L'agenda inutile du prof...épuisé, Roger Brunel

Clément Solym - 15.12.2008

Livre - agenda - inutile - prof


En ces temps où l’Education nationale est au centre des débats, il était de bon ton de chroniquer sur ActuaLitté un album léger au style humoristique consacré à cette profession, à la fois enviée et décriée…

 

Un faux agenda :

 

En fait d’agenda, il s’agit en réalité d’un album reprenant la division classique des mois de l’année scolaire avec, d’un côté, des indications humoristiques qu’un prof aurait pu placer afin d’en garder la mémoire. Et de l’autre, de sympathiques vignettes illustrant les différentes étapes de l’année.

 

Afin de mieux comprendre toute la portée de cette description très magistrale, je vais vous proposer un exemple. Alors que nous arrivons sur la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre, on retrouve des illustrations montrant le caractère violent que peuvent rapidement prendre certaines rencontres parents/ professeurs.

 

Plus du tout amicales, elles deviennent très sportives…au point que le pauvre enseignant reporte sur son agenda, pêle-mêle, le début de ses cours de karaté, l’achat de protections, la pharmacie ou encore la période de convalescence…

 

Une impression d’inachevée : un effet de réel ?

 

Roger Brunel s’en donne ainsi à cœur joie, jetant sur la page des remarques et des jeux verbaux ou imagés de telle façon que l’on retrouve, et c’est là l’un des plus grands intérêts de cet album, un côté inachevé, instantané qui fait vrai. On a aussi l’impression de suivre l’auteur dans son travail, jetant sur la page des croquis, de petites blagues telles qu’elles lui viennent à l’esprit.

 

Ce qui est une qualité se change aussi rapidement en défaut car l’album nous laisse sur notre fin. Chaque saynète est une esquisse, une idée, un thème qui pourraient être développés. Mais nous en restons là, sans aller vers une plus grande profondeur.

 

Un manque de profondeur ?

 

Cette impression se retrouve confortée lorsque l’on parcourt les différents mois de l’agenda. A force de s’en tenir à de l’instantané, Roger Brunel tombe trop souvent dans les poncifs sur les images que l’inconscient collectif garde des enseignant comme des élèves.

 

On retrouve alors quelques vignettes autour du jeune de banlieue, peu à même de comprendre toute la complexité culturelle de l’enseignement qu’on lui dispense. Voici ce que l’on retrouve dans la bouche d’un jeune au look de rappeur s’adressant à sa pauvre prof de musique : « Oh ! t’es vraiment prof de siquemu, toi ?!...Parce que tous les zicos que tu nous causes…Ils sont ni au top 50, ni au top dance, ni au nugget, ni… » Enfin…si je comprends bien les propos de notre digne représentant des élèves de banlieue, il termine tout de même ses invectives par un beau zeugma…

 

De gags en réflexions sarcastiques :

 

A l’image de la série Les Profs (Pica, Erroc, Bamboo Editions), on retrouve, au fil des différents mois de l’année, le thème des mutations dans le Nord, les vacances, la laïcité, ou celui, d’une grande actualité, des grèves avec cet échange entre profs assez sarcastique : quand l’un demande « Tu manifestes avec nous demain ??? », l’autre répond : « C’est payé en heures sup’ ?? »…

 

Même si certains thèmes sont traités avec l’usage d’un comique jouant sur les lieux communs, Roger Brunel ne s’attarde sur aucun. C’est aussi là l’une des qualités de cet album où, à chaque page, ce sont plusieurs surprises qui attendent le lecteur. Le choix d’un faux agenda est pleinement utilisé par l’auteur avec toujours quelques notations acerbes sur les lignes blanches de l’agenda et, à côté, des images volontiers provocatrices…

 

L’agenda inutile du prof…épuisé est à feuilleter l’âme légère, hors de toute prise de position revendicative. Simplement comme un album humoristique…