La légende d'Orphée, chant de passion et d'amour

Nicolas Gary - 23.01.2018

Livre - Orphée Eurydice enfers - mythe amour poète - amour adolescents passion


Difficile de distinguer ce chant d’amour livre David Almond, de la chanson que composa Luiz Bonfá, Manhã de Carnaval, traduite justement en français par Chanson d’Orphée. Les rythmes brésiliens résonnent dans l'esprit du lecteur, comme pour accompagner une célébration. Et quel plus merveilleux personnage que le mythique Orphée ?

 


 

 

Eurydice plongée au cœur des Enfers, et Orphée de sa lyre endormant le monstre tricéphale qui les garde. L’histoire tragique d’une justice sans limite — le nom même de la dryade, épouse du poète et musicien. Braver Cerbère pour retrouver celle que l’on aime ; plonger au royaume d’Hadès pour arracher sa bien-aimée et la retrouver, elle mortellement emportée par un serpent… 

 

Ici, c’est la belle et rêveuse Ella Grey qui rencontrera le mystérieux Orphée, vagabond à la lyre, dont les chansons semblent venues d’un autre monde. À travers les yeux de Claire, la narratrice et amie d’Ella depuis qu’elles ont cinq ans, c’est l’histoire d’un amour d’une beauté terrifiante qui se déroule. 

 

Entre l’école et les examens, Claire, Ella et leurs amis cherchent l’évasion – et à ces âges d’adolescents, on aspire à devenir artiste, plus facilement qu’expert-comptable. C’est à Pâques, tous partis en camping sauvage, qu’Ella va croiser, sur la plage de Bamburgh, Orphée. 

 

Avec des parents surprotecteurs — mais peuvent-ils faire autrement ? – le charisme de cet être surgi de nulle part fascine Ella. Il n’en faudra pas plus : deux âmes qui se sont rencontrées, et se rejoignent. Ils décident logiquement de s'unir. De retour sur cette plage où ils se sont trouvés, des créatures venimeuses les attendent. La suite est connue, pour qui a déjà potassé ses classiques.

 

 

David Almond s’empare avec un précieux talent de ce mythe classique, transposant l’épique de cette traversée à un monde contemporain épuisant. Tout se déroule à une centaine de kilomètres au sud-est d’Édimbourg, sur une improbable côte britannique. 

 

Mais son écriture relève de l’enchantement, parvenant à capter les instants et magnifier les émotions. Une prose douce et poétique, qui devient sombre et terrible quand la tragédie frappe. Comme le dit lui-même Almond, cette légende exprime la jeunesse et son désir de vivre, d'exulter, de s'exalter. Elle qui, se sentant téméraire, se pense alors invincible. Et ceux qui veulent pester contre la sexualité que dévoile le livre pesteront : on prendra soin de sourire sans leur prêter plus d'attention.

 

On ne saurait accorder au hasard que Cocteau, Ovide, Rodin ou Rilke ait puisé à cette source une créativité qui les bouleversa eux-mêmes. Ou comment un premier amour violent et splendide parvient à se détacher du monde, s’en extraire, pour s’exprimer dans un total abandon. Hypnotique et majestueux, La chanson d’Orphée envoûte.

 

Et l’on entend João Gilberto sussurer cette mélopée feutrée par le son de la flûte traversière et des violons : « Manhã tão bonita manhã / De um dia feliz que chegou / O sol no céu surgiu / Em cada cor brilhou / Voltou o sonho então ao coração. » Pouvait-on trouver plus juste ?

 

Matin, si beau matin / D'un jour heureux qui est arrivé / Le soleil dans le ciel est apparu / Dans chaque couleur, brille / Et le rêve est revenu dans mon coeur.

 

 

David Almond, trad. Diane Ménard — La chanson d’Orphée — Editions Gallimard Jeunesse — 9782075090063 – 15 €

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.