Le ciel par-dessus le toit : s'échapper des origines de la faute

Auteur invité - 11.09.2019

Livre - Natacha Appanah Gallimard - Le ciel par dessus le toit - rentree litteraire 2019


ROMAN FRANCOPHONE - Loup, enfant lunaire, adolescent étrange ne sachant plus distinguer le réel de son imaginaire n'a jamais oublié sa sœur Paloma partie depuis si longtemps après une violente dispute avec leur mère. Malgré la promesse de revenir un jour le chercher, les années ont passé et Paloma n'est jamais revenue, ne laissant à Loup qu'un désir, qu'une obsession : rejoindre sa sœur aînée.
 
 
 
Alors, il a emprunté la voiture de sa mère - Phénix – et provoqué un accident. Et aujourd’hui il est conduit en maison d'arrêt pour y être incarcéré en attendant son jugement.
 
Paloma, aujourd'hui bibliothécaire, est toujours la petite fille silencieuse, en retrait du monde et de la vie, n'est plus là pour aimer son frère comme elle l'a fait dès sa naissance pour remplacer leur mère ; et Phénix, incapable d'un pareil amour et ayant toujours refusé de montrer une quelconque émotion à leur égard, pour elle signe de faiblesse. Paloma, non plus, ne l'a pas oublié.
 
Bien avant de devenir cette mère cabossée par la vie, Phénix s'appelait Eliette, une petite fille jolie, talentueuse, sage et adorée de ses parents qui, aveuglément convaincus d'agir pour son bien, avaient projeté d'en faire une célébrité, multipliant les apparitions sur des scènes où elle devait chanter, maquillée et habillée comme une petite femme.
 
Et dans leur naïveté ils ne ressentaient ni la souffrance de leur fille si obéissante, ni les regards malsains que certains hommes portaient sur elle : Eliette fascinait, troublait tous ceux qui l'approchaient.
 
Lors d'une énième représentation, l'enfance d'Eliette va basculer tragiquement. Agressée sexuellement, incapable de demander de l'aide à ses parents, elle va laisser exploser sa rage, sa haine, envers son entourage et la petite fille si effacée, si obéissante, va se transformer en furie. Mais cela ne suffira pas à apaiser sa douleur. Seul un feu salvateur lui permettra de renaître : après avoir incendié la maison familiale, Eliette devient Phénix.
 
Après des années d'errances, une vie marginale, indépendante et solitaire, Phénix se retrouve mère de deux enfants. Persuadée que l'amour exclusif et étouffant de ses parents l'a détruite, elle s'est promis de ne jamais reproduire l'éducation qu'elle a reçue et a décidé de ne jamais enfermer les siens dans la tendresse et l’amour. Elle ne leur manifestera jamais d'intérêt, ne laissera jamais paraître des émotions à leur égard, n'affichera jamais ses faiblesses et ne dira jamais rien de sa vie. Ils doivent être libres comme des oiseaux (Paloma) et forts pour tout affronter (Loup) ! « […] elle leur avait donné des griffes et des ailes mais ça n'avait servi à rien. Ses enfants étaient pétris de sentiments [...]. Ils avaient envie d'être pris dans les bras, qu'elle dise des mots d'amour, [...] ».
    
Ce roman court et concis nous raconte une histoire familiale où l'amour et la haine se côtoient et où la solitude de chacun éclate.
 
Comment et pourquoi cette famille incapable de communiquer paraît si désunie, si abandonnée ? Comment vivre et sortir indemne d'une enfance nourrie de non-dits, d'indifférence et de désamour ?
 
L'art de l'auteur est de faire raconter à chaque personnage son histoire, la manière dont il l'a vécue, en apportant un éclairage différent, une justification. Ou pas.
 
À travers ces récits souvent douloureux, on remonte le temps. Et se pose alors la question de la responsabilité, de l’origine de la responsabilité. Où commence « l'erreur », la « faute » ? Dans l'éducation donnée aux enfants ? Jusqu'où faut-il remonter dans la généalogie familiale ? Comment ne pas reproduire le passé ? Que transmettre alors aux enfants ?
 
Phénix choisit de ne pas donner d'amour à ses enfants, mais est-il possible de faire table rase des sentiments, des émotions ? N'est-ce pas choisir de les enfermer dans une solitude, une détresse proche de la violence ? L'indifférence rend-elle plus fort ?
 
Ce roman bouleverse par toute la poésie et la douceur qui s'en dégagent malgré les liens étranges qui unissent cette famille. On éprouve beaucoup de tendresse et d'attachement pour tous, chacun se débattant comme il peut avec ses traumatismes, sa poésie, sa rudesse sous l'écriture bienveillante de Natacha Appanah.
 
Chacun cherche à se reconstruire, à trouver ou retrouver l'amour en regardant par la fenêtre « le ciel par-dessus les toits ».
 
Le titre de ce roman faisant référence au poème écrit par Verlaine, trouve ici tout son sens.
 

Le ciel est par-dessus les toits
Si bleu, si calme
[…]
Qu'as-tu fait toi que voilà
De ta jeunesse

 
 Marie Do
 

[Ndlr - Ce jour, le titre de Natacha Appanah est en lice pour Prix littéraire Patrimoines de la Banque Privée BPE 2019, le Prix Renaudot, le Prix Renaudot des lycéens, le Prix Goncourt, Le Prix Goncourt des lycéens]

Natacha Appanah – Le ciel par-dessus le toit – Gallimard – 9782072858604 - 14,00 €
 
 
Dossier – Toutes les chroniques des romans de la rentrée litteraire 2019


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : littérature
Total pages : 128
Traducteur :
ISBN : 9782072858604

Le ciel par-dessus le toit

de Nathacha Appanah

" La jeune femme tatouée fait elle-même tout le travail. Le temps, la médecine et le progrès n'existent pas, elle pourrait être dans une cave, sur une plage déserte, elle pourrait être la toute première femme au monde, qu'importe, elle se cambre, s'accroupit, pousse, respire et tout son corps est animé de contractions qui font comme des vaguelettes sous la surface de sa peau. Elle devient une mer travaillée de l'intérieur et derrière elle, à côté d'elle, le docteur Michel ne fait que regarder et asseoir son impuissance. Il est fasciné par ce retour d'instinct, il est aimanté par le dragon qui semble se réveiller, écaille verte après écaille verte, flammèche rouge après flammèche rouge. Bientôt, pense-t-il moitié émerveillé, moitié effrayé, cette jeune femme au visage si parfait ne va faire qu'un avec le dragon et oui bientôt, elle crie comme l'autre crache des flammes au croissant de son épaule droite, elle se redresse et de ses deux mains, elle attrape le petit garçon qui glisse hors d'elle

J'achète ce livre grand format à 14.00 €