medias

La commissaire n'aime pas les vers, Georges Flipo

Clément Solym - 06.04.2010

Livre - Baudelaire - poesie - enquete


Dans le bureau de la Commissaire Viviane Lancier, le jeune lieutenant Monot est en train d’essuyer un savon essentiellement dicté par la mauvaise humeur de son supérieur hiérarchique.

Car il n’y a pas grand-chose à critiquer dans le procès-verbal qu’il a dressé de l’agression subie par un clochard, sur le Quai Conti : un jeune en jogging et veste à capuche a tenté de lui dérober sa besace, l’a traîné sur plusieurs mètres sur le trottoir jusqu’à ce que sa tête aille heurter un réverbère, sans réussir pour autant à lui soustraire son bien auquel il est resté obstinément accroché. Sitôt le jeune enfui bredouille, le clochard s’est relevé pour s’écrouler aussitôt. Les flics. L’ambulance. Pas de chance : il est mort peu de temps après son admission à la Pitié Salpêtrière.

Mais Lancier a rapidement mis le doigt sur un détail qui a échappé à Monot lorsque ce dernier a pris note de la déposition du témoin principal de l’agression : qui donc irait tenter de voler la besace d’un clochard quand il y a tant de sacs au potentiel plus alléchant qui se promènent autour ? Que pouvait-elle bien contenir qui la rende si intéressante ?

Que le clochard ressemble comme deux gouttes d’eau à Victor Hugo et marque les pages de son recueil de poèmes (d’Hugo bien sûr) retrouvé dans la fameuse besace avec pour marque-page une enveloppe contenant un sonnet autographe de Baudelaire ne manque pas d’ajouter au mystère.

Charles Baudelaire
Surtout qu’apparaît rapidement le fait que quiconque approche ce sonnet – qui n’aurait pas dépareillé dans « Les Fleurs du Mal » - de trop près, voit son espérance de vie chuter dangereusement. Et quant à avancer dans l’enquête, il faut bien reconnaître que, si Monot s’avère très inspiré par les rîmes extrêmement suggestives, la Commissaire n’a aucune affinité avec la poésie.

Mêlant littérature et crimes avec originalité, ce polar de Georges FLIPO est tout à fait rafraîchissant.

Oh, bien sûr, il n’échappe pas à la tendance actuelle, tous médias confondus, du cinéma au roman en passant par les séries télévisées, qui veut nous faire apparaître les nouveaux enquêteurs à cent lieues de Columbo ou de Poirot : tellement humains comme nous, avec des sentiments, avec les emmerdes du commun des mortels, des rires et des pleurs, des angoisses avant de monter sur le pèse-personne (surtout si ce sont des fonctionnaires du sexe féminin). Mais en l’occurrence, c’est plutôt bien dans le ton.

Le ton d’une petite équipe de quartier qui n’a pas souvent à se mettre sous la dent un ensemble de circonstances que l’attitude des protagonistes conduit à l’amplification et à l’utilisation médiatique : tout pour gêner voire empêcher un travail d’enquête dans la sérénité.

Georges Flipo
Les fausses pistes sont légion, les coupables aussi et la pression hiérarchique du Ministère n’arrange rien (au passage Georges FLIPO balance distraitement quelques coups de griffes aux communicants de tous crins et à leurs méthodes pour utiliser les images et les mots à de nombreux desseins manipulateurs : plutôt sympa !).

Quant aux desseins des différents suspects, victimes ou tout simplement personnages impliqués de près ou de loin, à tort ou à raison, dans une toile que semble tisser un « serial killer » tout rempli de poésie baudelairienne plus que suggestive par laquelle il désignerait ses futures victimes, il est difficile d’en oublier les arrières-pensées de toutes natures et notamment celles dont les hommes ont le moins à se glorifier : égoïsme, intérêts, jalousie… Tout y passe.

Bref, un bon polar qui semble montrer que Georges FLIPO n’a pas perdu son temps ni n’a rien oublié de son observation des comportements de ses concitoyens… !

 

Retrouvez La commissaire n'aime pas les vers, de Georges Flipo, en librairie



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.