Et si l'Homme reprenait goût au vivant ?

Mimiche - 11.06.2018

Livre - randonnée nature vivant - piste animale Morizot - forêts humains relation


Le livre commence par un avertissement de l’éditeur quant aux objectifs de cette collection spécifique. Il ne peut me toucher plus et je suis effectivement aux anges quand le principe éditorial suivant est énoncé : « La nation iroquoise avait l’habitude de demander, avant chaque palabre, qui, dans l’assemblée, allait parler au nom du loup. »




 

Le ton est donné.

 

La préface de Vinciane Despret, philosophe des sciences et professeur à l’Université de Liège, enfonce le clou quelques pages plus loin en ouvrant la voie aux textes de l’auteur des Diplomates, rappelant son sens du territoire partagé et la nécessité pour les humains « de tisser des rapports sociaux avec les autres qu’humains ». Confirmant cette affirmation que Baptiste Morizot va répéter tout au long de son ouvrage : aucune forme de vie n’existe sans laisser des traces.

L’homme, qui n’a eu de cesse de se poser en consommateur égoïste, égocentrique, accapareur et sans plus aucun respect de son environnement au sens large, doit réapprendre à lire le vivant autour de lui et à partager, pour le bien de tous, le territoire commun qu’est notre planète bleue, sillonnée par d’innombrables autres formes de vie bien plus accessibles que celles que nous tentons, vainement pour l’instant, d’aller chercher aux confins de l’Univers sans nous rendre compte que nous ne sommes même pas capables de parler avec les abeilles !

 

J’ai écrit plus haut « aux textes de Baptiste Morizot » car cet ouvrage est un assemblage de plusieurs publications distinctes antérieures, revues, corrigées, complétées et liées pour supporter cette invite physique, historique, politique, anthropologique et philosophique au pistage : de la découverte puis de la lecture des traces laissées par les vivants, à leur compréhension.

 

Baptiste Morizot s’insurge devant l’attitude découlant des grandes religions monothéistes qui font de l’homme un échelon supérieur, particulier et exceptionnel dans le monde du vivant. Un échelon qui n’aurait qu’à prendre sans jamais donner ou simplement rendre. Un autiste qui sait comprendre le cycle de l’eau, du carbone ou de l’azote, mais s’exclut et se place au-dessus de celui de la vie.

 

Il propose de ne plus aller « dans la Nature », mais de « s’enforester » pour reprendre le dialogue avec le vivant, ne plus rester un spectateur solitaire et simplement recueilli devant la majesté ou la beauté des paysages et du monde en général, mais de reprendre « commerce » avec celui-ci au sens ancien de l’usage partagé des territoires vivants, pluriels et cosmopolites où chacun dispose d’un modus vivendi propre, qu’une diplomatie comprise de tous permet de partager.

 

Et c’est à partir du postulat selon lequel « malgré les différences, malgré l’inaccessible étrangeté des autres formes de vie, il y a en certains points quelque chose comme une communauté de problématiques vitales », qu’il nous invite à suivre la piste de l’invisible, à voir avec l’œil de l’esprit celui qui a été là, qui n’y est plus, mais qui, inévitablement, a laissé des traces de son passage.

 

En interprétant, dans l’argile humide, le pas hésitant du chevreuil qui recherche les meilleures pousses qui feront son repas ou celui, direct et allongé, du loup de retour de chasse qui ramène au plus vite à la tanière de quoi nourrir les jeunes louveteaux.
 

[Extraits] Sur la piste animale de Baptiste Morizot

 

Cet œil qui voit l’invisible, c’est celui du chaman qui sait interpréter les signes, celui du chasseur qui va traquer une proie, celui de l’enquêteur qui déduit et permet de lever le voile d’un mystère. Cette capacité de déduction développée par l’Homo cueilleur devenu Homo chasseur sans disposer de l’odorat du loup, de la vue de l’aigle ou de tout autre sens spécifique du prédateur, a amené Homo à un développement cognitif aux sources de l’intelligence, de la déduction, de l’imagination, de la vision intérieure de l’invisible extérieur.

 

Baptiste Morizot propose une évolution adaptative et exaptative de l’ancêtre simiesque à homo sapiens qui nous maintient, en tant que descendant de tous ceux-ci, dans le monde du vivant non plus comme une exception, mais comme un simple membre.

 

La Terre, c’est la planète Pandora magnifiée d’Avatar. Mais nous avons oublié, contrairement au chasseur bushman (voir la référence YouTube citée dans les notes du livre), de remercier le koudou qu’il a tué de participer à nourrir sa famille ou au vieux chasseur du Totem du Loup qui part seul dans les montagnes pour y mourir, de rendre à la Terre ce qu’elle lui avait offert avec la vie.

 

Ce bouquin est une ode à la vie. C’est un livre de chevet. C’est un manifeste écologique. C’est un renversement politique. C’est un bouleversement de l’esprit du randonneur.

 

Dépêchez-vous de le lire !

 

Baptiste Morizot – Sur la piste animale – Actes Sud – 9782330092511 – 20 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Actes Sud
Genre :
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782330092511

Sur la piste animale

de Baptiste Morizot(Auteur)

Depuis les forêts du Yellowstone aux crêtes du Kirghizstan, des steppes du Haut-Var à la terrasse de son appartement, Baptiste Morizot nous invite à partir sur les traces d'êtres hors du commun, souvent mythifiés : les grands prédateurs - ours, loups, panthères des neiges... A travers différents récits de pistage, l'auteur nous propose ainsi de nous "enforester", selon l'expression des coureurs de bois du Grand Nord canadien : porter son attention sur le vivant simultanément autour de nous et en nous, et apprendre à

J'achète ce livre grand format à 20 €

J'achète ce livre numérique à 14,99 €