L’Élève Gilles, roman de l’enfance, de la solitude et du silence

Auteur invité - 10.04.2018

Livre - André Lafon roman - Élève Gilles vacances


« Je m’appelle Jean Gilles. J’entrais dans ma onzième année lorsqu’un matin d’hiver, ma mère décida de me conduire chez la grand-tante aux soins de qui l’on me confiait habituellement pour les vacances. J’y devais demeurer quelque temps. »



 


C’est par ces mots que s’ouvre ce délicat et déchirant roman de l’enfance, de la solitude et du silence. Sur les raisons de cet éloignement soudain plane un mystère. Les parents semblent lointains, la mère est aimante sûrement, mais accaparée par ce père musicien et son mal mystérieux, que chaque bruit et geste semblent indisposer. 

 

Chez sa tante, dans la propriété de La Grangère, l’élève Gilles s’émeut des beautés de la nature au fil des saisons. L’éloignement se prolongeant, il est envoyé à l’internat de la ville voisine et découvre là la dureté des rapports entre enfants, mais aussi les premières amitiés, les lâchetés intimes, la trahison, l’exclusion, et, toujours, toujours, pour échapper à cela, le réconfort par l’attention extrême portée au monde qui l’entoure.
 

Paru en 1912, salué par l’Académie française et par François Mauriac, réédité deux fois déjà, L’Élève Gilles reste inexplicablement méconnu ou seulement d’une poignée d’admirateurs inconditionnels. Bien sûr, l’écriture en est très classique, bien sûr la poésie de la nature peut sembler surannée. 

 

Mais cette écriture, pour classique qu’elle soit, n’en demeure pas moins d’une grâce infinie. Ses ellipses, ses inversions, ses conjugaisons oubliées lui confèrent le lustre des choses anciennes, et sa simplicité, sa lucidité la rendent intemporelle.

Et cette perception émerveillée des fruits gorgés de soleil à La Grangère, d’une feuille de marronnier pris par le givre, du miroitement du fleuve... loin d’être béate, prend une beauté douloureuse, nostalgique quand on comprend qu’elle est la seule réponse à l’hostilité d’un monde qui peut faire extrêmement mal.
 

Nous espérons que cette belle réédition replacera ce texte de silence, de secret et de pudeur en pleine lumière, au rang de chef-d’œuvre universel qui lui revient.
 

Sophie Roelants,

À Livre ouvert (Bruxelles)

en partenariat avec le réseau Initiales


André Lafon – L’Élève Gilles – L’Eveilleur – 9791096011148 – 17 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.