coloniales et racistes.

 

Exilé à New York pendant la Deuxième Guerre mondiale, il y côtoie de nombreux intellectuels ayant fui, comme lui, la terreur nazie et y enseigne l’ethnologie. De retour en France, après la fin de la Guerre, la parution de Tristes Tropiques va contribuer à asseoir sa notoriété en dénonçant le racisme et en annonçant le désastre qui point avec la disparition accélérée de la diversité culturelle et naturelle.

 

Et au milieu coule une rivière
 

Appuyé sur une mise en parallèle des parcours humains et intellectuels de ces deux immenses esprits que sont Darwin et Lévi-Strauss, Pascal Picq annonce, affirme, atteste et démontre une désastreuse réduction de la Diversité sur notre petite planète bleue dont l’ampleur met d’ores et déjà en péril l’Homme autant que le milieu dans lequel il vit.

 

C’est un monumental cri d’alarme qui est ainsi lancé, appuyé sur de nombreux constats de disparition (et surtout de l’augmentation inquiétante du rythme de ces disparitions) tant d’espèces animales que végétales. Mais aussi de cultures humaines développées par l’Homme depuis des millénaires et caractéristiques d’adaptations spécifiques, de connaissances dont il est indispensable de bien prendre conscience, que la civilisation occidentale, si elle a acquis — par la force — une prééminence évidente, ne peut en aucun cas être considérée comme un optimum d’adaptation.

Simplement une spécialisation, une variante adaptative, au même titre que toutes les autres cultures que l’Occident contribue à faire disparaître. Alors que les Hommes qui sont porteurs de toutes ces dernières n’ont aucune raison d’être qualifiés, plus ou moins que nous, de primitifs.

 

En effet, les études déployées sur l’ADN mitochondrial ont largement prouvé que « toutes les populations humaines actuelles présentent une faible diversité génétique, issue d’une population génétique ancestrale africaine… », permettant de récuser les théories chères aux nationalistes et aux racistes et de mettre en évidence que la diversité actuelle relève d’une « histoire naturelle récente » où chaque population humaine actuelle « a trouvé des réponses culturelles et sociales qui conduisent à récuser toute forme de hiérarchisation ».

 

Perdre aujourd’hui (détruire !) ces cultures revient à obérer des adaptabilités au milieu qui nous entoure et que les modifications, que nous lui infligeons, nous mèneront à avoir collectivement besoin demain. À nos risques et périls, car « les espèces et les sociétés meurent de leurs points forts (…) parce qu’elles ont perdu leur adaptabilité liée à toutes les formes de diversité qu’elles ont anéanties ».

 

[Extraits] De Darwin à Lévi-Strauss ;
l'homme et la diversité en danger de Pascal Picq

 

Faire de l’homme occidental monothéiste aux pieds duquel la nature (et les autres cultures) doit se mettre à genoux est une ineptie et « les techniques et les technologies ne peuvent pas répondre à tous ces défis ».

 

C’est un plaidoyer fort que nous livre là Pascal Picq afin que l’Homme (avec un grand H) trouve, après l’âge de la foi puis celui de la raison, la voie nouvelle à inventer pour assurer un avenir à notre espèce homo sur terre. Car il semble évident que la poursuite de notre expansion vers l’univers n’arrivera pas à temps pour nous offrir une porte de salut.

 

Pas sûr que « l’âge de l’empathie » qu’il appelle de ses vœux soit à la portée de l’âme humaine, mais pourquoi pas ! Lancés à fond face au mur, aucune option, surtout et même celle-là, ne doit être écartée.

 

 

Pascal Picq – De Darwin à Lévi-Strauss — Odile Jacob — 9782738112248 – 22,90 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.