medias

Être un conquistador n'est pas de tout repos

Auteur invité - 06.12.2019

Livre - Ce prince que je fus - jordi soler Contre allée - Roman picaresque


ROMAN ETRANGER - Pas sûr que si Jordi Soler n’avait pas été de culture hispanique et latino-américaine (né au Mexique et d’origine catalane), il aurait écrit ce livre où la veine picaresque s’exprime dans ce qu’elle a de meilleur. Dans Ce prince que je fus, nous voilà embarqués dans une histoire de conquistadors entre le XVIe et le XXIe siècle.

 
Gare au vertige engendré par ce télescopage de temps mais aussi d’espaces puisque l’action se déroule aussi bien à Mexico ou à Motzorongo, près de Veracruz, qu’à Toloríu, petit village de la province de Lérida perdu au milieu des Pyrénées, ou à Barcelone.
 
On croise dans cet étonnant roman, qui se mérite car le fil de l’intrigue peut parfois faire des noeuds, une princesse aztèque « brune, menue, nerveuse, folle », un hidalgo baron de Toloríu et soldat de l’armée d’Hernán Cortés, Don Juan de Grau, amoureux de la très jeune princesse Xipaguacin/ Maria, fille de l’empereur Moctezuma, celui-là même qui inspira un opéra à Vivaldi en 1733.
 
Un parfum d’étrange absurdité mâtinée d’humour parcourt ce livre. Grâce à l’artifice romanesque merveilleusement maîtrisé par Jordi Soler, nous naviguons en eau trouble tantôt dans l’empire aztèque au moment de la conquête du Mexique, tantôt à la recherche du trésor caché de Moctezuma.
 
Nous croisons, au fil des pages, le général Franco, un banquier retraité, un prince ruiné, un sorcier, une princesse amoureuse d’un cheval guérisseur, le peintre Diego Rivera... Et pour complexifier le tout, Kiko Grau, chef d’entreprise barcelonais se découvre dans les années 60 héritier de la lignée de Moctezuma.
 
Voilà une réjouissante saga mexicano-catalane qui n’exclut pas une réflexion parfois satirique sur aussi bien la signification de l’héritage social et du métissage, que sur ce que l’argent fait aux hommes avec ou sans les ravages de l’abus de whisky.
 
FRANÇOISE OBJOIS
   

 


Jordi Soler, trad. espagnol (Mexique)  Jean-Marie Saint-Lu – Ce prince que je fus – La contre-allée – 9782376650515 – 20 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : La Contre Allee
Genre : littérature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782376650515

Ce prince que je fus

de Jordi Soler

Entre le délire et la responsabilité historique que lui impose son origine, Son Altesse Impériale triomphe dans l'Espagne franquiste en escroquant tous ceux qui rêvent d'ajouter à leur nom un titre de noblesse qui les avalise socialement, aussi absurde que soit le titre et aussi mensongère que soit la reconnaissance qu'elle leur apporte.

J'achète ce livre grand format à 20.00 €