J'ai laissé mon âme au vent : l'adieu poétique d'un grand-père à son petit-fils

Cécile Pellerin - 30.09.2013

Livre - mort - souvenir - deuil


C'est un album magnifique, très sensible que proposent, en cette rentrée, les Editions de la Martinière, capable d'émouvoir les adultes aussi bien que les enfants, à partager sans compter, à lire et relire, faire lire, écouter sans ennui. La lecture à voix haute est d'ailleurs fortement conseillée tant les sonorités des mots, le rythme des phrases, retentissent avec douceur et enchantement, accompagnent les illustrations, sans rupture. Des tons de couleurs suaves et apaisantes qui portent le texte poétique avec enchantement et bonheur.

"J'ai préparé l'été

Il viendra comme chaque année

Après le printemps"

 

Le Lecteur et l'auditeur sont emportés, même envoûtés, à la fois par la musique et la simplicité du texte et par la beauté immédiate des illustrations. L'émotion passe, comme un souffle bienfaisant, jamais pesant.

 

"J'ai laissé mon âme au vent,

Je me sens plus léger maintenant

Je peux à chaque instant voyager

Partir, revenir, c'est amusant"

 

Ce livre raconte l'adieu d'un grand-père à son petit-fils, sans excès de sentiments larmoyants, ni d'effets de style, au plus juste. Au mieux. Et cette simplicité séduit sans détours, offre aux mots, la possibilité d'exprimer cet état de tristesse apaisée, où les sanglots sont doux, ne défigurent pas, où la vie continue, malgré tout, sans pesanteur mais tout bonnement parce que telle est la vie. La mort est parfois logique, s'inscrit dans l'ordre des choses ; c'est ce que semble dire ce vieil homme à son petit-fils. Mais il ajoute qu'il est possible aussi de conserver le lien d'amour qui les unissait par la force des souvenirs, de petits rituels mis en place. Alors la disparition devient plus douce, mieux acceptée, presque naturelle.

 

"Promets-moi de ne pas trop pleurer

Je n'aime pas l'océan dans tes yeux

Promets-moi de penser à mon rire

De temps, en temps, ça me rendra joyeux"

 

Vraiment, ce livre ne peut que vous ravir, vous donner l'envie de le partager, de le conserver comme un bien précieux, tant il semble approprié, parfaitement dans la note pour raconter la mort, le deuil d'un être proche. Sans démesure ni violence, il touche en plein cœur. Un ravissement.

 

Et pour parfaire l'ensemble, le livre est accompagné d'un sachet de graines d'immortelles que « l'enfant pourra planter pour les voir naître, grandir et ne jamais mourir… » Ou comment prolonger un véritable bonheur de lecture et faire du jeune lecteur, un vrai complice.

 

Dès 6 ans.