Intrigues à Versailles, Adrien Goetz

Clément Solym - 24.07.2009

Livre - intrigues - Versailles - Adrien


Tiens, tiens, tiens... mais qui voit-on arriver une nouvelle fois pour notre plus grand plaisir ? Serait-ce notre amie de Pénélope toujours passionnée par l’art, l’histoire et la conservation ? Après un premier poste de conservatrice des tapisseries de la reine Mathilde à Bayeux dans Intrigue à l’Anglaise, elle signe son grand retour à Versailles, accompagnée de son tendre et cher Wandrille.

Le lecteur va tout d’abord pénétrer les entrailles du symbole royal dans une visite plus que détaillée des trésors et des histoires cachés qui y sont enfouis. L’occasion ici de se fondre dans l’imagerie et l’imaginaire autour de ces rois, reines et courtisans qui hantent encore les lieux. L’euphorie de la (re)découverte du sacro-saint historique est très rapidement écourtée par une découverte des plus macabres, à savoir celle d’une noyée dans l’un des illustres bassins du parc du château.

Ce fait perturbateur qui déstabilise d’emblée n’est pas sans rappeler le fracas des premières pages des aventures tenant lieu autour de la fameuse tapisserie dans l’opus précédent. La découverte d’une console du XVIIIe siècle jusque-là encore inconnue où l’on retrouve un doigt à l’intérieur d’un de ses tiroirs est la goutte de sang qui va tout déclencher par ailleurs.

Tout comme dans les précédentes mésaventures de Pénélope, bienvenu dans un monde de culture et d’histoire, mais aussi autour de problématiques de conservation du patrimoine de notre beau pays. Et c’est d’ailleurs par ce biais que les évènements macabres sont reliés.

Faut-il réduire pour autant tous les évènements à une vulgaire question d’argent et d’investissement nécessaire à toute préservation des trésors architecturaux ?
Rien n’est moins sûr quand des forces obscures surgissant des siècles passés refont surface.

La charmante Pénélope, une fois de plus, arrive au moment opportun et sa grande passion des énigmes est de nouveau mis à contribution, là où les questionnements historiques et les intrigues contemporaines s’entremêlent. Wandrille, dans le rôle du charmant chevalier de ses dames, sert de lien, reliant ainsi passé et présent dans une éternelle désinvolture et grâce à un humour laissant quelque peu à désirer.

Le couple se trouve en plein coeur de l’histoire et de ses conséquences contemporaines, mais également autour d’une véritable guerre fratricide entre des conceptions de la préservation du patrimoine définitivement antagoniste : d’un côté, la conception d’un Versailles des origines (le château ayant été transformé au fur et à mesure au gré des besoins) ; de l’autre, les partisans d’une adaptation de Versailles à son temps rappelant que finalement le lieu n’est qu’une grande imposture de la rénovation...

L’occasion ici encore pour Adrien Goetz de faire partager son intérêt pour les grandes fresques historiques ainsi que pour les légendes et autres mythes passionnants des siècles passés. D'aventure en aventures, d’abbayes à Port-Royal (...), l’enquête mène Pénélope et consorts depuis Versailles à Londres dans un climat de suspicion et de passif historique lourd ; mais également dans un climat sociologique lourd où convictions idéologiques et religieuses se mêlent de façon dogmatique.


 

Retrouvez Intrigue à Versailles d'Adrien Goetz, en librairie