L'avancée de la nuit, de Jakuta Alikavazovic : trente années d'amour

Auteur invité - 11.01.2018

Livre - L'avancée de la nuit roman - Jakuta Alikavazovic roman - histoire amour années


L’Avancée de la nuit est un roman à la beauté quasiment insupportable. Un livre qui vous irradie, se lit comme on avale une boisson forte, à petites gorgées, qui vous brûle la gueule et vous troue le ventre. C’est une histoire d’amour, sur près de trente ans, qui finit mal, on le sait dès le début.




 

C’est le récit d’une folie, inexorable, implacable, une passion pour la destruction, avec une écriture qui travaille au corps, coup après coup, obstinée, et qui frappe juste. Une rencontre dans un hôtel, impersonnel, c’est le début de l’histoire : « Pour un certain type de sensibilité, l’hôtel Elisse aurait pu être le lieu et l’instrument du crime. On aurait même pu dire que l’hôtel Elisse, c’était le réel ; si l’on admettait que le réel fût, avant tout, une déception. » 
 

Paul et Amélia : lui le fils de prolo, elle l’héritière. Ce n’est pas une histoire d’amour impossible, de lutte des classes, de deux mondes qui s’affrontent – enfin, si, mais pas seulement. Il est question, avant tout, d’un vide qui s’agrandit, d’une fuite, de fantômes et des villes, la nuit.

« Ce genre d’expérience, des tirs de précision, des tirs de mortier, des black-out, des robinets qu’on ouvre sans que rien ne vienne – ce genre d’expérience se transmet étrangement, de génération en génération, d’aucuns affirment désormais que la peur d’une époque modifie profondément la suivante, hante la plus ancienne partie du cerveau, reptilienne, où moi n’existe pas, ou à peine, ou pas autrement qu’un corps en danger, qu’un corps rongé par la faim, passionné par sa survie, rivé à sa propre préservation ; je crois, moi, que c’est une question de langage, une question d’histoires, inoculées comme des virus, comme des anticorps, par ce qu’on dit ; et aussi par ce qu’on ne dit pas. »
 

[Extraits] L'avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic 


Moi, libraire, avec Jakuta Alikavazovic, j’ai découvert une écrivaine et un style unique. 

Wilfrid Séjeau,
Le Cyprès-Gens de la Lune (Nevers) 



 

en partenariat avec le réseau Initiales


Jakuta Alikavazovic – L'avancée de la nuit – Editions de L'Olivier – 9782823611878 –19 € / ebook 13,99 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.