"La peinture est une chose intellectuelle"

Félicia-France Doumayrenc - 26.05.2015

Livre - Luis Marcel - Vladimir - crier décrire


De nombreux peintres tel Léonard de Vinci qui affirmait que « la peinture est une chose intellectuelle », Delacroix, Salvador Dali, Paul Klee, Kandinsky ont écrit sur la peinture. D'autres ont construit autour de leur peinture une approche où se mêlaient mots et œuvre picturale (comme le livre Pure Perte de Ramon Alejandro) d'autres encore étaient aussi auteurs et l'on pense aux anagrammes de Hans Bellmer.

 

 De même, de nombreux écrivains ont écrit sur les peintres Bernard Noël sur Matisse, André Velter sur Ernest Pignon Ernest pour ne citer qu'eux. Beaucoup d'écrivains dessinaient parallèlement à leurs travaux littéraires : Victor Hugo, Henri Michaux, etc. 

 

La peinture amène, de façon naturelle, à son explication, donc à sa mise en langue. Le livre de Vladimir Ce cri qui nous décrit est une vision extrêmement subjective du monde dans lequel le peintre vit dans la ville de Verdun. 

 

Un ouvrage où sont réunis textes et peintures qui détonnent dans l'univers policé habituel.

 

Car Pascal Saint-Anne dont le pseudonyme est Vladimir n'a ni ses pinceaux ni sa plume dans sa poche.

Sa peinture torturée où l'abstrait (il pratique l'art brut) nous fait parfois découvrir un visage, un corps défragmenté, des paysages tourmentés, est répertoriée dans cet ouvrage qui réunit plus d'une centaine de tableaux sur une période d'une dizaine d'années.

 

Peinture où les mots de Vladimir se mélangent aux coulures comme pour mieux leur donner forme, les rendre singulières, uniques, peinture sombre et parfois tragique où les mots de par leur truculence éclairent les toiles d'une vision pénétrante.

 

Aucun sujet n'est oublié, le peintre parle aussi bien dans ses courts textes quasi poétiques de mort, d'érotisme, de politique, de vie, d'amour, de solitude, de tristesse, etc. Vision d'un monde particulier qui s'articule dans des phrases tout aussi torturées que ses toiles, l'auteur nous emporte dans un univers parfois grinçant, parfois malicieux, parfois totalement mortifère. Il joue avec les mots : « C'est l'été d'un étranglé : car, ici, pas d'étranger une étrangère et l'étagère… l'air est sans étage ».

 

Il critique ouvertement la politique du Front National, ainsi que la politique en général d'ailleurs, manie l'art de l'écriture érotique, nous emmène sur des chemins troubles où les mots deviennent des traits et où les traces de peinture se transforment en phrases.

 


 

 

Livre atypique préfacé par Luis Marcel qui lui ouvre les portes de la langue en lui disant « tu veux crier Vladimir ? Eh bien soit, exprime-toi, vocifère, gueule, crache, vide-toi de tout ce qui t'encombre, de toutes ces incompréhensions, de tes souffrances accumulées depuis le jour où ta vie a basculé ».

 

Quel est le jour où la vie de Vladimir a basculé ? C'est ce qu'on se demande en regardant de nombreuses fois, les reproductions de ses peintures remarquablement photographiées par Pascal François, en essayant de comprendre tous ces textes de l'année 2014. Pourquoi juste cette année-là ? S'est-elle imposée à Vladimir comme l'an de l'écriture, comme la langue de la peinture ?

 

De cela nous ne savons rien.

 

Ce livre qu'on pourrait qualifier de livre objet tant il est beau est un mystère. Peut-on l'aimer de manière inconditionnelle ? Cela semble délicat à affirmer. Car cet ouvrage dérange et ne peut laisser celui qui le tient, en main, insensible.

 

Mais, comme tout livre de peinture ou livre sur la peinture d'un peintre, il ne peut nous laisser indifférents. Il prend aux tripes, et on aimerait savoir quelle est la fêlure qui a poussé Vladimir à se livrer ainsi tout en se cachant derrière ses toiles d'art brut.