Kallocaïne, de Karin Boye : ce sérum dévoile les plus profondes pensées...

La rédaction - 16.05.2017

Livre - Karin Boye Kallocaïne - serum dévoiler pensées - monde humains


Dans un monde où l’État est omniprésent et pense chaque chose afin que les sujets soient obéissants et disciplinés, le chimiste Leo Kall vient de me re au point la Kallocaïne, un sérum qui permet de dévoiler les pensées véritables, même les plus enfouies, du sujet auquel il est injecté.




 

Outil de contrôle total qui manquait à « l’État mondial » alors qu’il avait déjà asservi au plus haut point sa population en l’endoctrinant depuis l’enfance, ne laissant que peu de place à autre chose qu’un dévouement de tous les instants, la Kallocaïne prive l’individu de tout jardin secret. 
 

En effectuant des tests sur des sujets « volontaires », Leo va en e et s’apercevoir que malgré tout, les gens gardent leurs rêves et leurs convictions pour eux-mêmes, ce qui est considéré comme de la conspiration.

 

Sous la forme d’un journal, celui du chimiste que l’on découvre en détention dès le début du roman, Leo livre au lecteur dans une sorte de flash-back ses découvertes sur l’humanité grâce à ses expérimentations avec la Kallocaïne. De là découlera toute la réflexion du roman. 
 

« Je viens de terminer, dans la sueur et l’angoisse, un roman d’anticipation bien plus qu’une utopie. (...) Il y est question de l’état du monde dans le prochain siècle, livré à de grands États totalitaires luttant pour l’hégémonie planétaire et exerçant un contrôle absolu sur leur population », confie Karin Boye à son ami Ebbe Linde dans une le re datée du 6 septembre 1940.

Publié dans l’année en Suède, Kallocaïne est, avec Nous autres d’Evguéni Zamiatine (1920), Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932) et 1984 de George Orwell (1949), l’un des principaux romans dystopiques du XXe siècle. 

 

Cette traduction, pour la première fois intégrale, nous permet de découvrir ou de (re)découvrir ce texte fondamental, moins connu – à tort – que les trois autres, inspiré par les totalitarismes du siècle ; un texte sombre et noir mais non sans espoir qui souligne avec force que la liberté est une composante fondamentale de l’humanité et que, quoi qu’il arrive, il y en aura toujours certains pour se battre et la retrouver. 
 

(Traduit du suédois par Leo Dhayer)
 

Karine Pourtaud,
À Livre Ouvert-Le Rat Conteur (Bruxelles) 

 

en partenariat avec le réseau Initiales


Pour approfondir

Editeur : Moutons Electriques
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782361832308

Kallocaïne

de Karin Boye

Dans une société où la surveillance de tous, sous l'oeil vigilant de la police, est l'affaire de chacun, le chimiste Leo Kall met au point un sérum de vérité qui offre à l'Etat Mondial l'outil de contrôle total qui lui manquait. En privant l'individu de son dernier jardin secret, la Kallocaïne permet de débusquer les rêves de liberté que continuent d'entretenir de rares citoyens. Elle permettra également à son inventeur de surmonter, au prix d'un viol psychique, une crise personnelle qui lui fera remettre en cause nombre de ses certitudes. Et si la mystérieuse cité fondée sur la confiance à laquelle aspirent les derniers résistants n'était pas qu'un rêve ?

J'achète ce livre grand format à 7.90 €

J'achète ce livre numérique à 7.90...69676697.................09........1.......