medias

La Mécanique infernale, Matthew Carr

Clément Solym - 05.09.2008

Livre - Mecanique - infernale - Matthew


Qu'est-ce que le terrorisme ? Comment le définir ? Voilà toute l’ambition de cet essai. À une époque où tout et n’importe quoi peut être qualifié d’acte de terrorisme, voici une réflexion qui explique l’histoire du XXe siècle à travers le terrorisme, de son apparition à son explosion aujourd’hui.
 

Matthew Carr dépeint ici les premiers terroristes comme des combattants de la liberté en Russie, contre les excès du tsarisme. Expliquant tour à tour les différentes évolutions du phénomène – guérilla urbaine, nihilisme, rejet catégorique de la société de consommation, terrorisme post colonial, etc… - on se rend compte assez vite qu’il est difficile de se rendre compte de ce qui est terroriste face à ce qui ne l’est pas.

La déclaration célèbre de Yasser Arafat devant l’assemblée des Nations Unies pour la défense de l’OLP est, quoique sujette à controverse, éloquente : « La différence entre le révolutionnaire et le terroriste tient dans les raisons pour lesquelles ils combattent. Car quiconque se lève pour une cause juste et se bat pour la liberté et la libération de sa terre de ses occupants, colons et colonialistes, ne peut en aucune façon être appelé terroriste ; sinon les Américains dans leur lutte pour s’affranchir des colonisateurs britanniques auraient dû être appelés terroristes, la résistance européenne aux nazis serait du terrorisme, le combat des peuples asiatiques, africains ou d’Amérique latine serait également du terrorisme, et beaucoup d’entre vous dans cette assemblée seriez donc considérés comme des terroristes ».
 

Malgré le fait que les propos d’Arafat se veuillent un peu caricatural et aient eu vocation à propagande ; l’intérêt tient au fait que d’un point de vue d’un camp il y a toujours un terroriste et un libérateur (le point de vue des Palestiniens et d’Israël par exemple). Matthew Carr montre de ce fait qu’il est facile de qualifier un mouvement d’opposition de terroriste à partir du moment où il s’oppose aux « intérêts vitaux de la notion ».

Le cas des États-Unis y est d’ailleurs à plusieurs fois étudié à travers toute l’histoire du XXe siècle. En Afghanistan où les moudjahidines, combattants islamistes, étaient soutenus contre l’impérialisme soviétique… puis dénoncés comme axe du mal avec d’autres mouvements jusqu’alors peu ou pas considérés avant le 11 septembre. La politique du géant américain va dans ce sens: faire et défaire les soutiens/oppositions frontales au risqué de créer des clashs, telle celle du choc des civilisations prédites par Samuel Huttington au lendemain de la chute de l’URSS.
 

Par ailleurs, l’analyse va plus loin. Le terrorisme est un fait et certes, il doit être combattu et repoussé avec force. Mais considérons les actes qualifiés d’antiterroristes… Ils sont tout aussi voire beaucoup plus violents que le terrorisme en lui-même : ici aussi, les exemples sont pléthore… Guerre d’Algérie, retour du Perronisme en Argentine, actions de l’IRA ou de l’ETA… les États garants de la paix civile font aussi couler le sang souvent davantage que les mouvements terroristes qu’ils condamnent pour ces mêmes actions sanglantes…
 

Pour finir, Matthew Carr présente une analyse du terrorisme et de sa perception par l’opinion publique alimentée par les rumeurs, les déclarations politiques au sommet de l’État (que l’on pense à celles de George W.Bush et de celles de Tony Blair dénonçant l’Iraq comme État terroriste) ainsi que la presse. On a assisté ces dernières années à l’apologie de la terreur. Tandis que des « spécialistes » du terrorisme pullulaient s’appuyant sur des données très aléatoires, voire même imaginaires (où donc est passé le journaliste neutre et impartial?), on assistait dans certains pays à la météo du risque terroriste où l’on vous présentait des indices de risque d’attaque pour la journée à venir… belle époque non?


Retrouvez La mécanique infernale, sur Place des libraires.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.