La femme aux cheveux roux, mythologies du puisatier

Auteur invité - 09.04.2019

Livre - Orhan Pamuk - roman Turquie - Gallimard Du monde entier


ROMAN ÉTRANGER - Un nouveau roman d’Orhan Pamuk, plutôt court cette fois, c’est toujours un enchantement. Ce conte initiatique mêle un vieux puisatier, une jeune femme à la Wolinski et les mystères des relations père fils au travers de mythes cousins d’Occident et d’Orient sur le meurtre du père - ceux d’Œdipe dans les épopées grecques antiques et de Sohrab dans le Livre des rois du poète persan Ferdousi.
 


L’histoire, originale, a tous les ingrédients d’une bonne tragédie : faute originelle, culpabilité et destin aveugle. Mais elle conserve le ton doux-amer et délicieusement ironique cher à Pamuk. Prix Nobel de littérature en 2006, Pamuk est l’auteur turc vivant le plus connu dans le monde. Ses prises de position sur le génocide arménien ou la question kurde au mitan des années 2000 lui ont valu les foudres des nationalistes turcs.

Et depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016, il n’hésite pas à dénoncer la vague de répression qui vise entre autres les écrivains et les journalistes. Mais il rechigne à endosser le rôle d’un héraut politique et c’est à ses ouvrages qu’il confie le soin d’évoquer, avec une subtilité pleine d’humour et de tendresse, son désarroi et sa colère face aux changements que vit la Turquie moderne enfantée par Atatürk.

La femme aux cheveux roux, dont le héros tombe éperdument amoureux durant sa jeunesse, est comme une flamme fugace, évoquant l’esprit des années 1970-80 et le militantisme d’extrême gauche. Un temps révolu dans un pays autoritariste où prospèrent l’affairisme et le dogmatisme religieux.

Tout comme un puisatier, l’écrivain descend profond dans les strates de sa culture, sa mémoire et sa sensibilité pour laisser sourdre l’eau des contes mêlée à celle du roman, une eau charriant poésie, rêves et souvenirs. Elle alimente le moulin de ses thèmes de prédilection, lui qui aime tant interroger les croisements des cultures d’Orient et d’Occident, la modernité et bien sûr la forme de sa ville, sa chère Istanbul à l’âme naguère si mélancolique, aujourd’hui vibrante d’activité et boursouflée par le béton.
Laure Amblesec


Orhan Pamuk, trad. turc Valérie Gay-Aksoy - La Femme aux Cheveux roux - Gallimard - 9782072720048 - 21 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre :
Total pages : 304
Traducteur : valérie gay-aksoy
ISBN : 9782072720048

La femme aux cheveux roux

de Orhan Pamuk

Alors qu'il passe quelques semaines auprès d'un maître puisatier pour gagner un peu d'argent avant d'entrer à l'université, le jeune Cem rencontre une troupe de comédiens ambulants et, parmi eux, une femme à la belle chevelure rousse. Il s'en éprend immédiatement, et, malgré leur différence d'âge, se noue entre eux l'esquisse d'une histoire d'amour. Mais les promesses de cet été sont soudainement balayées lorsque survient un accident sur le chantier du puits. Cem rentre à Istanbul le cœur gros de souvenirs, et n'aura de cesse de tenter d'oublier ce qui s'est passé. C'est sans compter sur la force du destin qui finit toujours par s'imposer aux hommes, et leur rappeler ce qu'ils ont voulu enfouir au plus profond d'eux-mêmes.

J'achète ce livre grand format à €