Le désert de la grâce, Claude Pujade-Renaud

Clément Solym - 28.12.2007

Livre - Desert - grace - Claude-Pujade-Rernaud


Il y a quelques années, par un après midi gris et pluvieux, j’ai fait une visite à Port Royal des Champs.

Tout au moins à ce qu’il en reste aujourd’hui après que les foudres du Roi Soleil ont démoli ce qui a dû lui être présenté comme une possible atteinte à son pouvoir absolu.

Et, au fond d’un vallon aussi gris et triste que peut l’être un ciel parisien gris et triste, il ne reste rien qu’un pigeonnier dans lequel était alors présentée une exposition de ce qu’a été Port Royal des Champs.

Rien ?

Si pourtant ! Une âme ! Un jardin du temple ! Un ray de lumière ! Un « Solitaire » qui avait traversé les âges pour me parler de Louis XIV, de Pascal, des Jésuites, de la famille Arnauld, des Religieuses,… Une plongée profonde dans le bruit des querelles de religion et de politique politicienne. Et, en même temps, dans un lieu paisible et isolé de tout où il n’est certainement pas besoin de faire un effort pour y trouver spontanément le calme et la sérénité, pour y développer réflexion et méditation.

Il m’avait semblé que ce lieu pouvait abriter la Paix.



Le livre de Claude Pujade-Renaud m’a immédiatement replongé dans cette ambiance. Bien que ce ne soit pas par un acte de Paix qu’il débute.

Janvier 1712. C’est la fin programmée de Port Royal des Champs qui est en marche : le cimetière de l’Abbaye est éventré pour en extraire tous les défunts inhumés là et les transférer dans la fosse commune du cimetière de Saint Lambert.

Spectacle désolant surpris par Claude Dodart, médecin à la Cour, chasseur et bredouille.

Répétition orchestrée à grande échelle du transfert des restes de Jean Racine auquel il avait été procédé le mois précédent. Et c’est un signal qui ne trompe pas : si les morts ne sont plus tolérés à Port Royal, les vivants n’y reviendront plus.

Spectacle qu’il narre, plus tard, à Françoise de Joncourt, chez elle, au coin du feu.

Françoise, c’est l’ « Invisible », celle qui tente de maintenir les liens entre les exilé(e)s de Port Royal, de collecter et de copier les Ecrits qui ont pu et doivent être sauvés envers et contre tout. Autour d’elle, se tressent des allers-retours historiques, du présent vers le passé de tous ceux qui ont fait ou vécu la grandeur mais aussi la chute de l’Abbaye.

Parmi ceux là, Marie Catherine de Moramber, née Racine (fille de celui-là), elle même entrée à Port Royal comme Novice mais bien vite retirée de l’Abbaye par son Père, maintenant mort et pourtant enterré, selon sa volonté posthume, au cimetière des Champs : il était plus facile de dire, mort, des choses qui auraient été difficiles à assumer, vivant ! Marie Catherine qui cherche, au travers de ses écrit (lettes, théâtre,..), à le comprendre ce Père par qui elle a vécu un déchirement le jour où il est venu la reprendre pour la ramener au monde avant qu’elle n’ait eu le temps de prononcer ses vœux : ne pas prendre le risque de froisser le pouvoir absolu ?!

Mais aussi tant d’autres gens et choses, connus ou obscurs, affirmées ou chuchotées. Tant d’épisodes où se succèdent personnages peut être imaginaires ou ayant traversé l’Histoire, saisis dans des tableaux dont on finit pas ne plus savoir s’ils sont fictifs ou historiques. Blaise Pascal est derrière tout. La Champmeslé joue Phèdre. Madame de Maintenon est là aussi. Et tant d’autres.



Quand j’ai eu tourné la dernière page de ce livre, j’ai ressenti, comme parfois avec d’autres ouvrages un peu magiques, le regret d’être arrivé à la fin.

Alors j’ai sauté sur les « Œuvres Complètes » de Racine (L’Intégrale du Seuil) pour y lire, entre autres, l’« Abrégé de l’Histoire de Port Royal » que Marie Catherine aura vainement tenté de retrouver tout au long de ce « Désert de la Grâce », des années après le mort de son Père.

Et puis je vais reprendre mon Pascal (La Pléiade) pour y relire « Les Provinciales ».

Et en plus, elle m’a redonné l’envie de retourner dans le vallon de Port Royal.

Un bain de Grâce, vous dis-je.

Tout sauf un Désert.

Merci Claude.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.