L'arrivée de mon père en France, Martine Storti

Clément Solym - 26.03.2009

Livre - arrivee - pere - Paris


C'est un récit qui chemine dans des temporalités différentes, les années trente, au moment ou Matteo l'Italien arrive en France, celles de sa vie d'ouvrier, années de la guerre, années cinquante et soixante. C'est aussi un récit qui raconte comment sont traités les immigrés aujourd'hui, en particulier ceux qui arrivent à Lampedusa, au sud de l'Italie, ou ceux qui sont à Calais et qui veulent passer en Angleterre.

De ce point de vue, ce livre, bien qu'écrit avant, pourrait accompagner le beau film de Philippe Lioret, Welcome, qui se passe lui aussi à Calais.


Ce qui fait l'intérêt et le grand charme de ce livre, c'est qu'il est d'une nature hybride, récit et essai, récit de vies en même temps que réflexion sur l'exil, l'identité, la mémoire, la transmission, le courage et la lâcheté. Le texte, emprunt de gravité, est aussi traversé de rires, de chansons, de cuisine italienne...

Il est écrit d'une plume vive et fluide, qui porte un mélange de colère et de tendresse. Colère à l'égard de la manière dont l'Europe traite aujourd'hui ceux qui sont à ses portes, des portes fermées, tendresse à l'égard de celles et ceux dont, comme le dit l'auteur, « la vie et la mort sont anonymes » et auxquels justement elle donne nom et histoire.

On comprend bien que Martine Storti a décidé, par ce texte, de s'emparer de ce qui lie histoire singulière et Histoire, de montrer comment chacun affronte ce qui lui arrive, dans le temps que le hasard de la naissance lui fait vivre. Elle s'en empare d'une manière qui nous fait lire ce livre en un seul souffle, aspiré qu'est le lecteur par la première phrase, « ton père est un con, il n'a pas su se débrouiller ».


Offrez-vous L'arrivée de mon père à Paris, de Martine Storti