Être jeune, noir et vivre en Alabama : double peine

Nicolas Gary - 13.08.2018

Livre - meurtre adolescent noir - Black Life Matters - famille meurtre enfant


ROMAN JEUNESSE ÉTRANGER – Marvin et Tyler, frères jumeaux, vivent seuls avec leur mère. Le père, à cause d’un excès de zèle de policiers manifestement haineux, s’est retrouvé en prison. Il n’en sortira qu’au moment où ses fils auront une trentaine d’années. Le trajet est long.


 

 

Traverser l’époque du lycée, dans un contexte pareil n’a rien de simple : être noir, métis, dans une Amérique qui a sculpté son horizon autour des Blancs, moins facile encore. Situé en Alabama, le quartier de Sterling Point où ils vivent tous trois n’est pas des plus commodes : les violences policières sont monnaie courante. Très courante.

 

L’Alabama n’a pas non plus une histoire d’extrême tolérance vis-à-vis des Blacks… L’État est connu, aujourd’hui encore, pour figurer parmi les plus tordus : sa constitution, l’une des plus longues du monde, a été régulièrement critiquée en ce qu’elle entretenait racisme et ségrégation.

 

C’est dans cet univers, et dans les pas de Martin Luther King (qui a débuté sa carrière en Alabama, à Montgomery, la capitale) ou encore de Rosa Parks que les jeunes évoluent : un lycée plus réputé pour sa violence et ses bagarres que ses exploits sportifs ; un trafic de shit entretenu par le caïd local, Johntae… et des violences policières, totalement inadmissibles, insoutenables…

 

Et quotidiennes.

 

Mama tente d’élever ses garçons de son mieux : des valeurs, un sens du respect mutuel, et surtout, obéir aux policiers quand ils ordonnent. Ne pas tenir tête. Parce que rien de bon n’en sortira.

 

Marvin est promis à un avenir, en université — le MIT pourrait s’intéresser à lui. Pour Tyler, la situation est différente : l’absence du père, la volonté d’exister, bien des choses pourraient expliquer qu’il s’oriente vers Johntae. Et la vente de shit. Aucune ne permettra de comprendre sa mort…

 

Tué par balles — trois tirs distincts. Et une famille qui s’effondre. Liberté et justice, des concepts réservés aux puissants ?

 

S’inscrivant dans la lignée d’autres romans pour adolescents qui ont provoqué un véritable tollé, My Life Matters pose calmement la question : comment être Noir aux États-Unis, surtout dans un État connu pour son racisme latent et historique ? 

 

Brossant un tableau peu — très, très peu — reluisant de la police, le livre est à ranger aux côtés de The Hate U Give, d’Angie Thomas, et All American Boys, de Jason Reynolds et Brendan Kiely. Ces deux romans sont en effet accusés d’alimenter la haine de la police — ils évoquent tous deux des cas de bavure policière.

 

Il en va de même pour My Life Matters, qui ne vire jamais à l’exercice de propagande anti-police. C’est un meurtre, de sang-froid, ou presque, qui est perpétré. Du contrôle des armes à feu en passant par le mouvement social Black Lives Matter, il balaye le spectre enrageant d’une Amérique de colères et de conflits raciaux toujours vifs. Il suffit en revanche d’être du bon côté de l’arme. 

 

Splendide de réalisme et particulièrement émouvant, il ne vire ni dans le pathos abusif ni dans la caricature grossière. My Life Matters, c’est le tableau sombre et authentique d’une autre réalité du mythe américain – l'American Way of life, version meurtrière. Son principe est identique au livre d’Angie Thomas et pourtant il passe sous les radars de la censure. 
 

[Extraits] My life matters de Jay Coles

 

Il n’en demeure pas moins puissant et riche. L’histoire d’une famille qui se brise, dans un environnement malsain, de suspicion, de défiance et peur. Assez fort pour remettre en cause et perturber les certitudes que l’on peut avoir sur les Etats-Unis. À condition de ne pas être déjà trop intoxiqué…

 

À ce titre, ce 10 août, une étude produite l'University of Alabama’s George Hawley, indique que 11 % de la population du pays estime que l’extrême-droite est dans le vrai. Et l’Alabama n’est pas en reste.

 

 

 

Jay Coles, trad. Brigitte Hébert — My Life Matters — Hachette — 9782016270158 – 15,90 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Hachette Romans
Genre :
Total pages : 252
Traducteur : brigitte hébert
ISBN : 9782016270158

My Life Matters

de Jay Coles

«  Je n’oublierai jamais Tyler. Je ne veux pas que le reste du monde l’oublie non plus.  » Marvin Jonhson, 17 ans, est un excellent élève qui fait tout pour éviter les ennuis. Mais quand on est noir dans une Amérique de blancs, les ennuis ne sont jamais loin. Lorsque Tyler, son frère jumeau, va à une soirée organisée par un gang du quartier, Marvin l’accompagne, avec la ferme intention de veiller sur lui.Soudain, c’est le chaos. Descente de police, coups de feu. Marvin perd son frère dans la panique. Le lendemain matin, Tyler n’est toujours pas à la maison. Aucune nouvelle de lui. Lentement, la réalité s’impose  : il a disparu.Pendant les jours qui suivent, Marvin et sa mère cherchent Tyler sans relâche. Jusqu’à ce qu’on leur annonce que le corps de Tyler a été retrouvé. Mais la vidéo qui tourne sur le web raconte une histoire encore plus glaçante  : Tyler a été abattu par un policier, alors qu’il essayait de rentrer chez lui.Après ce drame, les réseaux sociaux s’emparent de l’histoire. Marvin semble être le seul à ne pas oublier que Tyler était plus qu’un fait divers… 

J'achète ce livre grand format à 15.90 €

J'achète ce livre numérique à 10,99 €