Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Freedom - Jonathan Franzen

Pauline - 31.10.2011

Livre


Pourquoi ce livre : J’ai lu Freedom dans le cadre du Match de la rentrée littéraire. Un ensemble de livres de la rentrée littéraire sélectionnés par Price Minister afin de voir quel sera le plus aimé par les blogueurs. Il y avait 8 ou 10 livres au choix et j’ai choisi celui-ci !

Résumé : Pas facile de résumer l’histoire en elle-même. En fait c’est l’histoire d’une famille sur trente ans. De la rencontre des parents à la fac jusqu’à la fin de l’adolescence des enfants.

Mon avis : J’ai commencé ce livre sans aucun jugement ! C’était mon premier roman de Jonathan Franzen et je n’avais lu aucune critique afin de ne pas avoir d’a priori, ni positif, ni négatif.
Et au début l’histoire m’a plu, le style aussi ! Et ce durant les 300 premières pages ! Un livre avec pleins de dialogues et ça j’aime bien ! Au départ c’est un peu une histoire à la desperate housewives, sans les crimes  (!) mais avec la voisine dragueuse et la mère de famille qui s’ennuie à la maison. Mais ensuite j’avais l’impression que ca ne finirait jamais…

Oui parce qu’il fait tout de même 700 pages et ce n’est pas un livre de poche ! D’ailleurs depuis que je l’ai terminé, mon sac à main s’est bien allégé ! En réalité, j'ai attendu durant des pages et des pages sur la conservation des oiseaux, la surpopulation mondiale et les infidélités matrimoniales qu’il se passe quelque chose, et puis finalement arrivé à la fin, il ne s’est rien passé.

Honnêtement, si je ne m’étais pas engagée à le chroniquer pour Price Minister, je l’aurai abandonné environ à la moitié. L’autre raison qui me poussait à continuer ? Il allait finir par se passer un truc, c’était sur ! A chaque espoir, PAF l’auteur change de personnage ou revient 15 ans en arrière. C’est vraiment exaspérant. Car au final il ne se « passe » rien… j’ai été déçue à chaque "révélation". Je ne comprends pas l’intérêt de faire des pages et des pages à raconter une seule journée et des évènements du point de vue de 4 personnages différents et à 3 endroits du roman… Et puis à la fin, on dirait que l’auteur est comme moi, et qu’il s’est lassé de son histoire car d’un coup il résume plusieurs années en quelques pages… Et j'ai encore moins aimé la fin que le reste du roman, je ne comprends pas pourquoi Franzen a choisi cette fin là... Je pense franchement qu'il aurait pu faire beaucoup mieux en faisait plus court, en mettant moins de longueurs, en se répétant moins…

Enfin bref, vous l’aurez compris, je ne vous le recommande pas… et je suis donc en désaccord avec le Times qui l’a proclamé « grand romancier américain » et la presse mondiale dithyrambique face à ce roman… J’ai surement loupé un truc ! (ben oui à force de sauter quelques lignes par-ci par là quand je m’ennuyais vraiment trop !) 


les matchs de la rentrée littéraire

Normal 0 21 false false false FR X-NONE AR-SA MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:Arial; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}