La saison des fleurs de flamme, corps et coeurs meurtris

Laure Besnier - 27.08.2018

Livre - Roman nigérian - Passion sensualité - Editions Observatoire


ROMAN ETRANGER - Au-delà de sa belle couverture, le premier roman de l’écrivain nigérian Abubakar Adam Ibrahim interroge la bienséance, la morale et les tabous imprimés par la tradition. À travers le récit d’une relation sensuelle entre deux personnages issus de milieux trop différents, La Saison des fleurs de flamme, publiée par les Éditions de l’Observatoire, décrit les interdits, les désirs, les meurtrissures ou encore les traumatismes d’une société jusque dans les corps. 

 


Comme le suggère sa couverture, le récit de La Saison des fleurs de flamme se touche, se sent, se regarde, s’écoute ou encore se goûte. C’est peut-être grâce à son écriture toute corporelle qu’Abubakar Adam Ibrahim a obtenu, pour Season of Crimson Blossoms (son titre original), le Nigeria Prize For Literature en 2016. 

Quoiqu’il en soit, le récit se fait l’écho de bien plus que la découverte des corps et le renouvellement des sens que vivent deux amants qui ne devraient pas l’être. Il raconte l’oppression des corps, ses voilements et dévoilements, sa licence encadrée ou son illégalité et ce que les histoires vécues impriment sur eux. 

D’une certaine façon, l’écriture incarnée d’Abubakar Adam Ibrahim mime son premier objet : la sensualité. Explosion de sens dans cette rencontre entre Reza et Binta. Le premier, voleur et dealer, également à la botte d’un politicien corrompu, s’introduit chez la seconde — une veuve musulmane qui a l’âge d’être sa mère — qui le surprend. Les voilà amants. 
 

« Elle se tourna à son tour, observa ses muscles noueux, et elle constata que tout son corps était ciselé, ce qui lui rappela combien il était jeune, combien elle avait vieilli. Elle remonta le drap sur sa poitrine. »


Seulement Binta, pourtant très attachée à sa religion ainsi qu’à la tradition, se passionne pour ce jeune homme de trente ans plus jeune qu'elle, vivant une existence bien moins rangée et, qui plus est, dans la plus parfaite illégalité — ils ne sont pas mariés. Des interdits et des tabous qui s’immiscent dans ses relations et dans sa chair, qui provoque des doutes et surtout beaucoup de culpabilité. 

Reza, lui, peut être un homme en toute impunité, soutenu par son politicien corrompu, par le respect de ses amis, mais aussi par sa qualité virile tenue comme supérieure par la tradition. Deux visions, deux genres, deux milieux bien différents, tout autant que leur réputation sociale seront autant d’obstacles à la relation charnelle et passionnelle qu’ils entretiennent. 

Non pas que la tradition ne soit pas en train de, doucement, changer. Binta voit quelques changements dans la présentation des corps et les manières d’être de ses filles, petites-filles et nièces — que, le plus souvent, elle désapprouve. Pourtant, les corps de celles-ci sont aussi marqués. Notamment celui de Fa’iza, traumatisée par les violences qu’elle a vécu à Jos — où sont morts son frère et son père —, qui subit, entre autres, crises et épisodes de somnambulisme. 

Les violences de Jos, les meurtres, la pauvreté, l’inefficacité ou le manque d’éducation, l’abandon de sa mère vécu par Reza, les effets délétères de la drogue et de son commerce ainsi que la perte de son fils pour Binta, les politiciens et les policiers corrompus, les jeux politiques, la sexualité honteuse… 
 

[Extraits] La saison des fleurs de flamme
d'Abubakar Adam Ibrahim

 
Tout est vécu par les personnages de La Saison des fleurs de flamme par les sens ou par la perte de certains sens : des odeurs d’encens ou de sueur, des coups, des douleurs, des larmes, des rêves, du sang… Permettant de vivre ou d'imaginer les non-dits, les ressentis ou encore les interprétations de ceux-ci. 

À travers le récit des corps et des sens, Abubakar Adam Ibrahim peint le visage multiple et complexe d’une société et de sa progressive morbidité. 

Abubakar Adam Ibrahim, trad. anglais (Niger) Marc Amfreville - La Saison des fleurs de flamme - Éditions de l’Observatoire - 9791032903032 - 23 €
 

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : L'Observatoire
Genre :
Total pages : 422
Traducteur :
ISBN : 9791032903032

La Saison des fleurs de flamme

de Abubakar Adam Ibrahim

Lorsque Hajiya Binta Zubaïru surprend Reza en pleine effraction chez elle, couteau à la main, son destin s’enlace à celui du jeune dealer. Malgré l’étrangeté de leur attirance réciproque, à leurs yeux interdite, éclot entre cet homme de main d’un politicien corrompu et cette veuve musulmane de trente ans son aînée une passion illicite, sensuelle et déchirante. À travers l’histoire tragique de cette union au parfum de scandale, composée de colères contenues et d’émotions taboues, de couleurs vivaces et d’odeurs éternelles, Abubakar Adam Ibrahim capture l’essence provocante du Nigéria comme peu d’autres romanciers ont osé le faire.

J'achète ce livre grand format à 23 €

J'achète ce livre numérique à 23.00...77853879.................09........1......