Fausse piste, de James Crumley, illustré par Christophe Chabouté

La rédaction - 30.03.2017

Livre - Fausse piste James Crumley - illustré Christophe Chabouté - Editions Gallmeister


Fausse piste. Nada. Walou. Circulez, y a rien à voir. Ou reconsidérez tout ce qui se situe en dessous de vous, de moins que rien, ivrognes, marginaux, hippies, indiens d’Amériques, tout ce qui eut un jour un nom et plus de dignité, et vous aurez une idée assez précise de ce que l’on voit dans les yeux d’un détective pour qui l’art de s’abîmer dans un verre de whisky supplante tous les autres et vous apprend au passage, quelques trucs à propos de l’humanité.

 

Fausse piste James Crumley Gallmeister

 

 

Ainsi James Crumley créa le personnage de Milton Mildragovitch dit le détective Milo et dès son premier polar posa les solides jalons d’un nouveau genre de noir. Qui a lu, initié ou non, Le (cultissime) dernier baiser, premier roman de sa deuxième série, comprendra l’importance des personnages de Milo et du détective Sughrue dans l’univers de Crumley.

 

Force est d’admettre que dans ces deux anti-héros excessifs et quasi pathologiques, la figure du privé en a pris un coup, le mythe aussi, là où le roman noir en est sorti indemne, grandi et sacrément transfiguré !

 

Il ne fera pas de doute que niché au beau milieu des montagnes du Montana, James Crumley a trouvé une voie, certainement la meilleure, la plus tordue, la plus lyrique, la plus drôle et la plus humaine des voix pour incarner ces personnages, hommes et femmes qui ont compris assez tôt « que même la plus simple des vies était encore trop compliquée ».

 

Frère de tous les ivrognes et visages cabossés d’une petite ville sans éclats, Milo est le dépositaire d’un monde où toutes les solitudes se rencontrent. Passage obligé au bar le Mahoney, où aujourd’hui est toujours hier.

 

Une main chasse les vieux démons quand l’autre est encore solidement cramponnée à son verre. Guerre de Corée, mariages ratés, femmes dangereuses, drogues dures, armes à feu et nuits sans sommeil, toutes ces choses censées représenter un danger pour soi ou pour autrui, Milo les balaye comme les mégots de la veille et noie absolument tout dans un verre d’alcool purificateur.

 

[Extrait] Fausse piste de James Crumley 

 

Quand une jeune et très belle femme pousse la porte de son bureau, Milo n’a pas encore 40 piges qu’il estime ses seuls avoirs, la tristesse et la vieillesse, comme ses plus grands biens. Ayant, comme la plupart des gens qui boivent, passé une grande partie de sa vie à examiner son avenir lamentable, cela a cessé de l’amuser.

 

L’apparition de ce e femme signe enfin sa reprise de service. Pour qui voit de la noblesse dans l’échec, ce roman noir vous est dédié. (Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacques Mailhos)

 

Allan Viger,
Les Cordeliers (Romans-sur-Isère)

 

en partenariat avec le réseau Initiales