L'adolescence harcelée, le Japon en plus

Auteur invité - 25.10.2019

Livre - adolescence harcelement scolaire - Japon Anne Lise Heurtier - Casterman roman ado


ROMAN ADO – Emi se sent seule. Des moqueries. Un sentiment de honte montant. Victime de harcèlement scolaire, la jeune adolescente japonaise ne sait pas vers qui se tourner craignant d’être jugée par ses parents, d’être prise de haut par ses professeurs… Elle ne peut juste pas. Pourtant, tout va changer lors de sa rencontre avec Hana. Une jeune fille excentrique, sûre d’elle et attentive. La parole va se délier mais à quel prix ?
 
 

Au Japon, où chacun a le devoir de minimiser ses ressentis, se cache une partie de la population en souffrance. Qu’importe l’âge ou la profession, il est mal vu d’oser avouer ses faiblesses. C’est pourquoi les victimes de harcèlement se taisent.
 

Après tout, je l’ai peut-être cherché ? Et puis c’était juste pour rire, c’est moi qui dois être susceptible. 

 

Que de justifications, d’excuses pour se conforter dans l’idée que c’est nous-même le problème. Non. On ne peut pas minimiser l’impact des mots. On ne peut pas laisser un enfant seul face à ça. Cela relève du devoir de l’adulte d’accompagner dans cette situation.
 
Pourtant, Emi ne voit pas cela du même œil. Elle est terrorisée à l’idée que ces professeurs ne la corrigent ou plutôt la prennent pour une personne “sensible”. C’est pourquoi elle vit dans la crainte permanente. Elle fait tout pour ne pas croiser le chemin d’Ayumi, son bourreau. Cependant elle n’est pas seule, divers indices discrets laissent supposer que d’autres jeunes filles vont au lycée avec la peur au ventre. La différence étant qu’elles répondent au doigt et à l’œil à ce « tyran » plus par peur que conviction. Elles n’hésitent pas d’ailleurs à rendre la vie d’Emi un enfer.
 
Elle va jusqu’à ne pas s'inscrire à une activité parascolaire pour éviter le contact avec les autres adolescents. Activité pourtant indispensable pour intégrer une école prometteuse après le lycée. Emi ment donc à ses parents, et se réfugie alors souvent au Maneko Coffee, un endroit où elle peut se détendre en buvant un bubble tea et câlinant des chats. Ce cocon la tient dans une bulle réconfortante. Jusqu’au jour où elle y croise la route d’Hana.
 
Tout de suite émerveillée par une assurance hors-norme, son imagination en fait un personnage de manga. Une amitié atypique va peu à peu se tisser entre les deux jeunes filles que, au premier abord, tout oppose.
 
Or, au fur et à mesure du roman, nous découvrons, en même temps qu’Emi, différentes facettes d’Hana qui invitent à se poser des questions à son sujet… Est-elle vraiment la personne qu’elle prétend être ? 
  
Annelise Heurtier dévoile un roman juste, sensible et à la fois polémique. En effet, combien d’enfants ont été et sont victimes d’harcèlement ? Combien ont pu oser parler ? Et surtout : qu’en est-il des parents ? « N’étaient-ils pas censés s’apercevoir que leurs enfants n’allaient pas bien ? N’était-ce pas leur rôle ? » (p. 132)
 
Emi propose un regard sur la question : les parents devraient faire le premier pas. Et on peut la comprendre. Comment à 17 ans pourrions-nous assumer nos faiblesses face à des parents respectant à la lettre les principes d’une société où « les problèmes ne se montrent pas » (p. 146) ?
 
Ce roman, à partir de 12 ans, devrait donc être un indispensable dans la lecture des adolescents et des parents. L’écriture est fluide, il n’y a pas de difficulté de compréhension... L’Éducation Nationale pourrait même en proposer la lecture aux collégiens car en plus de parler d’un sujet sensible, nous entrons dans une culture asiatique différente de celle que nous connaissons.
 
L’éloge de la littérature manga peut inviter les adolescents à assumer davantage leurs lectures de « divertissement » que beaucoup de familles ne légitiment pas. Le manga nous montre aussi l’impact de son imaginaire dans la vie ; permettant d’affronter des difficultés d’une autre manière.
 
Chère Fubuki Katana d’Annelise Heurtier comme Condamné à me tuer de Jonathan Destin en 2013 sont des messages de vigilance et d’ouverture à la parole. Il y a encore trop peu de fictions traitant ce sujet pourtant très présent dans notre société, qu’on soit en Europe ou bien en Asie.
 
À lire sans tarder. On connaît tous quelqu’un qui aurait besoin d’aide dans notre entourage. Ou alors avons-nous juste pensé à demander si tout allait bien ? 

Justine Bouzid


Annelise Heurtier - Chère Fubuki Katana - Casterman – 9782203180970 – 14.90 €


Commentaires
Très bon article qui donne envie de lire le livre.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Casterman
Genre : romans & contes
Total pages : 306
Traducteur :
ISBN : 9782203180970

Chère Fubuki Katana

de Heurtier, Annelise

Le nouveau roman d'Annelise Heurtier, une plongée fascinante au coeur de la société japonaise.

J'achète ce livre grand format à 14.90 €