medias

Le divorce n'était certainement pas parfait : Une sombre affaire

Mimiche - 31.07.2019

Livre - sombre affaire - Antonella Lattanzi - Italie divorce thriller


ROMAN ETRANGER - Le 6 août 2012 au soir, à Rome, Carla a invité Vito, son ex-mari dont elle a divorcé deux ans plus tôt pour cause de violences conjugales, à l'anniversaire de leur petite dernière, Mara, heureuse de se retrouver en famille avec ses grands frère et sœur, Nicola et Rosa.


 
L’appartement dans lequel elle et Mara vivent depuis le divorce étant trop petit, Carla a profité de l’absence de son frère Franco pour organiser l’anniversaire dans l’appartement de ce dernier, dans le même immeuble, mais plus grand et au dernier étage.
 
Malgré ses craintes, largement partagées par Nicola et Rosa, quant au fait qu’il ne faudra pas grand-chose pour que Vito dérape encore une fois et, oubliant le divorce, recommence à se laisser déborder par ses accès de jalousie violente, Carla a accepté cette invitation que Mara réclamait. Et, force est de constater que la soirée s’est facilement déroulée, dans une ambiance chaleureuse et familiale, avec cadeaux et rires.
 
Ensuite Nicola et Rosa ont quitté l’appartement et sont partis rejoindre, lui son amie, elle des amis alors que Vito s’attardait encore un instant, pour un dernier au revoir, sur le pas de la porte de l’appartement.
 
Le lendemain matin, Milena, accompagnée de sa fille Paola, se présente à la porte de la maison de famille de Vito, inquiète de l’absence de Vito à un rendez-vous convenu avec lui et surtout de l’absence de réponse de ce dernier à tous ses appels téléphoniques. Et se fait vertement refouler par Nuncia, la femme de ménage peu amène.
 
Laquelle Nuncia se fait, à son tour, interpeller par téléphone par Mimma, la sœur de Vito, quand elle répond à celle-ci qu’elle n’a aucune nouvelle de Vito qui n’est pas venu manger le repas qu’il lui avait demandé de préparer pour « une heure pile ». Mimma, elle, à cinquante-trois ans, ne supporte pas d’avoir tenté de joindre son petit frère au téléphone, comme tous les jours, depuis six heures du matin, sans succès.
 
Mimma sollicite alors rapidement les policiers de leur village de Massafra, dans les Pouilles où son père, don Peppino, retiré des « affaires » pour cause d’incapacité, continue de bénéficier d’amicales complaisances...
 
Bientôt, Vito est l’objet de recherches par tous car il ne réapparaît pas. Et les prières destinées à hâter son retour n’empêchent pas les coups de téléphone anonymes très menaçants à tous les proches de Vito qui sont « invités » à dire à la famille ce qu’ils savent de cette disparition inexpliquée.
 

Un thriller avec arrières-pensées bien sombres


Voilà un bon « policier » de vacances que propose Antonella Lattanzi avec toutes les saveurs de l’Italie et, en plus, quelques pistes de réflexion un peu plus politiques sur les violences conjugales qui, malgré les cris d’orfraie régulièrement entendus à chaque nouveau « fait divers » où une femme a laissé la vie, ne semblent pas encore bénéficier de tout l’éclairage et de toutes les volontés nécessaires pour les faire cesser.
 
Vivre avec comme témoignage d’amour un « je te le jure, Carla, je te tuerai, je t’égorgerai comme un cochon et je tuerai aussi nos enfants », accompagné de coups non retenus et annonciateurs du pire, peut ne pas être considéré comme un stéréotype du bonheur conjugal.
 
Antonella Lattanzi joue avec malice et arrière-pensées sur ce tableau pour emmener son lecteur dans un dénouement peu orthodoxe. Elle manipule la justice et les témoins pour conduire cette procédure judiciaire dans des travers où tous ne retrouveraient certainement pas leurs petits ou leurs convictions.
 
Pour autant, la justice prend son temps pour démêler le vrai du faux et tenter d’éviter les erreurs.
 
Quant à la famille, elle n’est visiblement pas un vain mot en Italie : même si son champ est ici restreint, elle n’en reste pas moins un moteur profond des actes individuels et le cadre indéfectible des relations humaines.
 
Ce roman n’est pas vraiment une enquête policière bien que tous les ingrédients du genre y soient parfaitement maîtrisés : c’est un drame familial dans lequel, derrière les façades proprettes et les prières à genoux les yeux dans les yeux avec Dieu, tous les coups sont permis.
 
Rien ne traîne en longueur grâce à une écriture alerte, une maîtrise impeccable du suspense et des personnages plus vrais que nature, plus forts, beaucoup plus forts que leur fragilité apparente !


Antonella Lattanzi, trad. Marguerite Pozzoli – Une sombre affaire – Actes Sud – 9782330122041 – 22,50 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Actes Sud
Genre :
Total pages : 336
Traducteur :
ISBN : 9782330122041

Une sombre affaire

de Antonella Lattanzi

Un mari violent est retrouvé assassiné après une fête familiale. A travers le procès de l'ex-épouse, qui s'est accusée du meurtre, la recherche d'une vérité fuyante, dans un roman noir qui questionne l'ambiguïté des relations de couple.

J'achète ce livre grand format à 22,50 €