La France, un modèle social que le monde ne nous envie plus ?

Fabien C. - 29.02.2016

Livre - modèle - social - Hairault


À l’heure où le gouvernement semble prendre un virage libéral concernant la lutte contre le chômage, le dernier livre écrit par Jean-Olivier Hairault (professeur d’économie à l’Université de Paris 1) Ce modèle social que le monde ne nous envie plus (Albin Michel, 176 pages, 16 €), délivre un éclairage intéressant sur les causes possibles des difficultés économiques actuelles de la France, et notamment de la baisse du niveau de vie comparativement aux autres pays développés.
 
Deux chiffres sont très éclairants à ce propos : d’après l’OCDE, la France se situait quasiment à la dernière place des pays développés en termes de productivité horaire en 1976. En 2011, la France s’est hissée à la 3e place, juste derrière les Etats-Unis et l’Allemagne.
 
 

En revanche, lorsqu’il s’agit du nombre d’heures travaillées par habitant, c’est exactement l’inverse : en 1976, la France se situait à la 3e place, et en 2011, elle a reculé à la dernière place des pays de l’OCDE (avec une moyenne de 600 heures travaillées par habitant contre près de 780 heures travaillées en 1976).

 

La France est donc clairement le pays où la population travaille le moins parmi les pays de l’OCDE. Le volume d’heures travaillées étant au contraire resté plutôt stable dans les autres pays.

 

Dès lors, d’après l’auteur, excepté par rapport aux États-Unis et à l’Allemagne, le fait de travailler autant qu’à l’étranger ferait de la France un pays au niveau de revenu par tête dépassant n’importe lequel des pays développés compte tenu du haut niveau de sa productivité (bien sûr à productivité constante).

 

L’auteur pointe donc le déficit d’heures travaillées comme le facteur explicatif majeur du décrochage en termes de niveau de vie en France comparativement aux autres pays développés.

 

Par ailleurs, Jean-Olivier Hairault dresse d’autres constats de manière illustrée et argumentée. Ainsi, une inadaptation de la France à un monde du travail de plus en plus polarisé : création massive d’emplois aux deux bouts de la chaîne de valeur (métiers de services et métiers à très forte qualification technologique).

 

De même, la création de verrous solides de retour à l’emploi (et notamment vers les « petits boulots ») par l’existence d’un salaire minimum élevé et uniforme quels que soient les secteurs d’activité sans différenciation entre les productivités réelles des emplois peu qualifiés et par l’existence d’un salaire de « réserve » (en dessous duquel le chômeur refuse de retourner travailler) en raison de coûts désavantageux.

 

De plus, l’économiste pointe du doigt les rigidités du Code du travail, celui cherchant à protéger le statut et non à favoriser la création d’emploi.

 

Face à ces différents constats illustrés et argumentés, Jean-Olivier Hairault préconise de nombreuses solutions, solutions ayant fait leurs preuves dans des pays voisins de la France.

 

Pour conclure, l’économiste démontre certaines incompatibilités et incohérences de notre système social et fiscal. Ainsi, le travail en France finance très largement la protection sociale (via les cotisations sociales), ce qui aboutit mécaniquement à baisser le revenu net des travailleurs et donc à ne pas vraiment les inciter à travailler. Dès lors, d’après l’auteur, « ceci est la marque de la plus grande incohérence de notre modèle social : scier la branche sur laquelle repose sa pérennité ».


Pour approfondir

Editeur : Albin Michel
Genre : sciences...
Total pages : 176
Traducteur :
ISBN : 9782226312747

Ce modèle social que le monde ne nous envie plus

de Jean-Olivier Hairault (Auteur)

L'Etat social français est un idéal auquel tous les autres pays aspirent. Du moins, c'est ce qu'on a toujours cru. Mais aujourd'hui tout a changé. La France est confrontée à une véritable plaie devant laquelle économistes et politiques ont, malgré leurs discours, baissé les bras. Hairault nous montre pourtant le contraire : non, on n'a pas tout essayé ! Effets pervers des politiques sociales, disparition progressive de secteurs industriels entiers, refus de créer des emplois peu qualifiés jugés " indécents ", système

J'achète ce livre grand format à 16 €