L'Olympe des infortunes, de Yasmina Khadra

Clément Solym - 07.05.2010

Livre - clochard - decadence - solitude


Il y a Ach et Junior. Il y a Bliss et sa chienne. Il y a Pacha et sa bande de sbires qui se crament régulièrement avec une effroyable mauvaise gnôle frelatée du côté de la jetée.

Tout ce petit monde, et d’autres encore dont la Mama qui promène habituellement son vieux compagnon Mimosa dans une brouette tellement il est saoul qu’il ne peut même plus se traîner tout seul, tout ce petit monde, donc, se côtoie aux abords du dépotoir, pas loin de la mer qui écrase ses rouleaux sur les rochers.

Par groupes, groupuscules ou solitaires, ils vivent des vies de rien loin de la ville, loin de la route où filent les voitures, loin des immeubles qui représentent le danger, l’ennemi.

Au milieu des immondices où ils récupèrent leur survie quotidienne, se créent des hiérarchies dont ils rejettent pourtant l’image associée à la ville, symbole de tout ce qu’ils refusent, car eux se veulent des hommes libres qui cracheraient sur un billet s’ils en trouvaient un sous leurs pas parce que l’argent « t’appauvrit à ton insu, t’ampute de tes vrais potes et te greffe des profiteurs en guise de prothèse ».

Ach a pris Junior sous son aile depuis longtemps et s’efforce de lui inculquer des valeurs du dépotoir, les valeurs de la liberté, la peur et l’aversion de la ville. Junior est un peu simplet. Il a la « comprenette » défaillante et reste en admiration devant la poésie d’Ach, devant les chansons qu’Ach chante en s’accompagnant d’un banjo fait de bric et de broc. Même si parfois il se fatigue à l’entendre débiter tout un catéchisme de recommandations, tout un enseignement glorifiant cette vie de clodos qui est la leur. Mais Junior n’imagine pas la vie sans Ach et s’effraie de ce que deviendrait son avenir si ce dernier disparaissait.

C’est vrai que l’exemple du Pacha, pourtant redoutable tyran, qui se lamente du départ incompréhensible de son Pipo tant chéri, a de quoi lui bouleverser les sangs et fragiliser encore son équilibre. Au beau milieu de ces rebuts d’un monde qu’ils rejettent au moins autant qu’ils en sont rejetés, Yasmina KHADRA nous invite à un itinéraire étonnant et bouleversant.

Ce microcosme aux pourtours mal définis nous y est présenté sous toutes ses coutures avec ses lois (même si l’essentiel réside dans le principe de « ne rien devoir à personne » et de « ne rien attendre des autres »), ses codes, ses figures magnifiques et tout autant déroutantes sinon dérangeantes, ces gens au passé mal défini qui noient dans l’alcool des souvenirs par lesquels ils ne veulent plus se laisser submerger. Des souvenirs qui justifient les mensonges dont ils s’entourent et la culpabilité qui les ronge.

Dans ces vies de rien, où le mot « acheter » n’a pas cours, où récupérer dans les ordures les rejets des gens de la ville est un don de Dieu, il y a pourtant le besoin irrépressible de se créer un chez soi où les autres ne sont pas les bienvenus et où chacun sait qu’il n’est pas dans les us de s’aventurer si on n’y est pas invité.

Yasmina Khadra
C’est une histoire dérangeante que nous raconte là Yasmina KHADRA avec sa plume toujours aussi alerte, son style aussi délié et son écriture tellement agréable. Il n’est pourtant pas complètement aisé de lire ces vies au fond d’un confortable fauteuil. Il n’est pas aisé d’admettre que l’humanité est capable de déshumaniser ainsi une partie d’elle-même. Qu’elle est capable de plus mal traiter ses semblables quand ils sont un peu différents qu’elle ne le fait de ses animaux domestiques.

Rien de neuf sous le soleil, me direz-vous. Certes. Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas saluer un superbe texte et un talent dépensé sans compter pour faire parler un monde parallèle très certainement omniprésent, mais cependant largement méconnu. Alors que l’actualité de tous les jours nous montre qu’il est si facile de s’y abîmer, de s’y perdre au détour des vicissitudes de la vie laquelle s’arroge le droit de retirer le bonheur après l’avoir largement distribué.

Comme elle l’a fait pour Ach.

 

Retrouvez L'olympe des infortunes, de Yasmina Khadra en librairie