Impossible, Erri de Luca au sommet

Mimiche - 25.09.2020

Livre - Erri de Luca - Impossible Gallimard - Rentree litteraire 2020


ROMAN ETRANGER - D'un côté du bureau, le juge d'instruction qui veut obtenir des aveux. De l'autre, l'accusé qui refuse avec obstination de faire appel à un avocat et qui préfère assurer lui-même sa défense. Ce qui lui est refusé et qui amène donc le juge d'instruction à lui adjoindre un avocat commis d'office. Que l'accusé récuse et qu'il refusera de laisser parler ou seulement émettre des avis, des conseils ! Mais de quoi est-il accusé ?
 
 
 
Quarante ans plus tôt, il avait été ce jeune homme profondément engagé dans des luttes armées contre les gouvernements d'alors. Luttes aussi violentes que la répression dont lui et ses camarades ont fait l'objet. Aussi violentes que les actes d'oppression de l’État sur le peuple qui les révoltaient.
 
Dénoncé, arrêté, jugé, condamné, emprisonné de longues années, il avait purgé sa peine et, rendu à la liberté, n'avait en rien renoncé à ses idées, à ses convictions, à ces amitiés et fidélités de lutte, à cette liberté de penser que la prison n'avait jamais réussi à entamer.
 
Et cette liberté, rien ne l'exprimait mieux, maintenant, que ces fréquentes sorties en montagne, en solitaire face à la grandeur naturelle de celle-ci.
 
Or, il était apparu aux enquêteurs que l'homme qui était engagé dans la même course que l'accusé et le précédait de plusieurs centaines de mètres sur cet itinéraire escarpé des Dolomites, cet homme qui avait dévissé sous ses yeux et fait une chute fatale depuis une vire extrêmement exposée, cet homme que l'appel lancé aux secours par l'accusé n'avait pas permis de sauver, cet homme était l'un de ses anciens camarades de lutte. Celui qui, arrêté, avait dénoncé tous ses amis avec lesquels il s'était pourtant juré fidélité. Un traître !
 
Il n'en fallait pas plus pour forger l'intime conviction du juge d'instruction qui a engagé une enquête à charge et qui n'entend rien moins qu'amener l'accusé à avouer un meurtre avec préméditation. Meurtre que ce dernier récuse sans animosité mais avec fermeté et résolution. Un meurtre pour lequel le juge n'a pourtant aucune preuve
 
Entre les séjours en prison dont l'accusé profite pour se réciter des poèmes et écrire des lettres qu'il n'enverra pas à son amour qu'il ne peut joindre, le bureau du juge voit s'affronter un homme seul et un tout puissant représentant de l’État.
 
Une joute où la force et l'ascendant ne seront pourtant pas l'apanage de l'accusateur vis-à-vis de l'accusé, pas plus que de la jeunesse sur l'âge mûr.
 
Tous les engagements d'Erri de Luca sont le ferment de ce duel oratoire entre les deux personnages : la montagne, le militantisme, l'écriture,...
 
La montagne parce que les Dolomites qu'il connaît si bien sont la toile de fond de l'événement dramatique qui provoque la confrontation. On y est toujours tout seul avec ses vérités, ses faiblesses, sa petitesse face à un monde qui nous domine de sa puissance, de sa beauté, de son immensité, de tous les bonheurs qu'elle est capable d'offrir, de toutes les épreuves qu'elle amène à surmonter, elle qui ne pardonne que rarement l'erreur et qui est un juge redoutable. Mais qui est pourtant grandeur et fragilité, magnanimité et générosité pour celui qui sait (et peut) l'approcher.
 
Le militantisme qui, pendant des années, aura été le moteur de cet homme engagé, forgé sur des convictions solides et durables, empreint d'envie d'absolu face aux actes politiques des gouvernements qu'il conteste. Un militantisme dans lequel il a certainement trouvé ce qu'il fait décrire par son « accusé » comme le lieu de naissance de l'amitié, de la fraternité, de la solidarité, de la fidélité, de la confiance, de l’engagement. Un militantisme qui ne le quittera jamais même s'il n'est plus l'activiste qu'il a été, mais qui conserve toujours une flamme allumée pour d'autres engagements, notamment altermondialistes.
 
Et puis l'écriture pour poursuivre les dialogues que l'isolement de la prison a interrompus mais que rien n'empêchera d'exister, toujours et encore comme une réponse à toutes les tentatives d'oppression et d'enfermement : Erri de Luca raconte comment il reste libre même dans l'enfermement car, « la liberté de chacun n'est pas à disposition de l’État. Il ne peut l'atteindre par l'incarcération » (Erri de Luca sur France Culture le 15 septembre 2020).
 
La joute verbale qui oppose l'accusateur et l'accusé donne ainsi l'occasion à Erri de Luca de philosopher sereinement mais avec une conviction profonde sur tous ces sujets qui auront été les piliers de ses engagements et de sa vie : la montagne (« on y va pour rien qui sert à quelque chose »), l'humanisme (« il n'existe pas d'amis et d'ennemis quand il faut porter secours »), la responsabilité individuelle, la fidélité, la justice (« vous avez le pouvoir de décider même sans connaître »), la fraternité (car « l'ennemi aussi peut [en] faire partie »), l'utilisation méfiante et parcimonieuse des éléments dits de modernité, le communisme (« une fraternité. Quand il la perd, il cesse immédiatement et se change en hiérarchie et en nouveaux privilèges »), et tant d'autres encore qui donnent à ce court roman une richesse infinie.
 
B. Pivot aurait dit de Le Poids du Papillon (paru en 2011 chez Gallimard) qu'il « pèse peu dans la main et beaucoup dans le cœur et la mémoire ».
 
Impossibile devrait vous faire le même effet.
 
 
Erri de Luca, trad. italien Danièle Valin – Impossible – Gallimard – 9782072860829 – 16.50 €
 
 
Dossier - Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite


Commentaires
J'ai adoré ce livre, la précision tranquille de la démonstration philosophique de l'accusé, la force de caractère admirable qu'on peut lui envier, et en face, la persévérance du juge accusateur qui va chercher partout des preuves de son intime conviction, dans le passé du militant, dans les rituels du montagnard et jusque sur la pente où les faits se sont passés ou non... Toute l'intrigue repose sur cette ignorance... Cependant, les clés de cette énigme se trouvent peut-être dans un autre roman du formidable écrivain: "La nature exposée"
« Tous les engagements d'Erri de Luca sont le ferment de ce duel oratoire entre les deux personnages : la montagne, le militantisme, l'écriture,...»

Amusant qu'on ne cite pas son orientation politique sur Actuallité. Et puis, j'ai vu Gallimard, alors je me suis douté. Un petit tour sur Wiki m'a confirmé mes soupçons.

Ça alors : un écrivain d'extrême-gauche !

Je ne m'y attendais pas grrr
Vous devez mal connaître Gallimard si vous pensez que tous ses auteurs sont d'extrême gauche !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.