La mécanique du monde, Bernard Foglino

Clément Solym - 21.05.2010

Livre - mecanique - monde - reparer


Réédition du livre paru en 2008 chez Buchet Chastel, La mécanique du monde est une histoire touchante et sensible qui va très rapidement prendre une dimension un peu folle et passablement loufoque. Sans se départir de son humanité profonde. Nicolas Angstrom y incarne une sorte de poinçonneur des lilas moderne, qui est responsable de la réparation et l’entretien de photocopieurs Xenon pour différentes entreprises.


Une passion, une seconde nature, un lien qu’il a tissé entre les machines et lui, qui lui permet de mieux les comprendre et d’être le plus chevronné des réparateurs que Xenon emploie.

Mais Nicolas a aussi un père fantomatique qui peuple sa cuisine en buvant des bières, un cruel problème de sociabilisation et une solitude profonde pour ne rien arranger. Alors quand il se fait renvoyer de sa boîte, c’est peu tout son univers qui s’écroule. Et la pente de l’inactivité l’entraînera… jusqu’à des rencontres improbables et l’ouverture d’une grande malle ayant appartenu à son père.

Mon avis ? Dégoûté de l’avoir raté en 2008. Ce roman aborde une foule de thèmes douloureux avec intelligence et un brin de causticité. Et surtout pas mal d’humour un peu grinçant, mais délicatement saupoudré. Inclassable, peut-être, encore que l’on s’en fiche un peu, mais surtout brillant.

Retrouvez La mécanique du monde de Bernard Foglino, en librairie