L'enfant de cristal, Theodore Roszak

Clément Solym - 22.05.2008

Livre - enfant - cristal - Roszak


Un enfant de 8 ans souffrant de progéria (maladie orpheline – le sujet vieillit prématurément) se bat pour sa survie et se découvre une tout autre destinée à la mort. Avant ce renversement de situation, Aaron est un enfant résolu à ce qui l’attend. Tout a été tenté, en vain, en vue de l’arracher à l’inévitable. Des dizaines de médecins se sont pourtant penchés sur son cas sans aucun résultat tangible. Le désespoir s’installe assurément, tous pensent à la fin prochaine du jeune garçon… La fatalité fait son œuvre. Seulement, une femme croit en sa rémission, le Docteur Julia Stein va tout tenter pour le sauver et lui offrir une enfance qui a été gâchée jusqu’à présent.

Peu à peu, à force de persévérance, Julia réussit à atténuer les souffrances et la progression de la maladie. Jusqu’au jour où Aaron guérit soudainement sans explication… Non seulement sa vie va changer, mais sa façon de vivre va se métamorphoser. Aaron semble évoluer désormais dans des sphères tout autres, une beauté rare et une intelligence supérieure semblent être ses armes pour affronter le monde et les personnes qui l’entourent. Julia va l’apprendre à ses dépens…

Théodore Roszak livre ici une intense réflexion sur le vieillissement et ses conséquences. À travers les yeux d’un petit garçon, il s’intéresse au temps qui passe, à la peur que la mort inspire, au déclin du corps et à ces diverses questions métaphysiques qui s’ensuivent sur la détérioration de l’esprit. Sous un couvert scientifique, l’auteur explique son point de vue, les questions d’éthique liées au vieillissement ainsi qu’une théorie peu banale sur le dépassement de la mort.

La production proposée se lit aisément et les rebondissements en tout genre ne manquent pas. Malgré tout, on ne peut que trouver prétentieux certaines explications et argumentaires proposés par M. Roszak. Sous couvert de rapprochements mythologiques, l’intrigue part dans des considérations folles. Aaron devient assez rapidement assimilé à un quasi-Dieu, prophète ou autre. Les explications sont partielles et souvent tirées par les cheveux. Certes, le livre se veut être une fiction. Toutefois sous la couche de la justification scientifique, on s’attendrait à quelque chose de plus profond…

Aaron se joue donc de tous, c’est un « sur-être ». Il ne semble pas vouloir le mal de ses congénères, mais il se situe dans une dimension bien supérieure comme s’il avait passé un cap encore inaccessible au commun des mortels. Pour trouver un début d’explication à ce qui lui arrive et sans nul doute pour échapper à son entourage, il se retrouve au sein d’un groupuscule obsédé par la jeunesse éternelle et par la peur de vieillir. Très vite, il devient un symbole, un espoir... le futur ? Quel est donc son secret ? Chacun cherche à le découvrir et à se l’approprier.

Belle histoire à raconter, mais quelques longueurs et incompréhensions quant aux explications sensées justifier les aventures d’Aaron. Par ailleurs, on se doute assez vite de l’issue du bouquin par l’insistance de l’auteur sur ce qui a trait au monde minéral. Pas un mot de plus, vous le découvrirez assez tôt. Quant au titre, tout y est ! L’enfant de cristal est un livre sans surprise. Agréable à lire, il vous aidera à passer le temps en cas de pluie ou d’ennui profond.