La montagne rouge : Olivier Truc, coureur de toundra, fils du vent et de la nature

Cécile Pellerin - 17.10.2016

Livre - Peuple Same - Laponie - droit foncier


Si vous suivez Olivier Truc depuis le Dernier lapon (2012), vous avez déjà pénétré l'immense territoire septentrional, éprouvé la nuit polaire et la lumière estivale permanente, perçu la complexité des relations humaines entre le peuple sami, éleveur de rennes et une société plus moderne, tournée davantage vers le progrès et le profit, l'exploitation (surexploitation ?) des richesses naturelles.

 

En compagnie de Klemet et Nina, les deux policiers de la patrouille P9 de la police des rennes, et d'autres personnages, dont la présence récurrente dans les trois récits offre à ce dernier une configuration désormais familière et une agréable proximité avec le lecteur, l'intrigue se déploie, cette fois plus au sud de la région et en Suède, au cœur d'un environnement désolé, superbe et montagneux, très loin de la mer de Barents (Le détroit du loup, 2014).

 

Avec la même approche socio-ethnographique, rigoureuse et précise, avec le même engagement et la même ferveur à plaider pour une minorité autochtone et la sauvegarde de leurs terres ancestrales, Sápmi, Olivier Truc, parvient de nouveau, sans l'ombre d'une redondance, à déclencher la curiosité du lecteur, un appétit de savoir captivant et carrément enthousiasmant.

 

De plus, l'intérêt et l'attachement qu'il porte à cette région, révélés notamment  par des descriptions très visuelles de paysages grandioses, deviennent vite contagieux, garants d'une évasion et d'un dépaysement fascinants. Après trois immersions en territoire boréal, l'envie de voyage  risque  fort de vous démanger.

 

 

Avec l'automne qui s'annonce, l'obscurité qui gagne chaque jour quelques minutes supplémentaires et la pluie, pénétrante et incessante, les éleveurs sames et leur chef, Petrus Eriksson, s'activent jusqu'à l'épuisement auprès du troupeau. C'est la saison de l'abattage et la main d'œuvre, chaque année plus rare, rend l'activité de plus en plus complexe et éreintante. Sans compter l'hostilité des propriétaires forestiers qui revendiquent leur territoire et souhaiterait les voir partir.

 

Mais un squelette sans crâne retrouvé dans l'enclos des rennes et vieux de quelques siècles relance avec une certaine violence et beaucoup d'enjeux un procès entamé à la cour de Stockholm entre le sameby Balva et des propriétaires de forêts à propos d'une zone dont chaque partie revendique le droit foncier.

 

Une enquête délicate, extrêmement dense dont se charge la police des rennes et où se côtoient à la fois des éleveurs, des exploitants forestiers mais aussi des anthropologues, des antiquaires douteux, un procureur ambitieux, des employés de musée, un groupe de vieilles dames adeptes de marche nordique et de bilbingo (sorte de loto-in où les participants jouent depuis leur voiture), une masseuse, un immigré clandestin chinois, sans oublier Nils Ante, l'oncle de Klemet et sa compagne, Changounette et quelques autres personnages secondaires déjà présents dans les romans précédents.

 

Avec un rythme assez soutenu,  sans pour autant perdre le lecteur, l'auteur emprunte plusieurs pistes en plusieurs endroits et  à travers plusieurs époques et construit une intrigue, certes réaliste, mais où l'Histoire et la science, le journalisme d'investigation, par moments, semblent vouloir dévorer l'atmosphère romanesque policière initiale, si précieuse au lecteur.

 

Ainsi, par-delà les rivalités culturelles entre deux communautés, Olivier Truc confronte la Suède à certains de ses démons,  des dérives de la phrénologie à l'eugénisme des sociaux-démocrates, aux problèmes plus contemporains d'intégration liés à l'immigration.

 

Spécialiste incontestable de ce pays, il éclaire solidement le lecteur, exhaustif et précis, au détriment parfois de la vie intime des deux héros (qui intéresse le lecteur !), du mystère, des rebondissements et de la tension psychologique, plus ténue cette fois.

 

Il n'empêche, l'envie de continuer à découvrir cette région si singulière, n'a pas cessé, se fait même encore plus ardente et on ne doute pas un instant que l'auteur a encore de la matière pour nous divertir avec intelligence. Vite, le prochain !


Pour approfondir

Editeur : Metailie
Genre : policier &...
Total pages : 512
Traducteur :
ISBN : 9791022605229

La Montagne rouge

de Olivier Truc

Enclos de la Montagne rouge, sud de la Laponie. Sous une pluie torrentielle, les éleveurs procèdent à l’abattage annuel de leurs rennes. Mais dans la boue, on retrouve des ossements humains. Qui est ce mort dont la tête a disparu ? Son âge va le mettre au centre d’un procès exceptionnel qui oppose forestiers suédois et éleveurs lapons à la Cour suprême de Stockholm : à qui appartiennent les terres ? À ceux qui ont les papiers ou à ceux qui peuvent prouver leur présence originelle ? Klemet et Nina, de la police des rennes, sont chargés de l’enquête. Ils découvrent une mystérieuse vague de disparition d’ossements et de vestiges sami. Ils croisent des archéologues aux agendas obscurs, mais aussi Petrus, le chef sami à la poursuite des rêves de son père dans les forêts primaires de la Laponie, Bertil l’antiquaire, Justina l’octogénaire et son groupe de marche nordique et de bilbingo. Les sombres secrets d’une Suède fascinée par l’anthropologie raciale sont distillés sur fond de paysages grandioses et désolés, par des personnages de plus en plus complexes et attachants. Olivier Truc réussit à trouver un parfait équilibre entre suspense, humour et émotion dans un polar puissant et dépaysant.

J'achète ce livre grand format à 21 €

J'achète ce livre numérique à 8.99 €