Juin 2016, la Seine en crue accouche d'une sirène, par Mathias Malzieu

Nicolas Gary - 08.02.2019

Livre - Mathias Malzieu Paris - Sirène Paris péniche - Malzieu Surprisiers roman


ROMAN – On n’attend pas d’un grand roman qu’il nous transporte — cela reviendrait à lui confier un fumeux rôle de nocher. De même, on n’attend pas d’une sirène qu’elle fasse le printemps, la chose serait grotesque. En revanche, on attend toujours de Mathias Malzieu qu’il explore cette voie, entre Bobby Lapointe et Boris Vian. Et fasse encore chanter le monde.


 

Gaspard Snow, un nom qui claque — et n’aurait pas déplu à Alosyus Bertrand — est propriétaire du Flowerburger. Péniche arrimée de longue date, et portant fort bien son nom : on y déguste des burgers aux pétales de fleurs. Il existe aussi une machine pour enregistrer des vinyles, mais avec du chocolat. Des disques à manger, et dont le goût change en fonction de la musique qu’ils diffusent. 

Mais surtout, cette péniche abrite le dernier des Surprisiers : Gaspard Snow. Petiti-fils de Sylvia, qui avait ouvert la péniche pour abriter les résistants, à Paris, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, Gaspard est le représentant d’une espèce menacée de disparaître : il appartient à celles et ceux qui enchantent l’existence, dispersent de la magie dans le quotidien. Des imagineurs d’un monde meilleur, qui plutôt que de le rêver œuvrent à le surpriser.

Enfin, œuvraient : avec Gaspard et son cœur brisé, difficile de croire que cette espèce se perpétuera. D’ailleurs, au rythme auquel chute la fréquentation du Flowerburger, les Surprisiers n’auront de toute manière plus de quartier général. Le père de Gaspard songe à vendre, dernière solution avant fermeture générale. On éteint les lumières, rideau baissé, pour toujours.

Pendant ce temps, insouciante, la Seine déborde : en ce mois de juin 2016, elle se répand, par les rues et les allées. Elle inonde, dans une crue spectaculaire, au point d’en profovoquer parfois des coupures d’électricité dans la Ville Lumière, qui en somme la ramène alors un peu moins. Soit. Or, à débordements exceptionnels, rencontre tout aussi fabuleuse : allez savoir comment, en ces périodes troublées tout devient possible… Mais la réalité s’est imposée : une sirène est venue s’échouer dans un Paris sous l’eau.

« Ça n’existe pas les sirènes. Gaspard était expert en rêverie. Il pouvait imaginer toutes sortes de choses. Mais là, c’était la réalité. Il n’avait bu que du thé à la menthe, et à part un Doliprane et de la vitamine C, il n’avait consommé aucune drogue. » Troublante rencontre qui liera ces deux êtres de rêves dans une étrange relation. Et la Capitale pourrait fort bien ne pas s’en remettre. 

Prisonnière bien malgré elle, et malgré son geôlier, Lola, la sirène sera soignée, logée, amusée — ne comprenant jamais pourquoi cet humain se montre si précautionneux à son égard. Tout cela est trop bizarre, jusque dans le poisson carré qu’il lui donne à manger, et qui a moins de goût que le savon dans lequel elle va mordre. Soignée, parce que blessée, Gaspard loge Lola dans la baignoire de sa salle de bain, en attendant mieux. 
 
Et la magie tout entière peut opérer. D’une page à l’autre, Malzieu saupoudre avec largesse, une ambiance poético-graindefoliesque. Le récit devient magique dans une réalité où la réalité est distordue pour que n’apparaisse que la beauté de toute chose. Une beauté simple, puissante, qui déclenche des sourires d’enfance, ravit l’esprit, et dévoile une autre essence. 

La vie de Surprisier n’est pas de tout repos, c’est une évidence, ça va sans dire ! Mais découvrir et héberger une sirène, voilà qui vous bouscule toute une existence, durablement. Splendide, du grand Malzieu.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

C’est le parcours du surprisier, cette personne qui introduit dans la vie des autres des occasions de s’étonner, d’être étonné. La surprise, ce cadeau qui embellité d’abord sa propre vie, avant de s’attaquer à l’existence des autres. «L’'ingrédient magique, c'est l'amour. Car il permet la cristallisation du rêve. Saupoudrez le tout d'une pincée de surprise, et votre vie aura un goût exquis ! » Alors quoi de plus délicieusement suprenant, quand la Seine est en crue, que Paris s’immerge, que de croiser un chant qui mène à une sirène ? #magie #poésie #amour #crue #Paris #pluies #sirène #soins #imagination #capitale #rencontre #evidence #roman #surprise #surprisier #delice #feelbetter #instabook #picoftheday #nofilter #Repost @nicolasgary ··· Y’a des rencontres qui ressemblent à des évidences. @mathiasdionysos @mickael_palvin @editionsalbinmichel #lectures #sirene #paris

Une publication partagée par ActuaLitté (@actualitte) le





Mathias Malzieu – Une sirène à Paris – Albin Michel – 9782226439772 – 18 €

Dossier Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Albin Michel
Genre :
Total pages : 240
Traducteur :
ISBN : 9782226439772

Une sirène à Paris

de Mathias Malzieu

Après le bouleversant Journal d'un vampire en pyjama, Mathias Malzieu retrouve la veine du merveilleux de La Mécanique du coeur avec cette Sirène à Paris, l'histoire d'amour impossible entre un homme et une sirène dans le Paris contemporain. Nous sommes en juin 2016, la Seine est en crue. De nombreuses disparitions sont signalées sur les quais. Attiré par un chant aussi étrange que beau, Gaspard Snow découvre le corps d'une sirène blessée, inanimée sous un pont de Paris.

J'achète ce livre grand format à 18 €