Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le goût du vélo : “Aucune petite peine ne résiste à un bon coup de pédale”

Cécile Pellerin - 08.06.2017

Livre - vélo - anthologie - littérature


Épatante ! Cette courte anthologie sur le vélo séduira aussi bien les amateurs occasionnels que les véritables sportifs. Capable en quelques textes remarquablement bien choisis, d’offrir une diversité de points de vue et d’images littéraires liés à ce moyen de locomotion, elle saisit avec une passion équivalente,  les sensations physiques et mentales, la transformation sociétale depuis le  XIXème siècle, l’humour ou encore la confrontation avec soi-même que sa pratique entraîne.
 

“A vos vélos, pour changer la vie. Le cyclisme est un humanisme”. (Marc Augé)


 

Nul besoin d’être un irréductible cycliste pour se plonger dans les extraits littéraires et se laisser surprendre. Inédite, drôle, curieuse, sensible ou visionnaire, la sélection d’Hélène Giraud instruit et divertit avec bonheur, élargit notre regard sur ce moyen de déplacement, interroge avec pertinence sur la place que le vélo peut jouer dans nos sociétés urbanisées et invite à penser autrement, à ralentir la vitesse qui agite notre monde moderne, devenu fou et à (re)trouver l’harmonie. Et confirme qu’entre écriture et vélo, la complicité est heureuse.
 

Si le vélo au XIXème siècle est considéré comme un bienfait social, un modèle d’émancipation pour les femmes, s’il devient progressivement, activité de loisirs et de sport, puis perd sa notoriété au profit des moyens de déplacement plus rapides, il redevient aujourd’hui, au sein de nos villes, populaire et tendance, respecté car responsable et durable et est en passe, assurément de constituer une deuxième révolution. “Un aimable rappel à l’ordre biologique dans un monde de technologie et de virtualité, l’espoir d’une nouvelle utopie pour la ville” selon Marc Augé, sociologue.
 

Philosophe et sage, le vélo ? Sans doute. Mais expression littéraire avant tout à savourer à travers des extraits de l’œuvre de Maurice Leblanc, Jules Romains, Louis Nucéra, Emile Zola, Philippe Delerm, Alphonse Allais ou Eric Fottorino, etc.
 

Pour savourer simultanément le silence de la machine, le réconfort et l’émotion qu’elle procure, la liberté qu’elle déploie, la convivialité qu’elle entraîne, la pensée qu’elle libère, la distraction et la joie qu’elle délivre, la résistance au spleen qu’elle offre, soyez vélosophe à l’instar de Didier Tronchet.
 

Partez à la conquête du monde. “Les jambes qui tournent sur la terre qui tourne, c’est la vie qui repousse ses limites, qui agrandit ses frontières”. (Eric Fottorino)
 


 

Tous en selle. “Les mains sur le guidon et l’âme au vent”.

Le goût du vélo - Mercure de France - 9782715245877 - 8€