J’ai vu l’avenir et j’ai failli en mourir

Nicolas Gary - 06.02.2018

Livre - Warren Ellis roman - Normal avenir hopital - soins réseau technologie


Le nouveau roman de la star britannique du comics navigue en eaux troubles. La Terre, d’ici quelque temps. Des groupes sont payés (les employeurs sont des plus divers…) pour envisager l’avenir. Dans le jargon, on dit « regarder l’abîme ». Et certains n’en reviennent que dans un triste état. Pour eux existe Normal Head, sorte d’institut psychiatrique pour tenter de soigner, voire sauver, ceux qui peuvent encore l’être.




 

Warren Ellis n’est pas un petit joueur : il a l’humour grinçant — la politesse du désespoir — pour raconter son avenir. Dans un entretien l’an passé, il expliquait : « Je dois tenir compte de ce que je suis possiblement juste un horrible sociopathe. Parce que je m’ennuie depuis des années et maintenant que tout est devenu fou et j’adore ça. » Avec un pareil auteur, autant s'attendre à tout. Et au pire, qui devient si divertissant.

 

Trump, la surveillance numérique, la déliquescence sociale : on pourrait mettre bien des choses derrière ce « ça ». Et dans Normal, il a injecté à son optimisme déçu et son humour désespéré une dose de réalisme déboussolant. Avec du Nietzsche, parce qu’en matière d’avenir, le philosophe allemand en a vu plus qu’à son tour. 

Avec Normal, Warren Ellis poursuit son exploration de la folie qu'engendre la société, et prend le parti de raconter les victimes. Une fois que l'on a franchi la ligne rouge, et que le point de non-retour s'éloigne dangereusement dans le rétroviseur. 

 

On entre dans une dystopie classique de la science-fiction, avec cette option alarmiste, tendance fin du monde. La réalité est glaçante de preuves que l’ultra-surveillance des populations est à l’œuvre. Attendons quelques dizaines d’années de plus, elle n’en sera que renforcée. C’est d’ailleurs le boulot d'Adam Dearden, fraîchement débarqué dans l’institut Normal Head. 

 

Venu pour des soins, après un pétage de plomb en Hollande, et un autre plus violent en Namibie, il arrive 24 heures avant qu’un drame ne secoue l’établissement. Un des pensionnaires ne répond pas — pire, il aurait pu être enlevé. L’endroit n’est pas sous surveillance étroite : pour soigner les patients, il faut les maintenir dans un environnement apaisé.
 

[Extraits] Normal de Warren Ellis 

 

Paranoïa et folie plus ou moins douce se chevauchent, dans un récit que Philip K. Dick n’aurait pas renié. Haletant et écrit au cordeau, Normal fait une entrée fracassante sur la scène de cette rentrée. 

 

Pas certain que l’humanité survive à ses propres démons et de vaines tentatives pour les exorciser. La promesse d’un avenir traitant avec équité la sécurité et la vie privée laissera tout un chacun rêveur.

 

Mais certainement pas confiant.


Warren Ellis, trad. Laurent Queyssi – Normal Editions Au Diable Vauvert – 9791030701739 – 18 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.