Trois excellentes raisons de lire Où êtiez-vous de Paolo di Paolo

Nicolas Gary - 29.09.2015

Livre - Paolo Di Paolo - Italie génération Berlusconi - Histoire vie personnelle


L’écrivain italien Paolo Di Paolo vient de publier son dernier ouvrage chez Belfond, Où étiez-vous tous (traduit par Renaud Temperini). Un livre qui parle tant d’un pays que de ses habitants, avec une lucidité déconcertante. Le « jeune prodige des lettres italiennes », selon le mot d’Antonio Tabucchi, n’a certainement pas usurpé les louanges.

 

Rencontre avec Paolo di Paolo

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

On dirait le Sud, les histoires de famille... 

 

Et pourtant tout se déroule à Rome. C’est l’histoire d’une famille qui ressemble à n’importe quelle autre, certainement. Mais se révèle italienne, jusqu’au bout des ongles. Rome, que l’on retrouve (dans la version originale) jusque dans les expressions linguistiques si typiques de la capitale italienne. 

 

Le style lui-même est particulier, morcelé : un véritable page-turner, mais qui contraint à une certaine lenteur, pour assimiler ce qui a touché le pays.

 

Bien entendu, l’infidélité d’un époux, particulièrement silencieux face à son fils, n’a rien d’une spécificité. Mais lorsque la mère disparaît, moralement épuisée, pour un voyage à Berlin, on retrouve le rôle central, essentiel, de la mamma, au cœur de la famille. Bien loin de stéréotypes prêts à consommer d’ailleurs. « Une mère ne devrait jamais partir », écrit-il comme si l’évidence était plus grande là-bas.

 

Histoire d'un peuple : la génération Berlusconi 

 

Quand on demande à un Italien s’il a voté en 1994, peu nombreux sont ceux qui l’avouent. On aurait plutôt tendance à nier. Cette génération, que Paolo Di Paolo raconte, est celle qui a vécu sous le règne du Cavaliere. Un travail de mise en perspective autant que de mémoire, où la pop culture croise les événements géopolitiques et les problématiques tant économiques que sociales. 

 

Ce sont ces pages de journaux insérées dans l’ouvrage, ou un nuage de mots clefs, retraçant toute la décennie 2000 et cette Chronologie universelle et personnelle, qui retiennent quelques éléments essentiels, parfois d’une banalité terrible. Pourtant, chaque étape de la vie est ponctuée par une puissante présence qui surplombe. 

 

Rencontre avec Paolo di Paolo

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Mon histoire, Ton histoire : Notre Histoire 

 

C’est que Paolo Di Paolo plonge plus loin que dans un simple travail de mémoire. Il l’expliquait dans une rencontre en librairie : « La vie publique s’infiltre dans notre vie intime, comme l’eau dans un parquet. » Son récit devient alors celui d’un narrateur qui a vécu les années Berlusconi à un double niveau. 

 

C’est l’histoire d’un pays, filtrée par les événements d’une vie commune, dans une famille ordinaire. Mais c’est aussi tout le poids écrasant d’un monde politique qui vient s’immiscer dans le quotidien. Un témoignage rassemblant ce que les jeunes, aujourd’hui trentenaires, ont pu ressentir. Ou comment le général touche au particulier.

 

Les accusations virevoltent, entre ironie et légèreté, mais pour qui a vécu cette période, c’est une vie avec un œil haut dessus, mais pas celui des billets de 1 dollar. C’est Silvio Berlusconi, la situation de l’Italie, qui trouve des ramifications dans la manière de vivre de chacun, et de penser. On ne peut que se représenter comment un pays a pu changer, quand son dirigeant est progressivement devenu le grand patron des chaînes d’information...

 

Un livre passionnant, qui débarrasse de tout cliché. Et on croit sincèrement l'auteur, quand il affirme que l'Italie ne sera plus jamais la même...

 


Pour approfondir

Editeur : Belfond
Genre : litterature...
Total pages : 268
Traducteur : renaud temperini
ISBN : 9782714457110

Où étiez-vous tous

de Paolo Di Paolo

Un jour, l'adolescence prenait fin. Nous ne nous étions pas réveillés vieux ; moins impétueux, pourtant. Et d'accord, c'est normal. Mais nous étions aussi quelque peu défaitistes. Nous avions fait l'amour, passé des examens, laissé derrière nous quelques ambitions démesurées et stupides. Les choses pouvaient s'en aller, légères ou désespérées. On n'avait pas le temps de s'apercevoir (une minute de concentration aurait suffi) qu'en réalité nous n'avions jamais cru en rien. Jamais jusqu'au bout. Ne pas avoir expérimenté l'aveuglement pur et violent de l'idéologie avait-il été une bonne chose ? Peut-être. Où étions-nous tous ? Quand avons-nous renoncé ? Recenser, compiler, archiver coupures de journaux, photographies, souvenirs de famille ; retenir le temps ; figer les belles choses avant qu'elles disparaissent ; vivre, aimer, être soi-même. Et, qui sait, participer à la marche du monde.

J'achète ce livre grand format à 17 €

J'achète ce livre numérique à 11.99 €