La famille : Dix pièces courtes (Les petites formes)

Clément Solym - 27.07.2009

Livre - famille - pieces - courtes


Difficile d’évoquer en quelques mots chacune des dix « Pièces Courtes » qui composent ce recueil de théâtre et qui constituent le travail de dix auteurs novateurs que la Comédie française a invités à travailler avec la Troupe.

Dix petits morceaux sur le thème de « La Famille », écrits par des auteurs aux origines diverses – Québécoise, Aurillacoise, Belge, Ivoirien, Libanais… – tous, en quelques pages, mettent en scène une de leurs visions de la famille. Parfois tendre, parfois sordide, parfois terrible.

Et tous répondent ensuite, en une sorte d’épilogue, à trois questions d’une professeure de Lettres dans un très court entretien : 1. Pourquoi écrire ? 2. Le théâtre est-il toujours vivant ? 3. Êtes-vous plutôt « famille je vous hais » ou « famille je vous aime » ?

Je me suis offert ce petit recueil, il y a maintenant pas mal de temps, en sortant d’une représentation de « La Mégère apprivoisée » à la Salle Richelieu, encore plein d’une mise en scène que j’ai trouvée époustouflante et d’acteurs qui m’ont subjugué dans cette salle mythique où c’est un plaisir de se laisser porter par le Théâtre.

Ce petit livre, court, je me l’étais gardé précieusement afin de le déguster comme un bon verre de vin que l’on laisse vieillir
(et d’ailleurs la comparaison s’impose, car la couleur de la couverture est parfaitement dans le ton !).

Après cette lecture maintenant accomplie, je crois pouvoir répondre en écho à tous ces écrivains.

Oui, le théâtre est toujours vivant ! Oui, longtemps après Molière, le théâtre conserve sa fraîcheur, son actualité et toute sa pertinence.
Et ses émules sont bien de véritables héritiers qui, chacun dans son style, poursuivent inlassablement l’œuvre mordante de leur illustre prédécesseur, capable, en peu de mots, de mettre en scène des situations dérangeantes.

Oui le théâtre est toujours capable d’être le reflet excessif du réel et de provoquer le spectateur-lecteur en jetant à la face du monde, sur une scène, les Hommes , leurs Vies et ce qu’ils en font. En l’amenant à se poser encore et encore des questions graves et éternelles, sans l’ombre d’une ride.

Pour ce qui concerne le « Famille, je vous aime ou je vous hais », je laisse à chacun des dix auteurs la responsabilité de sa réponse !!!…
Qui n’enlève rien à la qualité de leurs textes respectifs.

L’écriture comme une passion et le théâtre pour l’exacerber.

Une verdeur revigorante.


Pour plus de renseignements voir le site de la Comédie française