L'artiste-roi Morty Lear est mort, dans sa Maison parmi les arbres

Clémence Holstein - 17.09.2018

Livre - Une maison parmi les arbres - Julia Glass Gallmeister - Gallmeister RL2018


ROMAN ETRANGER - Un long roman intérieur qui va et vient entre les différents personnages et leur passé. Tout cela car le grand Morty Lear est mort. Autour de lui continue de briller tout un monde de succès mais aussi de questions restées sans réponses. L'occasion de penser et repenser du début à la fin.

 


Il est rare qu'un écrivain de livres pour enfants soit à l'honneur dans un roman. Pourtant, c'est bien le cas ici. D'emblée ce héros-là introduit ses livres dans le livre, aussi différents qu'ils soient. Ce héros-là, Morty, est bien de ces artistes qui, même morts, sont de trop grandes vedettes pour l'espace dont ils disposent. Ses livres habitent le livre , tout comme lui habite la vie des autres. 

Morty vient de mourir mais tout un monde s'agite encore autour de lui. Tommy, celle qui l'a accompagnée durant des dizaines d'années, allant jusqu'à vivre avec lui, dans cette Maison parmi les arbres dans le Connecticut, s'est logée plus que quiconque dans l'ombre de l'écrivain. Elle n'est pas sa femme, ni sa compagne. Elle n'est pas le genre de Morty. Elle est devenue son ombre, professionnelle mais aussi personnelle. Une forme de vie que l'on ne comprend pas réellement comme on le voudrait peut-être. Une vie par procuration, sacrificielle. « Il t'a volée »(p.384), lui dit son frère mais Tommy affirme l'avoir choisie, cette vie. Vraiment ?

Au fur et à mesure, surgissent Nick, Merry, Dani, touchants, attachants. Tous finalement si fragiles malgré les apparences parfois. Souvent. Et mènent à cette question, enfantine oui, mais juste : « Comment un être aussi beau pouvait-il souffrir d'un tel manque ? » (p.195)

Chacun a une vie qui ne ressemble pas à celle des autres, certains ont « réussi », d'autres non. Nick est un acteur devenu star récemment. Merry a un poste important dans un musée de New York. Dani le petit frère de Tommy court de petit boulot en petit boulot etc. Ils sont tous derrière leur vernis insécures, se ressemblent, se rencontrent, se confondent parfois. Leurs histoires familiales résonnent les uns avec les autres, Morty mort y compris. Les mères meurent trop tôt, les pères sont absents, les vieilles filles n'ont pas d'enfants...

Chacun est lié à l'autre d'une manière ou d'une autre. Leurs voix et leurs pensées se font écho tout au long du roman. Car en effet, l'on suit Tommy, Nick et Merry dans leurs élucubrations intérieures, et leurs passé et leur présent rebondissent les uns sur les autres. 

Ce qu'ils font importent peu dans le roman. C'est ce qu'ils sont et ce qu'ils auraient pu, auraient dû, auraient voulu être, ce qu'ils rêvent, ce dont ils se souviennent qui font vibrer les pages. Sans en prendre l'apparence, le livre aussi se cache et il est beaucoup plus intérieur qu'il n'en a l'air de prime abord. 

Tout au long de cette histoire, il est question encore et encore de la célébrité. Il y a l'apparence et la fragilité qu'elle masque. Mais il y a le comble de l'apparence : un autre moi et c'est celui des stars comme Nick ou Morty. Un autre moi qu'on enfile comme un gant. Mais l'on voit bien ici que chacun a sa manière d'être célèbre, d'être un artiste, selon son art bien sûr, mais aussi selon ce qu'il est tout au fond, et que personne ou presque ne voit ou presque. Tommy sait, elle. Mais elle est la seule en ce qui concerne Morty. La seule au monde. Et c'est la solitude qui prend le relais.

Une chose est sûre : la transparence est impossible. L'artiste est ici un illusionniste, un joueur qui ne peut pas chercher la vérité. Le sens oui mais la vérité, il ne peut que la mettre en scène. L'art et l'illusion sont indéniablement liés. 

Dans cet art de l'illusion, règne la séduction. La star, l'artiste célèbre, sont des séducteurs qui aimantent leur entourage. Pas toujours conscients de ce pouvoir d'attraction. Mais le charme ensorcelant de l'artiste ne faillit pas. 

Et une fois séduit, l'on devient une proie. Même si les intentions sont bonnes, la séduction est un filet dont on ne se sort pas aisément. Tommy est sans doute cette éternelle proie des artistes. Sans violence. Mais d'une puissance enivrante.

Dans Une maison parmi les arbres, Julia Glass sait aussi charmer son lecteur, tout en douceur, avec une narration rythmée, avec des pointes d'un humour aux allures britanniques et des personnages qu'on aurait bien envie de rencontrer, nous aussi. 


Julia Glass,trad. anglais (US) Josette Chicheportiche - Une maison parmi les arbres – Editions Gallmeister – 9782351781821 – 24,90€

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallmeister
Genre :
Total pages : 464
Traducteur : josette chicheportiche
ISBN : 9782351781821

Une maison parmi les arbres

de Julia Glass

Le jour où l'auteur vénéré de livres pour enfants Morty Lear meurt accidentellement dans sa maison du Connecticut, il lègue à Tomasina Daulair sa propriété et la gestion de son patrimoine artistique. Au fil des années, Tommy était devenue à la fois son assistante, sa confidente et le témoin de sa routine quotidienne, mais aussi des conséquences émotionnelles de son étrange jeunesse et de sa relation passionnelle avec un amant emporté par le sida.

J'achète ce livre grand format à 24.40 €