Laissez cet univers aussi perturbé que vous l'avez trouvé – si possible

Mimiche - 03.04.2018

Livre - Philip Dick réalité - univers réalité confusion - science fiction Dick


Fin de petit déjeuner familial et routinier : les enfants se préparent pour aller à l’école. Mais sur le pas de la porte, ils reculent effrayés par les soldats qui surgissent de partout et les refoulent à l’intérieur de leur maison, seule rescapée dans tout le quartier devenu un champ de ruines d’un énorme bombardement survenu au cours de la nuit. Et de un.



 

 

Las de sa journée de travail et des relations difficiles qu’il a avec son patron, Verne Haskel ne supporte pas l’accueil de son épouse quand il rentre chez lui et préfère descendre au sous-sol de la maison pour y retrouver l’extraordinaire reconstruction miniature de la ville à laquelle il travaille minutieusement et scrupuleusement depuis des années et des années. Haskel décide alors d’y supprimer l’établissement où il travaille et où il n’a plus envie de retourner. Et de deux.

 

Alors qu’il rentre chez lui par l’un des nombreux disques de transport de la ville et qu’il voudrait bien profiter du trajet pour lire son journal du soir, Walsh est importuné par l’un des deux autres passagers qui veut lui faire signer la pétition des Naturalistes contre une loi du gouvernement jugée trop Puriste. Refusant la dichotomie politique de ce choix, Walsh trouve son salut dans l’arrivée à destination alors que les deux autres passagers, restés sur le disque, en viennent aux mains pour exprimer leurs divergences d’opinions. Et de trois.

 

« Comment construire un univers qui ne tombe pas en morceaux au bout de deux jours ? » (Philip K. Dick)
 

Trois nouvelles irrésistibles de Philip K. Dick qui nous mènent dans son univers sombre et effrayant. Rien n’y est impossible, surtout ce qu’il vaudrait mieux éviter d’ailleurs, mais il se fait un devoir de rendre quasi évidentes les dégradations en chaîne des situations.

 

On entre de plain-pied dans un univers de science-fiction extraordinaire, car l’habituel, le quotidien, le banal y côtoie, se mélange même avec des sautes d’humeur du temps, de la réalité physique, du sens commun.

 

Au-delà de l’imagination, ce sont les ruptures dans la continuité des choses que nous n’avons pas anticipées et qui deviennent soudain tellement évidentes, complètement normales : l’irruption quasi systématique d’un environnement coercitif et totalitaire.

 

Attention nous dit Philip K. Dick, la bascule peut se faire dans une continuité, en un mouvement insensible, à tel point que la rupture est déjà consommée alors que la prise de conscience n’est pas encore effective. Dommage, c’est trop tard pour enrayer l’enchaînement. Trop tard pour éviter le pire. Trop tard pour empêcher la dérive définitive. Et les petits accommodements qui ont déjà été les nôtres, que nous avons pu accepter, voire accompagner, sont devenus des carcans insupportables, rigides, définitifs.

 

Comme tous les écrivains de science-fiction, d’anticipation, il a le don de voir les trous dans lesquels nous pouvons tomber et dans lesquels nous tombons toujours sans y prendre garde. Leurs avertissements, pourtant sans équivoque, sont sans effet et Big Brother pointe son museau, les servantes écarlates sont à nos portes, la pensée unique nous gangrène, les monades urbaines se dessinent, les trois lois de la robotique font leur chemin dans la réalité.

 

Attention ! Danger !

 

 

Philip K. Dick, trad. Hélène Collon — Petit-déjeuner au crépuscule — Folio — 9782070438044 - 2 €

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.