L'expérience Oregon : plongée soporifique dans une autre Amérique

Xavier S. Thomann - 05.02.2014

Livre - Keith Scribner - Oregon - Anarchisme


Dans son dernier roman (le premier traduit en français), Keith Scribner met en scène un professeur d'université et sa femme qui viennent de s'installer dans le comté de Douglas, dans l'Oregon. L'Expérience Oregon (10-18, pour le format poche), c'est le récit d'un couple, mais aussi celui de toute une communauté. Un mélange de l'intime et du collectif. 

 

Scanlon doit absolument se mettre au travail pour sortir quelques articles et un livre sur son sujet de prédilection : l'antimondialisme et l'anarchisme. C'est la raison pour laquelle il a choisi l'université locale. Il veut étudier les mouvements autonomistes locaux, composés de doux rêveurs et d'activistes purs et durs. Il espère que la qualité de son travail profitera de cette immersion.  

 

Naomi quant à elle prépare la venue au monde de leur fils. Nez dans la parfumerie, elle a dû abandonner sa carrière professionnelle après avoir perdu ses facultés olfactives. Tous les deux s'imaginent que leur vie dans l'Oregon ne sera qu'un bref épisode avant de retourner à New York. Bien sûr, tout ne sera pas aussi simple. Le couple s'insère peu à peu dans la vie locale, chacun à sa manière. 

 

Ainsi, Scribner nous invite à suivre pas à pas l'évolution de ce couple, bousculé dans ses habitudes, notamment par l'irruption d'un jeune anarchiste marginal du nom de Clay. Alors que Scanlon piétine dans son travail (« Comment Scanlon se débrouillait-il pour toujours commencer par rencontrer les gens qu'il ne fallait pas ? »), Naomi retrouve l'odorat et par la même occasion son indépendance. Les désirs, les envies et les projets divergent. 

 

Tout cela est fort intéressant. Le récit alterne les scènes de la vie conjugale et les considérations sur la société américaine, le rapport à l'État fédéral en particulier. Il y a une vraie qualité documentaire dans la description et l'analyse du MSPN, Mouvement Sécessionniste du Pacifique Nord-Ouest, le groupe fictif qui cristallise les aspirations d'une partie de la population. Mais l'ensemble ne prend pas.  

 

Le souci vient sans doute de l'aspect incroyablement lisse de l'ensemble. L'Expérience Oregon est un roman bien construit, trop peut-être, comme si toutes les règles pour écrire un bon roman avaient été respectées. Une première partie, longue et laborieuse, pour planter le décor et ses protagonistes ; une seconde pour dénouer l'ensemble des tensions accumulées. Du coup, difficile de ne pas céder à l'ennui. Dommage.