Le ghetto intérieur : l'impossible exil

Xavier S. Thomann - 25.09.2019

Livre - Santiago H Amigorena - L'exil interieur - rentree litteraire 2019


Roman francophone - En lice pour de nombreux prix littéraires en cette rentrée, difficile de passer à côté du Ghetto intérieur (POL) de Santiago H. Amigorena. En racontant la Seconde Guerre mondiale de son grand-père exilé à Buenos Aires depuis la fin des années 1920, l'auteur signe un roman éminemment personnel, où un homme rongé par un implacable sentiment de culpabilité s'enfonce dans le silence alors que le reste de sa famille, qui ne l'a pas rejoint en Argentine, est victime de l'antisémitisme et de la barbarie nazie en Europe. 
 


Vicente Rosenberg arrive en Argentine en 1928, pressé de quitter la vieille Europe et le poids que représentait pour lui sa famille. Très vite, il fait sienne sa nouvelle vie en Amérique du Sud. Il tombe amoureux de Rosita, il l'épouse, ils ont trois enfants. Il tient un magasin de meubles qui fonctionne bien sans lui demander trop d'efforts. Vicente Rosenberg a tout pour lui lorsqu'éclate la guerre en Europe. 
 
Malgré la montée de l'antisémitisme qui leur fait courir des risques croissants, sa mère, son frère, la femme de celui-ci et sa sœur n'ont pas voulu le rejoindre en Argentine. Mais Vicente a-t-il vraiment suffisamment insisté ? Désirait-il vraiment de leur présence, à Buenos Aires, dans le fond ? « Même s'il lui a écrit, il y a des années, qu'il fallait qu'elle quitte Varsovie, même s'il lui a écrit qu'il voulait qu'elle vienne s'installer avec nous à Buenos Aires, il n'a jamais fait vraiment quelque chose pour que ça arrive. Il le sait. » 
 
Parce qu'ils sont juifs, sa mère et son frère sont enfermés dans le ghetto de Varsovie. Dès lors, les nouvelles, par la voie des lettres que lui envoie sa mère, se font rares et la culpabilité s'installe dans l'esprit et les entrailles de Vicente. Il fait son possible pour se tenir à distance des effroyables nouvelles qui parviennent d'Europe et de Pologne, mais ne peut s'empêcher de questionner la nouvelle identité qu'il s'est forgée en Argentine.

« Comme tous les juifs, Vicente avait pensé qu'il était beaucoup de choses jusqu'à ce que les nazis lui démontrent que ce qui le définissait était une seule chose : être juif. » Un peu plus loin : « En 1941, être juif était devenu une définition de soi qui excluait toutes les autres, une identité unique : celle qui déterminait des millions d'êtres humains - et qui devait, également, les terminer. »
 
Pour chasser ses interrogations, pour ne plus penser, pour ne plus imaginer ce qui a lieu à des milliers de kilomètres, Vicente s'enferme dans le silence, dans un ghetto intérieur donc, y compris vis-à-vis de sa famille. « La moindre considération pour un être humain lui semblait comme une insulte à ... à quoi au fait ? à la situation de sa mère ? à sa souffrance ? - à sa mère ? »
 
Le roman de Santiago H. Amigorena est remarquable en ce qu'il explore avec pudeur une autre forme de violence engendrée par la guerre et la Shoah - celle exercée sur les survivants - et qu'il redonne la parole à un homme qui en avait été privé, victime lointaine mais ô combien réelle.

« Ne pas penser n'est qu'une autre manière de penser », rappelle justement le narrateur.
 

Il y a des évènements, de temps en temps, qui renouvellent ce que nous sommes capables d'imaginer, qui amplifient le domaine du possible jusqu'à des limites que personne auparavant n'avait supposé qu'on pouvait atteindre


Et la parole littéraire, en apparence si vaine et impuissante au regard de l'ampleur de l'évènement, devient malgré tout nécessaire. 


Santiago Amigorena - Le ghetto intérieur - POL - 9782818047811 - 18 €

Dossier - La rentrée litteraire : les romans auteurs et prix 2019 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : P.O.L
Genre : littérature
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782818047811

Le ghetto intérieur

de Amigorena, Santiago H.

Buenos-Aires, 1940. Des amis juifs, exilés, se retrouvent au café. Une question : que se passe-t-il dans cette Europe qu'ils ont fuie quelques années plus tôt en bateau ? Difficile d'interpréter les rares nouvelles. Vicente Rosenberg est l'un d'entre eux, il a épousé Rosita en Argentine. Ils auront deux enfants. Mais Vicente pense surtout à sa mère qui est restée en Pologne, à Varsovie. Que devient- elle ? Elle lui écrit une petite dizaine de lettres auxquelles il ne répond pas toujours. Dans l'une d'elle, il peut lire : " Tu as peut-être entendu parler du grand mur que les Allemands ont construit.Heureusement la rue Sienna est restée à l'intérieur, ce qui est une chance, car sinon on aurait été obligés de déménager. " Ce sera le ghetto de Varsovie. Elle mourra déportée dans le camp de Tre- blinka II - " ce camp où en un an, les nazis avaient réussi à éliminer près d'un million de personnes. " C'était l'arrière-grand-mère de l'auteur.

J'achète ce livre grand format à 18.00 €