L'arbre, de Grey Owl

Clément Solym - 11.11.2011

Livre - Grey Owl - L'arbre - Souffles


Grey Owl, alias Archibald Belany, aurait pu être un indien. Il voulait l'être, dès son plus jeune âge ! Captivé par les histoires du Grand Ouest. Au lieu de cela, il était un anglais de pure souche ! Mais abandonné par son père puis par sa mère, il a pris le bateau pour aller conquérir l'Amérique.

 

Sauf que c'est l'Amérique qui l'a conquis, lui ! L'Amérique autochtone, celle d'avant l'invasion.

 

Oh, cela n'a pas été immédiat et il a bien, comme beaucoup, trappé de nombreuses années avant de voir dans cette course à la fourrure quelque chose qui n'était plus totalement en cohérence avec son ressenti profond.

 

Alors il a brouillé les pistes - y compris celle de sa généalogie - pour s'en créer une nouvelle plus à son goût. Il est devenu Grey Owl, un indien, pour faire passer un message d'un précurseur de la défense des écosystèmes : une sorte d'écolo avant l'heure.

 

Une fois mort, à la fin des années 30, la mystification de ses véritables origines n'a pas fait long feu.

Faut-il pour autant discréditer son message ? Certes, non ! L'Arbre est une histoire extraordinaire, une petite nouvelle qui laisse à sa droite la mièvrerie et à sa gauche le don de leçonC'est un message magnifique.

 

Qui commence par l'étourderie d'un petit écureuil, distrait, par quelque facétie de la nature, de son incessant manège destiné à constituer des stocks de nourriture et qui pose, là, dans le mitan de cette combe, une pomme de pin. Qu'il va oublier.

 

Livrée à elle-même et aux éléments, cette pomme libère ses pignons qui, ayant survécu à l'hiver, vont germer. Après bien des années et des péripéties, un arbre majestueux a su prendre racine, survivre et croître.

 

Un pin qui voit passer, à l'ombre et à l'abri de son immense ramure, les uns après les autres, certains furtivement d'autres avec assiduité, tous les animaux de la forêt : écureuils, wapitis, renards, aigles, loups, … Tous ont recherché qui sa présence majestueuse, qui sa silhouette marquant d'un jalon leur errance. Et il a lié des amitiés durables avec certains. Comme ce Grizzly, lui-même si majestueux.

 

Plus de sept siècles de la vie d'un arbre et de ses amitiés en ces quelques pages.

Une vie que contemplent les montagnes qui « savent que les arbres doivent mourir, ainsi que les hommes ; elles seules demeurent éternellement. »

 

Grey Owl a peut être surfé sur une vie qu'il s'est inventée à sa mesure ! Qu'importe ! Cette nouvelle lui donne le droit total et irrévocable à l'absolution.